Le mec de la tombe d’à côté – Katarina Mazetti


  Le mec de la tombe d'à cotéDrôle d’endroit pour une rencontre…

 

Une chose est sûre, ces deux là n’avaient à priori aucune raison de se rencontrer, et pourtant…

Désirée est le prototype de la jeune fille cultivée mais pas très folichonne. Elle adore l’opéra, la poésie, les livres aussi : bibliothécaire en section jeunesse, elle vit dans un appartement tout blanc très tendance,  peu meublé mais rempli de livres, et a tout d’une vraie citadine. A 35 ans, elle se retrouve veuve suite au décès stupide de son mari lors d’un accident de… bicyclette ! Éplorée la veuve ? Et bien non en fait, pas vraiment : elle lui en veut terriblement à son mari de l’avoir plantée là, seule, si jeune, quel mauvais goût, quelle injustice ! La routine, le côté plan-plan de son Orjan, et bien elle s’y était habituée… Pourtant elle se fait un devoir de se rendre presque chaque jour sur sa tombe, si sobre, si simple, à l’image de son défunt mari que l’on devine sans peine avoir été profondément ennuyeux. Juste à coté de sa pierre tombale se trouve une autre stèle, en marbre blanc, truffée de dorures et d’angelots et envahie de plantes. Inutile de préciser que Désirée trouve cette tombe on ne peut plus vulgaire, kitsch, tape-à-l’oeil et grossière, sans parler de celui qui vient la fleurir quasi quotidiennement. Lui, elle le surnomme le Forestier, et c’est avec dédain qu’elle l’observe s’occuper de cette tombe comme de son jardin ouvrier, vêtu de son blouson informe et de ses cache-oreilles… C’est la tombe de sa mère que vient fleurir Benny, et depuis son décès, il vit seul dans la ferme familiale qu’il gère comme il peut : 24 vaches laitières, excuser du peu ! Sa voisine de cimetière, il ne peut pas la sentir : elle est si froide, si rigide, si stricte avec son petit bonnet et son carnet de poésie ! Il la surnomme tout de suite la femme beige, tellement il la trouve pâle et décolorée dans ses habits tristes, le contraire des femmes qui l’attirent. Benny lui, il aime les femmes qui se maquillent, qui se pomponnent, bien en chair… pas facile avec son métier d’agriculteur de rencontrer la femme qui lui conviendrait !

Alors comment ces êtres aussi différents vont-ils arriver à s’aimer ? Ah, le mystère de l’amour… Pour Désirée et Benny, c’est dans un sourire aussi bref qu’inattendu que la passion naîtra, à la plus grande surprise des deux intéressés eux-mêmes, conscients de ne pas évoluer dans le même monde…

 

Les histoires d’amour finissent mal… en général… !

 

Et bien oui, j’ai aimé ce livre, et même beaucoup aimé, je suis une incorrigible romantique ! Mais attention, ici pas de mièvrerie, de guimauve et de mots sucrés à chaque page. Mais quel humour ! Bien sûr, vous n’éviterez pas certains clichés sur le choc des cultures, la ville, la campagne… Le sel du livre est ailleurs. La rencontre de ces deux éclopés de l’amour est franchement hilarante : que dire de Benny quand il découvre pour la première fois l’appartement de Désirée, vide et froid comme un hôpital…, et de Désirée arrivant à la ferme familiale encore toute imprégnée de la présence de la mère. Non, Désirée n’aime pas le point de croix, ne sait pas faire les boulettes de viande et ne comprend pas qu’on doive se lever aux aurores pour traire des vaches… Et oui, Benny s’endort, ou pire ronfle bruyamment en pleine représentation théâtrale…, mais pour son anniversaire, alors qu’il la connaît à peine, il lui offre des boucles d’oreilles Mickey, un savon papillon, des collants turquoises, un ballon rouge, un harmonica et une affiche affreusement kitsch d’un couple d’amoureux debout dans un coquillage…, comment ne pas succomber !!! Et au lit me direz vous…, et bien c’est chaud, bouillant même, à des années lumière de ce bon vieux Orjan ! Sacrément dévergondée la fille de la ville !

Allez, je n’en dirais pas plus, filez vous acheter ce livre et préparez-vous à passer un vrai bon moment de lecture. Personnellement, j’ai été très touchée par la fin de ce livre, ouverte, différente de ce à quoi on pouvait s’attendre et profondément émouvante. Je serais curieuse de voir l’adaptation théâtrale qui en a été faite…

 

Première phrase : « Méfiez-vous de moi ! Seule et déçue, je suis une femme dont la vie sentimentale n’est pas très orthodoxe, de toute évidence. »  

 

Au hasard des pages : « Parfois j’ai l’impression que je suis en train d’essayer d’apprendre son corps par coeur, comme si j’avais peur qu’il disparaisse. Je connais ses creux sous les clavicules, ses orteils droits, le grain de beauté sous son sein gauche et le duvet blanc sur ses avants-bras. Si on jouait à collin-maillard, je ne me tromperais jamais, à condition qu’elle soit nue. Je crois que je la reconnaîtrais rien qu’à la manière dont son nez forme un angle qui pointe en l’air. C’est assez marrant, elle se trouve tout à fait quelconque. Moi, j’ignore totalement si elle est belle ou laide, ça n’a aucun intérêt, pourvu qu’elle reste comme elle est. » (p. 136)  

 

Traduit du suédois par Lena Grumbach et Catherine Marcus 

Editions Actes Sud (mars 2009)

Collection Babel 

 


importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-le-mec-de-la-tombe-d-a-cote-katarina-mazetti-54514671.html

17 commentaires sur “Le mec de la tombe d’à côté – Katarina Mazetti

  1. mais quel délicieux papier!!!et bien moi aussi j’ai beaucoup aimé…hors format poche,il est édité sur papier ROSE!!c’est génial à lire et ça lui va si bien…vraiment drôle et merci pour cette bonne idée de bog sur lequel,tu penses bien, nous ne manquerons pas de réagir!!

    • Oh me voilà toute « émotionnée » !!! Mon premier commentaire, suis trop fière !!! Je t’embrasse ma Mag, dommage que j’ai loupé la version girly sur papier rose, j’aurais adoré !! ;))

    • :))) C’est vrai que c’est sympa à lire ! Tu me diras ce que tu en auras pensé… et je lirais ton billet avec attention ! 😉

    • C’est vrai qu’elle est parfois pénible ! ;)) Et moi aussi je suis ravie de voir que j’ai déjà des commentaires, je ne comprends toujours pas comment les bloggueurs ont réussi à atterrir chez moi ! ;))

    • Merci beaucoup de ta visite ! Je découvre tout juste la blogosphère, bien vaste tout ça…, aurais-je assez de mes journées pour tout voir, tout lire… argggggghhhh !! 😉

    • C’est vrai que ça fait du bien ! Un peu de romantisme de temps en temps… ! J’aime aussi beaucoup le fantastique même si pour l’instant aucun billet ne porte là dessus ! Merci de ta visite !

  2. Je viens de terminer ce livre grâce à ta présentation. j’ai beaucoup aimé mais la toute fin m’a étonné et un peu déçu !

    • C’est vrai que la fin est très étonnante ! D’un autre côté, on ne peut pas vraiment s’attendre à une vraie « happy end », c’est cohérent je trouve ! 😉

  3. ah oui effectivement Noukette c’était ton premier billet, et ma foi il était réussi, et tu as eu beaucoup de visites pour une première fois! en tout cas ma chronique sur ce livre est celle qui m’a apporté le plus de commentaires, tous positifs:donc un livre très apprécié par la blogosphère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *