La porte des Enfers – Laurent Gaudé

Porte des enfers Laurent Gaudé fait partie de ces auteurs qui me touchent particulièrement. Un de ceux dont l’écriture me laisse admirative, un de ceux qui parvient sans mal à me projeter dans son univers. Je n’avais pas lu La porte des Enfers à sa sortie en 2008 ; j’ai donc profité de sa parution en poche cet été pour me le procurer. Autant le dire tout de suite : ce roman m’a bouleversé…

 

Naples, 1980. Ce matin là, exceptionnellement, Matteo accompagne son fils à l’école. Il est en retard, il est pressé, il est énervé, Pippo, six ans, le suit tant bien que mal. La circulation est si dense que Matteo a en effet abandonné la voiture pour continuer à pieds. Et c’est la fusillade… Après un instant d’incompréhension, Matteo plaque son fils au sol pour le protéger. Quand le silence revient enfin, Matteo s’aperçoit que son fils a été touché par une balle. Les secours arrivent mais il est déjà trop tard : Pippo est mort. Comment peut-on survivre à la perte d’un enfant ? Matteo et sa femme Giuliana voient leur vie entière s’effondrer. Le couple est à la dérive, Giuliana, inconsolable et du plus profond de son désespoir, demande à son mari l’impossible : qu’il lui rende son fils, ou qu’il punisse lui même son meurtrier. Matteo ne pourra pas, Giuliana partira, abandonnant à la fois son mari et le souvenir de son enfant. Chaque nuit, dans son taxi vide, Matteo va parcourir la ville. Une de ces nuits de solitude, il trouvera refuge un peu par hasard dans le café de Garibaldo. Il y rencontrera Grace le travesti, le curé Mazerotti et le « professore » Povolone qui croit en l’existence d’une porte conduisant aux Enfers… Vingt ans plus tard, Pippo raconte son histoire…

 

J’ai adoré ce roman, à la fois tragique, poétique et onirique. Oui, le sujet de la perte d’un enfant, du deuil, de la mort n’est pas facile mais Laurent Gaudé nous plonge dans le drame de cette famille sans jouer sur la corde sensible, sans pathos, même si certains passages sont très durs : la douleur y est palpable, sans nom, inimaginable. Le personnage de la mère est bouleversant, elle qui préférera tout quitter y compris le souvenir même de son fils plutôt que de vivre dans la douleur de son absence.

Le lecteur bascule du réel au fantastique sans s’en rendre compte et accompagne Matteo dans les entrailles de la Terre dont personne n’est jamais revenu… La description de la descente aux Enfers proprement dite est effroyable, les Ombres n’acceptant pas leur mort n’ayant de cesse d’essayer de fuir et de regagner le monde des vivants. Et que dire de la fin du roman, profondément émouvante…

Vous l’aurez compris, cette lecture m’a marqué, c’est un vrai coup de coeur ! Lire La porte des Enfers a été pour moi un moment hors du temps, entre mythe et conte, fantastique et réalité. Je ne peux que vous conseiller de faire vous même le voyage jusqu’à la porte des Enfers, vous n’en sortirez pas indemne…

 

A lire, les avis de Stéphie, Amanda, Papillon, Clara et bien d’autres encore !

 

Premières phrases : « Je me suis longtemps appelé Filippo Scalfaro. Aujourd’hui je reprends mon nom et le dis en entier : Filippo Scalfaro De Nittis. Depuis ce matin, au lever du jour, je suis plus vieux que mon père. »

 

Au hasard des pages : « Les gens, souvent, félicitaient Matteo pour sa force. On le trouvait solide et courageux. Cela lui semblait toujours saugrenu car il savait, lui, à quel point il était amputé et détruit. Il savait tous les gestes qu’il ne pouvait plus faire : entrer dans la chambre de Pippo, prononcer son nom, retourner aux endroits où ils allaient ensemble. Il savait qu’il était dans le même état d’hébétude du matin au soir et que plus rien ne comptait. » (p. 45-46)

 

Éditions Actes Sud, collection Babel (mai 2010)

266 p.

Paru précédemment en grand format (août 2008)

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-la-porte-des-enfers-laurent-gaude-56078066.html

21 commentaires sur “La porte des Enfers – Laurent Gaudé

  1. Laurent Gaudé sait nous toucher avec simplicité et sincérité. Son écriture vibre avec la fragilité et la détermination du funambule et s’embarquer avec lui sur le fil tendu de ses romans c’est souvent accepter de se mettre soi même en danger! Mais comment résister à son invitation? Partir avec lui c’est se retrouver un peu! Merci Gaudé, merci Noukette! Je n’ai pas encore lu La porte des enfers mais je cours l’acheter! 😉

    • Vous ici ? 😉 Je me souvenais que tu aimais beaucoup Gaudé, celui est vraiment très bien et je ne vais pas tarder je pense à lire son dernier « Ouragan »… Et quel joli commentaire dis donc ! 😉

    • J’avais lu la mort su Roi Tsongor, sublime. Je n’ai pas lu Eldorado, il semblerait que ce ne soit pas son meilleur mais il est clair que je le lirai un jour ! Ouragan sera ma prochaine lecture de cet auteur… Au fait, quels âges ont « Junior » et « Miss » ? J’aime beaucoup ton idée de donner leurs avis sur leurs lectures ! 😉

    • Et pourtant, je suis sûre que ça te plairait ! Même s’il ne faut sans doute pas commencer par celui là ! Plutôt La mort du roi Tsongor… ou le soleil des Scorta !

    • Il est vraiment bien, on plonge dans le fantastique sans s’en rendre compte, et le tout est vraiment très bien écrit, comme toujours avec Gaudé !

    • Moi par contre, c’est Eldorado que je n’ai pas lu ! Il est dans ma PAL depuis peu mais je pense que je lirai Ouragan avant ! La porte des Enfers, j’ai vraiment beaucoup aimé, malgré quelques larmes, snif ! 😉

    • Le soleil des Scorta est un très bon roman aussi ! En fait, jusqu’à maintenant, je n’ai jamais été déçue par cet auteur ! 😉

    • Bon week end à toi aussi ! J’ai moi aussi Ouragan et Eldorado qui m’attendent… Tente quand même le coup pour celui ci, il vaut vraiment la peine…,

    • Bonne idée ! Pour Eldorado ou Ouragan ? Dimanche prochain peut-être, le 12 ? ça serait ma toute première lecture commune ! 😉

    • 😉 Peut importe la date en fait, sauf que je ne crois pas être là ce famuex week end, et sans internet… Un autre jour de la semaine ? Quand tu veux ! 😉

    • Merci à toi ! J’ai fait un petit tour sur ton blog qui m’a l’air tout récent…, et très prometteur ! Tu peux continuer à découvrir cet auteur les yeux fermés, c’est un grand ! 😉

  2. J’ai beaucoup aimé l’univers de ce livre : on s’y croirait vraiment ! Tout droit sorti d’un reportage qui se veux « choc » sur le sud de l’Italie…
    Je crois que le pire dans le livre c’est que les personnages sont crédibles et que leur histoire est horrible : le « ça n’arrive qu’aux autres » est assez difficile à dire ici, parce que ce sont des situations dont on a peur, mais on sait forcément que la mort d’un proche finira par arriver à un moment où à un autre…
    C’est vraiment un livre à lire !

    Si ça t’intéresse, je viens de publier mon avis sur ce livre sur mon blog…
    Joli article, je reviendrais 😉
    Bonne continuation !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *