Sauveur & fils (saison 2) – Marie-Aude Murail

sauveurfils21Le seul véritable risque quand on commence un roman de Marie-Aude Murail c’est de ne pas réussir à le reposer. Surtout quand on retrouve des personnages chouchous que l’on a l’impression de connaître depuis toujours.

Toujours ce sens aigu de la psychologie, toujours ce regard juste, tendre et bienveillant mais jamais complaisant posé sur ces adolescents qui tentent de pousser droit. Toujours cet humour, ce sens du dialogue et cette faculté d’observer à la loupe cette génération en quête de sens…

 

Spectateur privilégié, le lecteur s’immisce dans les consultations de Sauveur Saint-Yves. Face à lui, des détresses réelles, un certain mal de vivre, des blessures à cicatriser, des vides à combler… En souffrance, parfois maladroits, contradictoires ou extrêmes, ils ont trouvé en Sauveur l’oreille attentive qui leur manquait.

 

C’est peu dire que l’on retrouve avec bonheur les anciens patients du psychologue antillais. Certains ont fait un bout de chemin, certains cherchent encore leur route, d’autres ont semble-t-il renoncé… et des petits nouveaux les ont rejoints. La galerie de portraits s’allonge, les situations nous font sourire, nous émeuvent, nous questionnent… et c’est un régal ! Ajoutez à cela une tentative de vivre ensemble plutôt complexe, un squatteur de grenier, des naissances de bestioles en pagaille, un étonnant grand-père tombé du ciel… et vous aurez un tableau loin d’être exhaustif des réjouissances promises par cet excellent nouvel opus ! Vivement la suite !

 

Une délicieuse pépite jeunesse que j’ai pris un plaisir fou à partager avec mon complice Jérôme.

 

Mon avis sur la saison 1

 

Les avis de Brize, Cathulu, Nadège, Pépita, Thalie

 

Éditions École des Loisirs (Novembre 2016)

313 p.

 

Prix : 17,00 €

ISBN : 978-2-211-23086-5

 

 

pepites_jeunesse

Hiver à Sokcko – Elisa Shua Dusapin

sockho

« Il est arrivé perdu dans un manteau de laine. »

 

Je me suis sentie bien dans ce roman dès les premières lignes. Une atmosphère, une ambiance, des odeurs particulières, des sons étouffés que l’on croit entendre au creux de son oreille. Le lecteur est à Socko, petite ville portuaire déserte proche de la Corée du Nord. Il fait froid, la mer n’est pas loin, tout est lenteur et on ne fait qu’attendre…

C’est dans cette atmosphère feutrée qu’aura lieu la rencontre. Celle d’une jeune Franco-Coréenne engluée dans des tâches quotidiennes qui l’éloignent de ses aspirations les plus profondes, et celle d’un auteur de bande dessinée français en mal d’inspiration venu chercher la quiétude et le silence propices à la création dans cette discrète pension de famille. 

 

L’homme tente de dessiner la femme qu’attend son héros. La femme observe dans l’ombre les esquisses d’un amour défunt ou naissant, qui sait… Entre eux, quelques mots rares, des regards, des silences rarement rompus, des longues promenades. Et un lien qui ne dit pas son nom doucement se tisse. Fragile. Ténu. Délicat…

 

Il ne se passe pas grand chose dans Hiver à Sokcko. Les solitudes entrent en résonance, se jaugent, se percutent, s’apprivoisent… Les âmes esseulées trouvent un écho à leur errance, un miroir à leur désert intérieur. Tout est coton. Cocon. Intime. Et on s’y sent bien…

 

Hiver à Sokcko c’est l’histoire d’un amour sans commencement ni fin. Tout y est suggéré, rêvé, juste esquissé. On se perd dans ce qui pourrait être et ne sera peut-être jamais… et c’est magnifique !

 

Un premier roman envoutant dont j’ai le plaisir de partager la lecture avec la douce Moka. Coup de cœur !

 

Les avis de Charlotte, Clara, Eimelle, Jérôme, Joëlle, Martine, Sabine, Virginie

 

« De l’autre côté du mur, la main était lente. Pavane de feuilles mortes dans le vent. Nulle violence dans ce bruit. De la tristesse. De la mélancolie surtout. La femme devait se lover au creux de sa paume, s’enrouler autour de ses doigts, lécher le papier. Toute la nuit je l’ai entendue. Toute la nuit j’aurais voulu tirer sur mes joues pour couvrir mes oreilles. Le supplice n’a cessé qu’au petit matin,  lorsqu’enfin la plume s’est tue, épuisée je me suis endormie. »

 

Éditions Zoé (Août 2016)

144 p.

 

Prix : 15,50 €

ISBN : 978-2-88927-341-6

 

68

 

challenge12016br

34/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book

Première personne du singulier – Patrice Franceschi

première perzsonneJ’ai tout aimé dans ce recueil de nouvelles… La beauté de la langue, la puissance des histoires, la force des personnages, les choix tragiques auxquels ils sont confrontés, ces décisions qu’ils sont forcés de prendre et qui changent leur vie à jamais…

 

Je lis trop peu de nouvelles. C’est pourtant un genre que j’affectionne tout particulièrement tant je trouve l’exercice difficile. Patrice Franceschi n’a pas obtenu le Prix Goncourt de la nouvelle pour rien. Il réalise avec ces quatre nouvelles un véritable exercice d’équilibriste. Tout y est savamment dosé. L’émotion, la tension, le tragique et le drame. Dès les premières lignes, le lecteur est pris au piège de ce style que j’ai trouvé particulièrement beau. Un style qui n’est pas sans rappeler la puissance d’un Melville ou d’un Stevenson, rien que ça…

 

Il est ici question de choix. Ceux qui s’imposent à nous et nous changent à jamais. Ceux qui brisent une existence, obligent aux plus horribles des sacrifices et laissent une marque au fer rouge. Ces dilemmes cornéliens qui nous mettent face à nous-mêmes. Ces décisions désespérées qui signent toujours la fin de quelque chose…

Flaherty le vieux marin obligé de faire le plus difficile des choix pour sauver son équipage de la tempête, le sous-lieutenant Vernaud amoureux fou des mots de Victor Hugo qui refusera jusqu’au bout de capituler face à l’ennemi, Wells l’idéaliste hanté par une injustice jusqu’ici restée impunie, Madeleine et Pierre-Joseph et leur choix impossible sur ce quai de gare qui mène vers l’horreur absolue… Tous sont confrontés aux choix les plus douloureux qui soient. Et ils sont seuls à les affronter …

 

Tragique et lumineux. Ces nouvelles sont des petits bijoux. Elles restent longtemps en mémoire et se dégustent tant la langue est belle, les descriptions sublimes et les personnages incarnés. Le plaisir de lecture en est décuplé. Chapeau monsieur Franceschi, c’est de la belle ouvrage !

 

Les avis de Krol, Luocine, Nicole

 

Éditions Points (Avril 2016)

161 p.

Première parution en grand format aux éditions Points en Janvier 2015

 

Prix : 5,90 €

ISBN : 978-2-7578-5927-8

Nos âmes la nuit – Kent Haruf

nos âmes la nuit

« Le pire, ce sont les nuits. Vous ne trouvez pas ? »

 

 

Je me suis tout de suite sentie bien entre ces pages. Curieusement à la maison, dans une histoire toute simple comme je les aime. La rencontre de deux solitudes qui tout doucement s’apprivoisent. Celle de deux âmes esseulées qui se croisent au bon moment, peut-être un peu trop tard oui, mais ça en vaut la peine…

 

Addie et Louis sont veufs. Toute une vie derrière eux, des tas de souvenirs plus ou moins heureux, des remords à la pelle et des regrets qui grattent encore un peu quand on y pense… Devant eux, sûrement encore quelques années à vivre parce qu’il le faut bien…

 

Addie et Louis sont seuls mais une seule maison les sépare. Ils se sont bien croisés une fois ou deux, se sont salués poliment, ont su les épreuves et les coups du sort mais la vie ne les a jamais rapprochés. Jusqu’à ce qu’Addie ose une demande pour le moins incongrue. Se retrouver, aux heures les plus sombres de la nuit. Parler. Et s’endormir ensemble, tout simplement. Louis est surpris mais il accepte…

 

Dans la petite ville de Holt, Colorado, les rumeurs ne tardent pas à naître. Addie et Louis n’en ont que faire. Doucement, ils s’apprivoisent, ouvrent leurs cœurs et leurs âmes à cet autre qu’ils n’attendaient même plus…

 

J’aurais voulu ne jamais finir ce roman. Rester encore un peu aux côtés de Louis et Addie. Regarder leurs mains se frôler. Entendre leurs chuchotements dans la nuit. Observer les balbutiements de cet amour aussi beau qu’inattendu et précieux. Les voir se raconter leurs solitudes, se recréer un cocon, une famille même…

 

C’est doux et tendre, pudique, simple et touchant. Pas de grandes envolées, juste une belle histoire et des personnages fragiles qu’on aimerait ne pas devoir quitter. Je découvre Kent Haruf avec ce roman, décédé peu de temps après sa parution aux États-Unis. J’ai aimé sa plume qui ne s’embarrasse pas de l’inutile. Ce dépouillement qui recentre sur l’essentiel. Cette bulle qu’il arrive à recréer autour de personnages vrais qui ne trichent pas. Ça fait un bien fou…! Un vrai bonheur de lecture et mon premier coup de cœur de l’année !

 

 

Les avis de Alex, Electra, Eva, Jérôme, Jostein, Keisha, Léa, Luocine, Marie-Claude, Zazy

 

 

Éditions Robert Laffont (Septembre 2016)

Collection Pavillons

180 p.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff

 

Prix : 18,00 €

ISBN : 978-2-221-18784-5

 

 

challenge12016br

33/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book

Morgane – Fert / Kansara

morganeRevisiter la légende Arthurienne en se focalisant sur le personnage sulfureux et énigmatique de la fée Morgane. Dépoussiérer son image en révélant son côté ambigu, révolté, indépendant et pugnace…

 

La couverture donne le ton et le lecteur n’est pas au bout de ses surprises. Non seulement les deux auteurs s’en donnent à cœur joie dans leur réinterprétation du mythe mais ils osent imaginer une héroïne des plus modernes qui aurait bien des leçons à donner à toutes ces prétendues féministes…

 

Morgane est en colère et se donne les moyens de reconquérir le pouvoir dont on l’a injustement privée. Son demi-frère Arthur est monté sur le trône de Bretagne alors qu’il lui était promis depuis sa naissance. C’était sans compter les manigances de Merlin qui œuvrait patiemment dans l’ombre pour mettre son plan diabolique à exécution, allant jusqu’à la manipuler depuis sa plus tendre enfance pour la maintenir sous sa coupe…

 

Mais la vengeance est un plat qui se mange froid. Et Morgane a tout son temps… Patiemment, elle aussi, se met à tisser sa toile. Patiemment, elle tire les ficelles et avance ses pions pour assouvir sa soif de pouvoir envers et contre tous ceux qui l’ont utilisée et prise pour ce qu’elle n’était pas… 

 

Nul doute que cette nouvelle Morgane ne laissera aucun lecteur indifférent. Femme fatale, vénale, intelligente, intrigante, cruelle, indomptable, rebelle… et forcément intimement libre, Morgane fascine et interroge. Autour d’elle, gravitent tous les personnages emblématiques de la légende arthurienne, tous écornés et rhabillés pour l’hiver, il n’y a pas de raison. Les dialogues sont d’ailleurs souvent réjouissants tant les interactions entre les différents personnages sont modernes et enlevées.

 

Moderne donc, à l’image du dessin de Stéphane Fert qui m’a pour le coup assez déstabilisée. Couleurs saturées, avalanche de bleu, dessin très stylisé voire simplifié à l’extrême, j’avoue ne pas avoir été emballée plus que ça par ce choix graphique qui a le mérite d’être audacieux. Pour autant, cette modernité du trait est plus que pertinente quand on voit le portrait que les auteurs ont choisi de faire de Morgane… et on finit par s’y habituer. Tout est cohérent en somme et fait de ce Morgane une parenthèse de lecture tout à fait agréable.

 

Un album toujours en lice pour le Prix de la BD Fnac 2017, et c’est mérité ! Fin du suspense le 17 janvier !

 

Une lecture que j’ai le plaisir de partager avec Leiloona

 

L’avis mitigé de Mo’

 [slideshow]

Éditions Delcourt (Avril 2016)

Collection Mirages

144 p.

 

Prix : 17,95 €

ISBN : 978-2-7560-7005-6

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez Moka

Je lis donc je suis…

Histoire de laisser 2016 derrière nous, comme l’année dernière je reprends ce petit tag bien sympathique dont j’adore l’idée. Le principe est simple, … Répondre aux questions posées en donnant comme réponse le titre d’un livre lu dans l’année écoulée. Un « bilan » alternatif qui me plaît bien, parfait pour démarrer cette nouvelle année de lecture !

 

 

Homme-tête-de-livre

Décris toi…

La délicatesse

 

Comment te sens tu ?

Sans ailes

 

Décris où tu vis actuellement…

La maison

 

Si tu pouvais aller où tu veux, où irais tu ? 

Dans le ventre de la Terre

 

Ton moyen de transport préféré ?

Un paquebot dans les arbres

 

Ton/ta meilleur(e) ami(e) est…

Le Garçon

 

Toi et tes amis vous êtes…

Les Fragiles

 

Comment est le temps ?

Comme neige

 

Quel est ton moment préféré de la journée ?

A la table des hommes

 

Qu’est la vie pour toi ?

Un bruit étrange et beau

 

Ta peur ?

J’ai longtemps eu peur de la nuit

 

Quel est le conseil que tu as à donner ?

Soyez imprudents les enfants

 

La pensée du jour…

Songe à la douceur

 

Comment aimerais tu mourir ?

Le sommeil le plus doux

 

Les conditions actuelles de ton âme ?

Tant que mon cœur bat

 

Ton rêve ?

Un jour il m’arrivera un truc extraordinaire

 

 

Alors, à qui le tour ?

 

heart-book_p

Ces livres lus en 2016… dont je n’ai pas parlé

Livre-sur-banc

Cette année encore, j’ai lu un certain nombre de romans dont je n’ai pas parlé ici… Par manque de temps, parfois par manque d’envie, souvent parce que je me demandais quoi en dire qui n’avait pas déjà été dit ou au contraire parce que je ne pensais pas trouver des mots à la hauteur. Une petite dizaine de livres donc qui n’ont pas eu droit à leur petite bafouille et j’avoue que ça me chagrine un peu, d’autant que parmi eux se cachent quelques coups de cœur voués à l’oubli.

 

2017 verra peut-être naître des billets dignes de ce nom sur certains d’entre eux mais dans le doute, zoom sur ces romans oubliés qui méritent plus qu’un petit coup de projecteur…!

 

 

silo

Plus de 700 pages dévorées en moins de 4 jours au début de l’été… Du jamais vu me concernant, surtout pour une dystopie qui se déroule dans un obscur futur post-apocalyptique. Les deux autres tomes de la trilogie m’attendent et il me tarde de retrouver cette société enterrée et ses personnages inoubliables. En totale immersion dans le Silo, j’ai vécu quatre jours littéralement coupée du monde, captivée par ces quelques milliers de survivants vivant sous terre pour échapper à un monde devenu toxique. Complètement addictif !

 

Silo de Hugh Howey, Le Livre de Poche, 2016, 8,60 €

ISBN : 978-2-253-18353-2

 

années sauvages

Un roman étonnant dont j’étais loin de détenir toutes les clés. L’histoire d’une famille hors normes et de la relation très particulière entre deux sœurs. J’ai aimé cheminer à l’aveugle, rassembler les bribes du passé, m’interroger sur cette famille américaine si peu conventionnelle… jusqu’à cette fameuse page 99 et ses révélations.

Un livre atypique que j’ai dévoré d’une traite…!

 

Nos années sauvages de Karen Joy Fowler, Presses de la Cité, 2016, 21 €

ISBN : 978-2-258-11843-0

 

 

Tout-Jamais-DitImpossible pour moi de passer à côté de ce roman dont tout le monde parlait. Je savais que ce n’était pas à proprement parler un polar mais plutôt un thriller psychologique. C’est justement ce que j’ai aimé. Lydia Lee, seize ans, est morte. Le lecteur le sait dès les premières lignes, pas sa famille. Accident, meurtre ou suicide ? On ne cesse de s’interroger et de tenter de percer à jour les nombreux secrets que semble garder cette famille apparemment exemplaire. Un très bon roman sur les non-dits, le poids des traditions et les choix que l’on s’impose. Excellent.

 

Tout ce qu’on ne s’est jamais dit de Celeste Ng, Sonatine, 2016, 19 €

ISBN : 978-2-35584-367-9

 

ni terre ni merUn premier roman allemand qui m’a complètement envoutée ! Romanesque comme j’aime, portée par une écriture sublime, je ne l’ai pas lâché une fois commencé et l’ai fini les larmes aux yeux. Difficile d’oublier le destin de ce pianiste de croisière dont la vie n’a été qu’une succession de choix souvent douloureux. Difficile d’oublier ce souffle qui parcourt cette sublime histoire de (re)construction… Coup de cœur !

 

Ni terre ni mer de Anne von Canal, Slatkine & Cie, 2016, 18 €

ISBN : 978-2-88944-005-4

 

 

j'ai tué papaInoubliable Antoine, un petit garçon pas tout à fait comme les autres. Sa voix, son univers, son petit monde… Sa fragilité et sa force, ses réactions face à ce qu’il ne sait pas nommer. Un roman poétique et troublant qui force l’admiration par sa justesse et sa simplicité désarmante.

De très belles pages sur l’autisme et la différence, entre autres. Une plume à découvrir d’urgence ! 

 

J’ai tué papa de Mélanie Richoz, Slatkine & Cie, 2016, 12 €

ISBN : 978-2-88944-020-7

 

 

administrateur-provisoire_976Un roman glaçant par l’auteur du très remarqué premier roman La maladroite. J’y ai retrouvé cette plume froide et distanciée, ce regard impitoyable sur les évènements, cette capacité à dire l’indicible. L’histoire d’un homme qui découvre que son arrière-grand-père a participé à la confiscation des biens juifs durant l’Occupation. Une plongée dans des heures sombres souvent ignorées, un roman extrêmement documenté qui fait froid dans le dos. Une enquête à la fois historique et familiale dont on ne ressort pas indemne… Passionnant !

 

L’administrateur provisoire d’Alexandre Seurat, Le Rouergue, 2016, 18,50 €

ISBN : 978-2-8126-1104-9

 

 

vera kaplanLe récit inspiré du destin de Stella Goldschlag, jeune Juive berlinoise qui, pour sauver ses parents au départ, puis simplement pour rester en vie, en est venue à commettre l’impensable… dénoncer ses frères, par centaines et les mener à une mort certaine. Une narration intéressante qui croise le passé et le présent, des lettres et un carnet retraçant l’histoire de celle qui apparait à la fois comme une victime et comme un monstre. Sujet délicat traité avec la distance qu’il convient et une lecture qui reste longtemps en mémoire…

 

Vera Kaplan de Laurent Sagalovitsch, Buchet-Chastel, 2016, 13 €

ISBN : 978-2-283-02997-8

 

 

Baby-spotPetit roman grands effets… Tomás est un garçon de douze ans qui vit dans une banlieue pauvre de Madrid. Sa vie bascule un soir d’août quand son ami Lucas est retrouvé pendu à une poutre, sur un chantier abandonné. Tomás a besoin de raconter, de dire, de se dire, pour ne rien oublier… Il se met alors à écrire. Le lecteur, lui, n’est pas au bout de ses surprises… Un roman surprenant, violent, cru aux allures de drame annoncé. La voix d’un enfant qui n’en est peut-être plus tout à fait un…

 

Baby Spot de Isabel Alba, La contre allée, 2016, 13 €

ISBN : 978-2-917817-52-0

 

 

Petit-Animal-SauvageUn premier roman dont j’ai aimé la langue âpre et sans concessions. Un roman dru et violent sur l’adolescence, la liberté, la sauvagerie et l’animalité de l’amour. Un roman qui se déroule dans les années 70 mais m’a fait furieusement pensé à La petite barbare d’Astrid Manfredi. Même désenchantement, même rage, même colère et au final le portrait d’une adolescente en prise avec la vie qui n’est pas inintéressant. Pas inoubliable mais une nouvelle plume moderne et très visuelle à surveiller de près.

 

Petit animal sauvage de Anne-Françoise Brillot, Mercure de France, 2016, 12,50 €

ISBN : 978-2-7152-4270-8

 

 

corps de lolaJ’aimais l’idée de départ. Cette ambivalence, ces deux facettes d’une même femme qui cohabitent, parfois difficilement, enfermées dans un même corps. De belles pages sur le désir, la féminité, le corps, le couple. J’y ai retrouvé en filigrane les thèmes abordés dans Jupe et pantalon. Celui de la femme et ses carcans, coincée entre la mère et la putain… Le style est percutant, sensuel, charnel, moderne, poétique mais force est de constater qu’il m’en reste peu de choses aujourd’hui et qu’il m’aura moins marqué que le roman de Julie Moulin…

 

Les corps de Lola de Julie Gouazé, Belfond, 2016, 17 €

ISBN : 978-2-7144-7411-7

 

 

vagabondMon premier roman de Franck Bouysse et sûrement pas le dernier ! J’ai aimé cette concision, cette économie de moyens, cette force d’évocation… Peu de mots oui, mais quels mots ! Le lecteur ne connaitra jamais le nom de l’homme dont il est question ici. Un homme qui erre dans la ville, joue du blues dans les bars, s’interrogeant le reste du temps sur la ruine qu’est sa vie… Et puis cette femme. Juste croisée, un soir. Et cette autre femme, Alicia, qui le hante encore, qui elle réapparait alors qu’il ne l’attendait plus. Une plongée sublime dans les affres des souvenirs et de l’âme humaine. Un roman sombre et désespéré qui laisse une empreinte indélébile. Puissant !

 

Vagabond de Franck Bouysse, La manufacture de livres, 2016, 8,90 €

                                              ISBN : 978-2-35887-135-8

 

 

celui-là est mon frèreCe premier roman était un de ceux qui me faisait le plus envie en cette rentrée littéraire. A mi chemin entre le conte philosophique et la fable atemporelle, il raconte les retrouvailles entre un chef d’état et son frère disparu depuis plus de dix ans suite à un meurtre. Celui qui revient n’est plus le même et a revêtu le costume de l’ennemi… Dans une ville imaginaire, la voix qui s’élève est belle et émouvante, s’égare dans les souvenirs et tente de ne pas voir l’inéluctable.

Un texte court qui se lit dans un souffle. J’en ai aimé la musique, le rythme, la sensibilité tout en regrettant par moments de le sentir trop « travaillé ». Sûrement ce qui m’a fait passer à deux doigts du coup de cœur…

 

Celui-là est mon frère de Marie Barthelet, Buchet-Chastel, 2016, 14 €

                                                ISBN : 978-2-283-02974-9

 

 

Mission accomplie…!

 

Les comptes sont remis à zéro, je vais pouvoir tourner sereinement la page de 2016 et aborder avec enthousiasme et curiosité les lectures qui feront 2017 !

Je viens d’ailleurs de finir un roman français fascinant et un recueil de nouvelles de toute beauté dont j’ai hâte de vous parler…! En attendant, je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année !

 

♥ Coups de coeur romans 2016 ! ♥

livrecoeur

Dernière ligne droite avant 2017…

et le traditionnel coup d’œil dans le rétroviseur

avec le top très subjectif des romans lus cette année !

 

Retour donc sur les romans qui cette année m’ont touchée, émue, parfois même au delà…

Parmi eux, de vraies pépites qui font battre le cœur,

des premiers romans bluffants et des textes courts qui laissent sans voix…

 

Des romans qui résonnent longtemps et marquent au fer rouge…

Toute la littérature que j’aime !

 

Un p’tit clic sur la couverture pour découvrir ou redécouvrir mes avis de lecture…

 

♥ Hors catégorie ♥

Marcus Malte au sommet de son art…

 

legarcon

 

Sylvie Germain et Valentine Goby, toujours…

 

germain-204x300 paquebot arbre

 

 La révélation…

 

martin

 

Le « précieux »…

 

Bouche personne

 

Les chouchous…

 

buffles bleucouv

 

Les « grands » premiers romans…

 

en-attendant-bojangles-223x330 douleur plumes de-nos-freres-blesses girls

 

Les petites parenthèses de bonheur…

 

la_petite_lumiere Apaise le temps.inddorigami 

 

Ces romans qui m’ont emmenée ailleurs…

 

station Eleven maraudeurs

 

Celui qui a une saveur toute particulière…

 

ivana

 

 Et, last but not least…

« Ceux dont j’attendais tant et dont j’ai déjà tout oublié aujourd’hui… »

 

lemaitre les_incendies l-amie-prodigieuse chanson douce

Et vous, quels ont été vos coups de cœur et vos coups de griffe de cette année ?

♥ Coups de coeur BD 2016 ♥

Encore une bien belle année BD !

 

Une cinquantaine d’albums chroniqués, des bulles en pagaille, de bien jolies surprises…

Et des chouchous qui se confirment et s’installent dans mon petit panthéon personnel…

 Elle est belle la planète BD…  !

 

 

Et ceux qui restent cette année…

Petit coup d’œil dans le rétroviseur en attendant 2017 !

Un p’tit clic sur la couverture pour découvrir ou redécouvrir mes billets…

 

 

Les meilleurs albums de l’année…

 

Pereira-prétend zai maison-555x406

 

Ces suites qui tiennent toutes leurs promesses…

 

FOURREAU-BRODECK-02.indd Couverture alvin melvile2

 

Ces rencontres qui marquent…

 

bondrée PaulàQuébec boxeur_01

Jane le renard et moi port marins perdus

 

Ces OVNIS qui vous sortent de votre zone de confort…

 

ici stupor-mundi tête de mule

 

Ces pépites jeunesse qui font du bien…

 

Alcibiade COUV. JULES B.indd contes-ruelle-gallimard

 

Et vous, quels sont vos coups de cœur BD de l’année ?

 

BD de la semaine saumon