Comme une tombe – Peter James

commeunetombe.jpg Bien que lu au tout début des vacances, ce polar a su laisser sa marque, et c’est bien ce que l’on demande à un thriller : une intrigue captivante, des rebondissements à la pelle, des personnages originaux et bien campés, un inspecteur peu conventionnel, tous les ingrédients sont ici réunis pour vous faire passer un bon moment de lecture et vous faire vivre de vrais moments d’angoisse ! J’ai dévoré ce roman tout en vivant l’enfer comme ce pauvre Michael…

 

Petite blague entre amis…

 

Michael Harrison n’est à priori pas le genre d’homme que l’on plaint. Jeune, plutôt bien de sa personne, la société immobilière qu’il a créée avec son ami d’enfance Mark ne connaît pas la crise. Son mariage avec la magnifique Ashley est prévu dans trois jours et il n’en revient toujours pas de la chance qu’il a d’épouser une fille aussi incroyable. Mais qui dit mariage dit forcément enterrement de vie de garçon et ses amis ont bien l’intention de rendre cette fête inoubliable. Exit donc la simple tournée des bars… Il faut dire que Michael n’y était pas allé avec le dos de la cuillère quand il s’était chargé de leurs enterrements de vies de garçons respectifs… Luke était arrivé en retard le jour de son mariage après s’être réveillé dans un train de nuit l’emportant vers une destination inconnue et Pete s’était retrouvé menottes aux poignets suspendu à un pont dans une tenue on ne peut plus équivoque. Le temps de la vengeance était enfin arrivé, et Michael risquait bien de ne pas l’oublier de sitôt ! Embarqué de nuit dans le coffre d’une camionnette, le voilà enfermé dans un cercueil haut de gamme avec pour seule compagnie une revue porno, une bouteille de whisky, une lampe de poche et un talkie-walkie. Hilares, ses amis l’enterrent dans une tombe creusée la veille en prenant soin de lui laisser un tube de caoutchouc à l’intérieur pour lui permettre de respirer. Bien décidés à le faire mariner plusieurs heures, ils s’en retournent boire quelques verres quand un horrible accident laisse leur camionnette en pièces sans aucun survivant… Personne ne viendra chercher Michael…

 

Je vous avais prévenu, tout cela commence très fort ! A la fin du premier chapitre, le lecteur est déjà dans le bain et pour peu que l’on soit quelque peu claustrophobe, l’angoisse monte vite d’un cran ! Il faut dire que l’idée de cet « enterrement » de vie de garçon est des plus perverse… Les heures passent et on ne peut s’empêcher de s’imaginer à la place de Michael : quelle sensation d’étouffement, d’enfermement, quel stress !

L’inspecteur chargé de l’enquête est alerté par la fiancée de Michael, inquiète de ne pas le voir revenir. Roy Grace va avoir fort à faire vu que les seuls témoins de cette disparition ne sont plus là pour en parler. Un espoir : Mark, ami, associé et témoin de Michael, n’ayant pu participer à la petite fête à cause d’un retard d’avion. Curieusement, il dit ne pas avoir d’informations concernant le déroulement de la soirée… Tout cela intrigue au plus au point Roy Grace d’autant plus que la fiancée persiste à vouloir maintenir la cérémonie…

L’intrigue est tenue, le suspense bien présent, et on ne peut pas ne pas s’attacher à cet inspecteur peu conventionnel, adepte des sciences occultes et cherchant toujours sa femme disparue dans des circonstances troublantes neuf ans auparavant, le jour même de ses trente ans.

Efficace, déroutant, voilà un polar parfait pour les vacances. Un bémol cependant : la résolution de l’enquête est trop rapide, trop peu vraisemblable à mon goût et j’avoue que la fin m’a laissé un léger sentiment de déception qui heureusement ne gâche pas l’ensemble.

Une bonne lecture que je vous recommande chaudement !

 

Premières phrases : « Jusque-là, à quelques détails près, le plan A fonctionnait à merveille. Ce qui tombait plutôt bien, vu qu’ils n’avaient pas, à proprement parler, de plan B. »

 

Au hasard des pages : « Il fut pris d’un nouvel accès de panique. Le couvercle l’oppressait, il happait l’air, le gobait goulûment. Il ferma les yeux, essaya de penser que tout allait bien, qu’il était dans un endroit chaud, sur son yacht, en Méditerranée. Voilà. Au beau milieu de la mer, des mouettes au-dessus de la tête, caressé par la douceur d’un air méridional. Mais les parois du cercueil poussaient, le compressaient. » (p. 63)

 

Editions Pocket (2007)

Collection Pocket Thriller

531 p.

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-comme-une-tombe-peter-jam-54665930.html

6 commentaires sur “Comme une tombe – Peter James

    • C’est très chouette, vraiment ! Et je te dis pas celui que je suis en train de lire en ce moment… En fait, j’adore les bons polars ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *