Les heures souterraines – Delphine de Vigan

  vigan1J’ai découvert Delphine de Vigan grâce au billet élogieux qu’avait fait Stéphie à la lecture de No et moi (prix des libraires 2008). Cette lecture m’avait bouleversée, émue, l’histoire est restée longtemps en moi à tel point que c’est un livre que j’offre ou conseille régulièrement… Tous ses livres m’attendent désormais dans ma bibliothèque personnelle, dont celui ci, le dernier de l’auteur…

 

Vies parallèles…

 

Mathilde est une jeune femme dynamique, cadre supérieure dans une grande entreprise. Suite à un drame personnel, elle élève seule ses trois garçons âgés de 10 à 14 ans. Tous les matins, elle se  rend à son travail en prenant le métro puis la ligne D du RER. Seulement, depuis quelques mois, elle vit l’enfer au bureau, persécutée, rabaissée et brimée par un patron qui autrefois la respectait. Victime de harcèlement moral, elle se retrouve reléguée dans un bureau sans fenêtre, proche des toilettes pour hommes…

Thibault est médecin aux Urgences de Paris. Il côtoie la misère du monde au quotidien, dans cette ville tentaculaire où les gens se croisent sans se voir, où la solitude est reine, où personne ne se soucie de son prochain… Ce matin là, il rompt avec Lila, conscient que son amour n’est pas partagé et que cette histoire ne le mènera à rien. En ce 20 mai, Mathilde et Thibault vont se croiser… sans se voir ?

 

Capitale de la douleur

 

Ce livre m’a beaucoup touché mais, autant le dire tout de suite, mieux vaut ne pas s’attendre à le refermer un sourire aux lèvres. Le Paris dépeint par l’auteur est glauque au possible et ne peut pas laisser indifférent… Tout au long du roman, on se prend à espérer que Mathilde et Thibault vont de rencontrer et que tout sera différent. Chacun évolue dans son monde, avec ses peurs, ses doutes, ses espoirs aussi… Seul dans la multitude. Pourtant, le ton n’est jamais larmoyant, il est juste, à la fois tendre et cruel. On s’attache immédiatement aux personnages, on s’offusque, on voudrait que Mathilde relève enfin la tête pour affronter son odieux patron, on s’indigne auprès de Thibault qui enchaîne les visites à domicile auprès de personnes seules, pour qui il sera LE visage ami, LA personne à qui parler…

Oui, ce livre n’est pas très optimiste, mais il est tellement vrai… La solitude, les mesquineries quotidiennes, l’individualisme, l’égoïsme…, tout y est. A la lecture de ce livre, on entendrait presque le brouhaha de la foule, le bruit de la ville, les annonces sans chaleur et mécaniques diffusées dans les sous-sols du métro : le lecteur est là, parmi les anonymes, dans les rues, sous les rues… Il vit lui aussi des « heures souterraines »…

 

Une vraie découverte, qui ne fait que confirmer le talent de son auteur…

 

Premières phrases : « La voix traverse le sommeil, oscille à la surface. La femme caresse les cartes retournées sur la table, elle répète plusieurs fois, sur ce ton de certitude : le 20 mai, votre vie va changer. »

 

Au hasard des pages : « Elle rêve parfois d’un homme à qui elle demanderait : est-ce que tu peux m’aimer ? Avec toute sa vie fatiguée derrière elle, sa force et sa fragilité. Un homme qui connaîtrait le vertige, la peur et la joie. Qui n’aurait pas peur des larmes derrière son sourire, ni de son rire dans les larmes. Un homme qui saurait. Mais les gens désespérés ne se rencontrent pas. Ou peut-être au cinéma. Dans la vraie vie, ils se croisent, s’effleurent, se percutent. Et souvent se repoussent, comme les pôles identiques de deux aimants. Il y a longtemps qu’elle le sait. » (p. 167)

 

Editions JC Lattès (2009)

280 p.

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-les-heures-souterraines-delphine-de-vigan-54898560.html

7 commentaires sur “Les heures souterraines – Delphine de Vigan

    • Si tu n’as pas peur d’en sortir déprimée…, c’est un bon bouquin ! Qu’en au « happy end »…!! Contente que le billet t’ai plu ! ;))

    • Ah mais non !!! Il ne faut pas penser à la rentrée maintenant ! Dis toi que plein de nouveautés t’attendent dans mon armoire magique !! ;))) Cela dit, il faudra que tu te fasses ton opinion sur celui là, même si c’est un peu déprimant ! 😉

    • Les 2 n’ont rien à voir ! Un vrai coup de coeur pour No… Celui ci est tristoune mais très bien quand même ! 😉

    • C’est vrai qu’après « No et moi »…, j’ai tout acheté de l’auteur ! 😉 C’est sûr que celui ci n’est pas très gai, et comme toi, je passe beaucoup de temps, non pas dans le métro mais dans le RER, le D d’ailleurs, et j’habite juste à côté de là où travaille Mathilde…! C’est souvent là que j’avance dans mes lectures !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *