La Reine des lectrices – Alan Bennett

Reine des lectricesNon, vous ne rêvez pas, il existe bel et bien des irréductibles n’ayant pas encore lu ce petit bouquin qui a pourtant fait le tour de la blogosphère ! Beaucoup de chroniques enthousiastes, quelques rares déceptions ici ou là mais dans l’ensemble La Reine des lectrices a trouvé son public parmi les insatiables lecteurs compulsifs que nous sommes ! Et c’est vrai que ce livre a de quoi nous réjouir puisqu’il met à l’honneur une passion que nous avons tous en commun… C’est parti pour 121 pages de pur bonheur avec la complicité d’Hathaway et de Stéphie mes partenaires pour cette lecture commune.

 

La reine Elizabeth est quelqu’un de très occupé cela va sans dire… Entre les obligations dues à son rang, les innombrables réunions avec son secrétaire particulier ou son premier ministre, le protocole laisse peu de place à la pratique d’une passion quelle qu’elle soit. La reine est quelqu’un de consciencieux : elle respecte le planning qu’on fait pour elle et honore ses divers engagements, qu’elle en ait le désir ou non… Alors quand le hasard (la destinée ?) met sur son chemin un bibliobus, ce n’est pas seulement sa vie qui est chamboulée mais toute la bonne marche de la maison Windsor. Si c’est effectivement par politesse que la reine emprunte son premier livre dans le bibliobus de Mr Hutchings, c’est aussi le début d’une spirale infernale qui la conduira à négliger de plus en plus ses engagements royaux. Prenant ses premiers conseils de lecture auprès de Norman Seakins, « un rouquin efflanqué en salopette blanche » qui travaille aux cuisines, elle en fera son page personnel puis son « tabellion particulier », sorte d’assistant littéraire ayant pour mission principale de lui conseiller des livres voire même tout simplement de lire pour Sa Majesté. C’est que la reine lit de plus en plus, au grand désespoir de son entourage, et sa passion envahissante va engendrer des situations fort embarrassantes…

 

Voilà une lecture qui fait du bien, une lecture bonne mine qui réchauffe en ces temps hivernaux ! J’ai pris un grand plaisir à suivre la reine dans sa découverte tardive de la lecture ! Les répliques font mouche, les dialogues « so british » sont purement jouissifs et les personnages secondaires sont loin d’être des faire valoir. On sourit beaucoup, on glousse bêtement, on rit franchement et c’est par moments désopilant ! C’est que ce livre est truffé de bons mots, décidément, j’aime l’humour anglais !

Un roman réjouissant qui vous fera certainement passer un très bon moment si vous ne l’avez pas encore lu, un vrai régal ! L’inconvénient bien sûr, c’est que ce livre est rempli d’allusions littéraires, je ne compte plus les divers titres disséminés ici et là qui ont titillé mes envies de lectures !

 

Un nombre incalculable de billets sur la toile dont ceux de Manu, Yspaddaden, Keisha, Choco, Clara, Cuné, Cathulu, Clarabel, Cynthia

 

J’ai hâte de savoir si Hathaway et Stéphie ont autant apprécié leur lecture que moi !

 

Premières phrases : « Windsor accueillait ce soir-là un banquet d’apparat : le président de la République française s’était placé aux côtés de Sa Majesté tandis que la famille royale se regroupait derrière eux ; la procession se mit lentement en marche et rejoignit le salon Waterloo. »

 

Au hasard des pages : « Cet attrait pour la lecture, songeait-elle, tenait au caractère altier et presque indifférent de la littérature. Les livres ne se souciaient pas de leurs lecteurs, ni même de savoir s’ils étaient lus. Tout le monde était égal devant eux, y compris elle. La littérature est une communauté, les lettres sont une république. Elle avait déjà entendu cette formule, lors de remises de médailles et de cérémonies diverses, sans savoir au juste ce qu’elle signifiait. A cette époque, elle considérait que la moindre allusion à quelque république que ce soit avait en sa présence quelque chose de déplacé et de vaguement insultant, pour ne pas dire plus. Aujourd’hui seulement elle en comprenait le sens. Les livres ne varient pas. Tous les lecteurs sont égaux. » (p. 36)

 

Éditions Gallimard (mai 2010)

Collection Folio

Traduction de Pierre Ménard

121 p.

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-la-reine-des-lectrices-alan-bennett-62708354.html

17 commentaires sur “La Reine des lectrices – Alan Bennett

    • Moi aussi, jubilatoire je trouve ! Voir la pagaille que peut provoquer la lecture, c’est juste génial, inventif et profondément subversif, j’adore !

    • J’ai bien ri moi aussi, voir la reine planquer des livres sous les coussins de son carosse, c’est énorme ! Et comme on la comprend ! J’ai beaucoup aimé les dialogues avec son conseiller aussi, le pauvre, il y avait de quoi s’arracher les cheveux ! 🙂 Quand tu veux pour une autre lecture commune !

    • N’hésite plus, tu verras, la reine te paraitra extémement sympathique !! Le livre regorge de belles phrases, et si tu aimes l’humour anglais tu seras servie !

    • 😉 J’imagine bien l’ambiance à la maison ! En tous cas c’est vrai qu’il y a plein de passages truculents, un vrai régal !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *