La guerre des livres – Alain Grousset

La guerre des livresVoilà longtemps que ce petit livre fait partie de mes envies de lecture. D’abord parce que j’adore cet auteur jeunesse, ensuite parce que c’est de la science-fiction et aussi parce son titre m’intrigue… Mais ce qui a surtout motivé ma lecture ce sont les citations distillées tous les jeudis pour l’opération de Chiffonnette par miss Hérisson… Pas un jeudi sans une phrase tirée de ce livre, et forcément, des citations qui parlent de l’amour des livres ! Nous avons donc décidé d’en faire une lecture commune.

 

La galaxie est en guerre. Shadi a 17 ans et il est pilote de la Sécession. A la suite d’un combat, il est forcé de se poser en catastrophe sur la planète Libel qui fait partie de la Confédération impériale. Il n’a pas d’autre alternative : pour échapper à ses poursuivants, il va devoir s’y cacher. Mais Libel n’est pas une planète comme les autres : à l’heure du tout numérique, elle est devenue la dernière bibliothèque de l’univers, elle regroupe tous les documents, tous les manuscrits, tous les ouvrages  dont on ne sait que faire, en tout plus de 200 milliards de documents en provenance de toutes les planètes de la Confédération. Shadi est recueilli par Angus, le maître-conservateur des lieux qui le fait passer pour son neveu alors qu’il n’a jamais eu aucun doute sur son identité. Le jeune homme découvre alors un univers qui lui était totalement inconnu, celui du livre : sa texture particulière, le bruit des pages qu’on tourne, son odeur aussi…  Il en oublierait presque qu’il est activement recherché. Sur Libel, il fera la connaissance de Basilio, le bouquiniste mais aussi de Thaïs, la fille d’Orfel, le maître-conservateur de la bibliothèque personnelle de l’empereur. Un évènement inattendu va alors changer le cours des choses : l’empereur en personne débarque sur Libel. Sa fille est en danger de mort et seule une plante très rare, l’Emerantia, peut la sauver. Pour retrouver cette plante, il faut à tout prix mettre la main sur le texte ancien qui en fait mention…

 

Ce roman remplit parfaitement son contrat : l’intrigue est bien menée, sans temps mort et parfaitement accessible aux lecteurs les plus jeunes qui s’identifieront sans mal aux héros de l’histoire, Shadi et Thaïs. En somme, c’est un roman idéal pour découvrir le genre : quelques combats aériens (heureusement pour moi il n’y en a pas trop !) des gadgets technologiques, un complot, un brin de romance, une quête qui est aussi une course contre la montre, tous les ingrédients sont réunis pour faire passer un bon moment de lecture. Et qui ne rêverait pas de se promener dans des allées interminables de la Bibliothèque des Mondes ? J’ai particulièrement apprécié le personnage d’Angus, mais aussi celui du bouquiniste, un doux rêveur qui voue une passion sans bornes aux livres, collectionneur amoureux dont la boutique est un vrai fouillis.

Voilà donc un livre à mettre entre les mains de tous nos accros à l’écran : un véritable éloge à la lecture, à l’objet-livre, accentué par la mise en exergue au début de chaque chapitre de citations d’auteurs célèbres (pas sûr que les ados s’y attardent mais moi j’ai adoré !).

 

Je file voir l’avis de Hérisson ! A lire également les avis de Emmyne, Clarabel, Petite Noisette, Faelys.

 

Premières phrases : « D’un mouvement d’épaules, Shadi cala, une fois de plus, son corps élancé dans le siège baquet de son vaisseau-chasseur. »

 

Au hasard des pages : « Les yeux du bouquiniste pétillaient de malice. Shadi sourit. Il adorait cet homme qui semblait avoir trouvé la méthode consistant à mettre un maximum de livres dans un minimum de place. Dans sa boutique, il ne subsistait que le strict espace nécessaire pour se déplacer. Et encore, il ne fallait pas être trop gros ! Dans ce fouillis, ces piles de livres, Shadi s’était aperçu que Basilio connaissait parfaitement l’endroit où se trouvait chacun des ouvrages qui composaient son magasin. Lorsqu’un client demandait une oeuvre précise, Basilio mettait la main dessus en un temps record. (…) Les collectionneurs souhaitent rassembler, posséder autre chose que des données numériques. Ils veulent caresser leurs trouvailles, les contempler, les palper, les soupeser, les classer. Certes, il y a plusieurs sortes de collectionneurs. Ceux qui entassent les livres sans les lire mais qui les sauvent ainsi de la destruction, car tous les livres ne sont pas sur Libel et, chaque jour, des millions sont détruits à travers les mondes de la Confédération impériale. Il y a ceux qui ne désirent que des livres impeccables, sans éraflure, sans corne. Ils considèrent les livres comme des reliques et n’y touchent qu’avec des gants blancs. D’autres moins méticuleux se fichent complètement de l’état du livre ; ils ne recherchent que le contenu, toujours avec l’espoir d’y découvrir une rareté, une information oubliée. J’ai même connu, il ya fort longtemps, un écrivain qui rachetait ses livres, ne supportant plus que ceux-ci traînent sur des étagères poussiéreuses des marchands, ricana à s’étouffer le vieux libraire. » (p. 44-45)

 

Éditions Gallimard Jeunesse (Janvier 2009)

Collection Hors-Piste

141 pages

Illustrations de Manchu

 

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-la-guerre-des-livres-alain-grousset-60759822.html

4 commentaires sur “La guerre des livres – Alain Grousset

    • Attention, ça reste pour les plus jeunes ! Mais les « grands » y trouvent leur compte, surtout les amoureux des livres… comme nous ! 😉

    • Petit bouquin très sympathique, très vite lu, qui plaira aux plus jeunes;.. et aux amoureux des livres ! Merci de ta visite, je vais faire une petit tour sur ton blog ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *