Noir d’ancre : le Prix de la nouvelle érotique 2016

noir d'ancreJ’aime beaucoup l’idée de ce prix : écrire durant une nuit une nouvelle inédite en respectant une double contrainte, celle d’un contexte et d’un mot final. Pour cette première édition, les participants devaient s’accommoder du thème « Jamais sans toi, peut-être avec un autre » et terminer leur nouvelle par le mot « Ancre ». Un large éventail de possibilités pas forcément maritimes si tant est que l’on arrive à tenir éveillé jusqu’à 7 heures du matin, dernier délai pour renvoyer la nouvelle par mail.

 

Neuf nouvelles dont la nouvelle gagnante que j’ai lues sans déplaisir sur la route des vacances. Neuf nouvelles dont quelques jours plus tard je ne garde malheureusement que très peu de souvenirs. La qualité des dites nouvelles n’est pourtant pas à remettre en cause. Comme Jérôme le soulignait le mois dernier, il y a au contraire une jolie variété dans ce recueil. Et pourtant. C’est souvent le reproche que je fais à ce genre de littérature. C’est une littérature de l’instantané. On passe un bon moment, ou en s’ennuie, au choix, mais peu nombreux sont les textes qui arrivent à marquer durablement. Assez frustrant finalement…

 

Parmi les neuf nouvelles du recueil, quatre sont écrites par des auteurs dont je connaissais déjà la plume, parmi elles celle de Diniz Galhos dont j’avais découvert le premier roman à la sauce tarantinesque il y a quelques années. C’est peut-être celle qui m’a le plus surprise. Il y a là de la douceur et une belle façon de briser le tabou de la vieillesse. Une jolie plume aussi, délicate et sensuelle. A des kilomètres de celle de Gilles Milo-Vacéri, pas désagréable mais un peu trop « masculine » à mon goût dans cette accumulation des descriptions quasi chirurgicales. Régis de Sà Moreira a choisi quant à lui un point de départ original qui malheureusement m’a laissée de marbre. Reste la nouvelle de Catherine Verlaguet, dont j’ai aimé la subtilité et la belle sensualité. Quant à la nouvelle gagnante, je l’ai trouvée anecdotique…

 

J’attends de voir maintenant si d’autres éditions de ce prix verront le jour. L’occasion peut-être de découvrir des auteurs à suivre dans ce genre où pour ma part je trouve qu’il est très compliqué de sortir du lot…

 

L’avis de Jérôme

 

Pour lire la nouvelle lauréate : clic

 

Éditions Au Diable Vauvert (Octobre 2016)

154 p.

 

Prix : 12,00 €

ISBN : 979-10-307-0083-1

 

mardi c'est parmis

By Stephie

5 commentaires sur “Noir d’ancre : le Prix de la nouvelle érotique 2016

  1. C’est ça, la gagnante est anecdotique, celle de Sà Moreira sans intérêt et celle de Milo-Vacéri m’a rappelé du porno des années 80 (enfin c’est ce qu’on m’a dit puisque tu sais bien que je ne connais rien au porno^^).
    Et Catherine Verlaguet restera ma chouchoute, ma gagnante à moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *