1Q84 – Livre 1, Avril-Juin – Haruki Murakami

1Q84-Livre-1.jpgComme ça fait du bien de se plonger dans ce genre de roman ! Oui, plongée, c’est bien le mot, tant j’ai eu du mal à décrocher de ma lecture une fois l’histoire commencée ! Et pourtant, je n’en attendais rien de particulier, et ce pour plusieurs raisons. L’auteur a beau être très connu et mondialement réputé, personnellement, je ne l’avais jamais lu. Aucun a priori donc sur le style, les sujets de prédilection… ce genre de choses. Autre raison, je suis plus que novice en littérature japonaise, mais là je crois que je vais y prendre goût tant je me suis délectée de la plume si particulière de l’auteur, à la fois envoûtante, poétique et extrêmement précise… Mais avouez que tout intrigue dans ce roman, à commencer par son titre plus qu’énigmatique même si la référence au 1984 d’Orwell saute aux yeux. Il y a aussi cette couverture, très sobre, comme je les aime, une vraie invitation à se lancer dans la lecture. Et puis on commence la lecture, et tout doucement, sans vraiment s’en rendre compte, on devient prisonnier de cette histoire atypique et terriblement mystérieuse…

 

« Il ne faut pas se laisser abuser par les apparences.

Il n’y a toujours qu’une réalité »

 

Quand nous faisons connaissance avec Aomamé, elle se trouve dans un taxi coincé dans les embouteillages, bercée par la Sinfonietta de Janáček que diffuse alors la radio, une musique qui l’apaise sans qu’elle puisse réellement dire pourquoi. Une musique qui lui laisse une étrange impression de distorsion, comme si brusquement tout se tordait autour d’elle, en elle.  Bizarre. Peu importe après tout, elle va vraisemblablement être en retard à son rendez-vous, c’est couru d’avance. Quand le chauffeur de taxi lui propose de descendre par un escalier d’urgence près de la voie express, Aomamé n’hésite pas bien longtemps malgré les regards réprobateurs et surpris des automobilistes. Mais son travail ne peut pas attendre, sa mission plutôt… Le vent est violent, de nouveau cette étrange sensation désagréable que tout s’embrouille. De retour sur la terre ferme, Aomamé a l’impression que certaines choses ont changé, l’uniforme et les armes des agents de police notamment, curieux, elle se serait rendue compte de ce genre de choses. Qu’importe, elle a toujours son « travail » à accomplir, un homme à faire disparaître. Dans le ciel brillent deux lunes qu’Aomamé ne voit pas encore…

Tengo est souvent pris de vertiges, d’étourdissements, mais cette fois, face à son ami Komatsu, la « crise » dure bien plus longtemps et lui laisse une étrange sensation de fatigue. Quand le calme revient, la discussion entre les deux hommes reprend. Komatsu, éditeur d’une revue littéraire, s’occupe de la sélection des manuscrits qui concourent pour le prix des nouveaux auteurs. Un prix auquel Tengo avait participé quelques années auparavant sans le remporter. De là est née une amitié entre les deux hommes, Komatsu lui ayant même procuré un petit boulot occasionnel, rédactions d’articles, réécriture de textes entre autres. Leur discussion tourne autour d’une jeune fille de 17 ans, Fukaéri et de son texte baptisé La Chrysalide de l’air, un texte imparfait et maladroit qui fascine les deux hommes. Original, nouveau, troublant, ils ont l’impression de détenir un véritable diamant brut qu’il ne reste qu’à polir. Et c’est justement la mission que souhaite confier l’éditeur à Tengo : réécrire La Chrysalide de l’air, garder l’atmosphère puissante de ce texte en remaniant le style en profondeur. Un texte où il est question de chèvre aveugle, de « Little People » et de deux lunes qui brillent dans le ciel…

 

Difficile d’en dire plus tant ce roman est foisonnant ! J’ai volontairement choisi de ne résumer que le strict minimum de l’histoire, celle ci prendra des détours étonnants, mystérieux, qui la feront évoluer vers le fantastique sans jamais y tomber réellement. N’oublions pas que ce tome est le premier d’une trilogie, l’auteur nous réserve donc sûrement quantités d’autres surprises… Tout m’a séduit dans ce texte, à commencer par le style de l’auteur, sans cesse en évolution. Tout à tour lent, contemplatif, poétique, on est tout de suite embarqué par la petite musique des mots de Murakami.

Puis viennent les personnages, Aomamé et Tengo, dont on se sent forcément proche. Leurs interrogations sont plus ou moins les nôtres, ils touchent du doigt l’étrangeté sans jamais réussir à saisir le pourquoi du comment. Ce monde est-il le leur ? Si non, quel est donc ce monde dans lequel ils évoluent, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre..? Ces deux êtres évoluent en parallèle, sans jamais se rencontrer, même si le lecteur perçoit assez vite qu’il existe un lien entre eux.

Il y a aussi les personnages secondaires, tous très bien campés. A commencer par la « patronne » d’Aomamé, vieille femme fascinante, qui l’emploie comme tueuse à gages. Il y a aussi Fukaéri, cette adolescente étonnante dont Tengo est chargé de réécrire le texte ô combien mystérieux et celui qu’elle surnomme « le Maître » qui s’est chargé de son éducation à la disparition inexpliquée de ses parents. Et tant d’autres encore…

Foisonnant, oui, ce roman est foisonnant et exerce une incroyable attraction sur le lecteur. On veut savoir, on tourne les pages de façon frénétique tout en sachant que l’on n’aura pas la réponse à nos innombrables questions. Et c’est tant mieux. J’aime savoir qu’il me reste encore des tas de choses à découvrir sur cet étrange monde de 1Q84, j’aime ne pas savoir où tout cela va nous mener, j’aime l’ambivalence de ce récit, à la fois terriblement ancré dans la réalité et pourtant si proche de s’en éloigner et de basculer dans le « fantastique ». Évitez autant que faire ce peu d’en lire trop sur ce roman avant de le commencer, notamment la très bavarde présentation de l’éditeur. Mieux vaut se lancer dans cette lecture sans trop en savoir, la surprise n’en sera que plus grande ! J’ai adoré !

 

Les avis très variés de Clara, Choco, Lael, Petite Noisette, Emeraude, Griotte, Kathel, Manu, Jostein, Virginie, Voyelle et Consonne, Amélie, Plume, Radicale, Maggie, Hélène, Cajou, Mrs Peppys

 

Chapeau à PriceMinister pour l’organisation de cette opération des matchs de la Rentrée Littéraire qui m’a permis de découvrir ce livre ! Un grand merci à Rémi et à Belfond pour l’envoi !

 

PriceMinister-rentree_litteraire.png

 

Premières pages : « La radio du taxi diffusait une émission de musique classique en stéréo. C’était la Sinfonietta de Janáček. Était-ce un morceau approprié quand on est coincé dans des embouteillages ? Ce serait trop dire. D’ailleurs, le chauffeur lui-même ne semblait pas y prêter une oreille attentive. L’homme, d’un âge moyen, se contentait de contempler l’alignement sans fin de voitures devant lui, la bouche serrée, tel un vieux marin aguerri, debout à la proue de son bateau, appliqué à déchiffrer quelque sinistre pressentiment dans la jonction des courants marins. Aomamé, profondément enfoncée dans le siège arrière du véhicule, écoutait, les yeux mi-clos. »

 

Au hasard des pages : « Ne pourrait-elle pas essayer de penser autrement…? Le problème n’est pas en moi mais dans le monde qui m’entoure. Ma conscience ou mon jugement ne se sont pas déréglés. Non. Une force tout à fait inconcevable s’est mise en activité, et le monde même qui m’environne a fini par en subir des modifications. Plus elle réfléchissait, plus cette hypothèse lui paraissait la bonne. Car sa conscience n’avait pas été affectée par la moindre sensation de perte ou de déformation. Elle s’attela alors à développer l’hypothèse plus avant. Ce qui est devenu fou, ce n’est pas moi, c’est le monde. Voilà. Bien. » (p. 192)

 

Éditions Belfond (Août 2011)

533 p.

 

Rentrée littéraire 20114/7

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-1q84-livre-1-avril-juin-haruki-murakami-87242260.html

23 commentaires sur “1Q84 – Livre 1, Avril-Juin – Haruki Murakami

    • Ecoute, moi c’est le contraire, je le découvre avec ce roman, et comment dire, je vais me jeter sur ses autres oeuvres, c’est sûr ! Lequel me recommandes-tu en premier ?

    • Alors il te faudra attendre le mois de mars, ça devrait aller ! Pour ma part, il y a fort à parier que je lirai le second tome très vite, je ne suis absolument pas patiente ! 😉

    • Tu peux peut-être commencer par celui là, personnellement , pour une première découverte, je ne suis pas déçue ! 😉

  1. Il est partout, ce titre 😉 Je ne suis pas très fan de cet auteur mais je n’en ai lu qu’un seul donc difficile d’être totalement tranchée ! Je compte donc lire cette trilogie mais quand tous les titres seront parus, histoire de ne pas attendre le 3ème 😉

    • C’est aussi ce que je me suis dit, maintenant j’ai hâte de lire la suite de celui ci et de découvrir d’autres titres de ce Murakami !

    • Voilà, c’est dit ! Dis moi dame Choco, toi qui est une spécialiste, tu me conseilles quels autres titres pour continuer la découverte de cet auteur ?

    • Certains lecteurs ot trouvé le roman lent, moi je dois dire que dès les premières pages j’ai été prise par l’ambiance !

    • Je me dis aussi qu’il va falloir que je trouve une solution quand j’aurais lu le tome 2… vraisemblablement dans peu de temps ! 😉

  2. Et bien, je te dirais que « kafka sur le rivage » est une de ses plus grandes réussites : même genre d’atmosphère un peu nébuleuse. Sinon, j’ai eu un petit coup de coeur aussi pour « au sud de la frontière, à soleil du soleil » qui est plus facile, si je puis dire !

    • Oui, j’ai vraiment hâte de découvrir d’autres titres de cet auteur, curieusement, deux autres de ces romans ont rejoint ma PAL depuis, en plus du tome 2 ! 😉

    • La quatrième de couverture, passe encore, mais surtout pas la présentation de l’éditeur, non de non !! Vilaine manie quand même ces présentations qui en disent trop !

    • Je vais te décevoir mais je crois que le tome 3 ne sort qu’en mars, ça va être dur dur, d’autant plus que j’ai déjà craqué pour le tome 2 ! 😉

    • Personnellement, je suis tout de suite entrée dans cette histoire, d’autres lecteurs au contraire déplorent sa lenteur… Difficile de savoir à qui ce genre de romans peut plaire, pour ma part j’ai vraiment adoré !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *