Séquestrée – Chevy Steavens

Séquestrée

 

Difficile de passer à côté de ce thriller en ce moment, et pour cause, il est très bon ! D’ailleurs, je n’en ai fait qu’une bouchée ! Pas de sang ici, pas de serial killer psychopathe (quoique…) mais un suspense insoutenable qui nous pousse à tourner les pages de façon frénétique. Lecture idéale pour les lecteurs en panne, certains diront lecture facile pour l’été, qu’importe, quand on lit ce genre de roman, le style n’a finalement que peu d’importance et on a tendance à pardonner les quelques faiblesses que l’on peut relever ici ou là… 

Une lecture qui est tombée à point nommé pour ma copine Stephie qui l’a dévoré en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ! Encore une bien chouette lecture commune !

 

Annie est de retour de l’enfer, l’enfer qu’elle a vécu avec celui qu’elle a surnommé « le Monstre », cet homme qui l’a gardée prisonnière pendant près d’un an dans une cabane perdue au milieu des bois. Difficile d’oublier ces longs mois de séquestration faits d’humiliation et de tortures quotidiennes, difficile de retrouver des habitudes de femme libre, tout lui rappelle l’horreur qu’elle a vécu, à commencer par les journalistes qui la traquent à chaque instant.

C’est que le cas d’Annie effraie et fascine à la fois. Comment a-t-elle réussi à survivre dans de telles conditions ? Qu’est-ce qui a pu la maintenir en vie ? Comment a-t-elle réussi à se préserver ? Comment a-elle réussi à s’enfuir ?

Malgré la difficulté de l’exercice, Annie se confie à sa psychiatre et revit l’horreur, depuis ce fameux dimanche d’août où elle organisait une journée portes ouvertes pour vendre un appartement dont elle avait la charge en tant qu’agent immobilier. Peu de visites ce jour là, jusqu’à l’arrivée de cet homme souriant dont elle ne se méfie pas une seule seconde, jusqu’à ce que ce même homme la pousse dans une camionnette sous la menace d’une arme, en plein jour…

L’homme a préparé son coup, n’a rien laissé au hasard, et l’endort d’une piqûre dans la cuisse. Quand elle reprend connaissance, dans cette cabane ultra sécurisée, c’est le début de l’enfer et des étranges rituels du monstre : autorisation de se rendre aux toilettes quatre fois par jour, bains du soir, rasage des jambes, longues frictions du corps, robes sages d’une autre époque qu’il lui oblige à porter avant de la violer et de s’endormir contre elle en lui tenant la main. Des rituels dont Annie aura bien du mal à se défaire une fois de retour à la vie normale, l’angoisse la poussant presque toutes les nuits à se réfugier dans un placard pour faire taire sa peur…

 

Brrrrr…. Difficile en tant que femme de ne pas se mettre à la place d’Annie. La construction du roman est intéressante puisque dès les premières lignes le lecteur sait qu’Annie s’en est sortie. Ses vingt six séances chez sa psychiatre sont autant de chapitres qui nous permettent de revivre avec elle sa séquestration puis sa « survie » après sa fuite. Sans détours, elle parle de ce qu’elle a subi mais aussi des sentiments ambivalents qu’elle n’a pu s’empêcher de ressentir pour son bourreau. Sans dévoiler ce qui pour moi est un ressort primordial de l’intrigue, j’avoue avoir compris cette « relation » qui se tisse malgré elle avec son ravisseur… Ce qui n’empêche pas la haine, le dégoût, la peur, l’envie de fuir, l’envie de tuer…

En plus d’être un formidable thriller psychologique qui chamboule profondément, Séquestrée est aussi un polar de bonne facture et les dernières pages révèlent l’impensable. Mince, moi je n’avais vraiment rien vu venir…! Vraiment un très bon thriller, et ce ne sont pas Cynthia, LilibaMango ou encore Canel qui me contrediront ! Quant à Stephie, mon petit doigt me dit qu’elle a adoré !

 

Un grand merci à Valérie et aux éditions l’Archipel pour l’envoi de ce roman !

 

Premières phrases : « Il faut que je vous dise, docteur. Ce n’est pas la première fois que je vois un psy depuis mon retour. Quand je suis rentrée chez moi, mon médecin traitant m’en a recommandé un qui n’était pas piqué des vers. Il a d’abord voulu me faire croire qu’il ne savait pas qui j’étais. N’importe quoi. Il faudrait être sourd et aveugle pour ne pas savoir qui je suis. Je ne peux pas mettre un pied dans la rue sans qu’un crétin de photographe, pointé derrière un buisson, pointe son téléobjectif. Avant toute cette histoire, personne ou presque ne savait où se trouvait l’île de Vancouver. A fortiori Clayton Falls. Aujourd’hui, l’île est devenue le lieu de l’enlèvement. »

 

Au hasard des pages : « Ce type là m’avait enlevée, docteur. Il m’avait violée et frappée, je n’aurais jamais dû avoir pitié de lui, mais quand il m’a raconté toutes ces horreurs sur sa mère, et ça ne devait être que la partie émergée de l’iceberg, j’ai eu pitié de lui d’être tombée sur une mère tarée qui l’avait transformé en taré de première (…) Tout ce que je sais c’est, c’est que je m’en veux terriblement d’avoir éprouvé de la compassion pour ce monstre. Et je m’en veux de vous raconter tout ça.

Les gens sont persuadés qu’il me tenait sous la menace d’un flingue en permanence, et je ne cherche pas à les détromper. Comment leur expliquer que je le trouvais intéressant quand il me parlait des singes qui vivent sur le roc de Gibraltar ? Comment leur expliquait que j’éprouvais un certain plaisir quand il me massait les pieds, et Dieu sait qu’ils étaient gonflés ? Comment leur expliquer qu’il lui arrivait de me faire rire pendant nos séances de lecture, ou alors quand il cuisinait ? Quand il retournait les oeufs au plat dans la poêle et qu’il exécutait son petit pas de danse ridicule, quand il prenait un accent rigolo, je croyais revoir le type que j’avais découvert la première fois, dans la maison des Allemands. Comment expliquer ça à quelqu’un ? » (p. 101)

 

Éditions l’Archipel (Septembre 2011)

380 p.

 

Rentrée littéraire 2011Challenge 1% Rentrée Littéraire

organisé par Hérisson

2/7

 

Challenge ThrillerChallenge Thriller organisé par Cynthia

3/8

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-sequestree-chevy-steavens-85659658.html

17 commentaires sur “Séquestrée – Chevy Steavens

  1. Je n’ai lu que de très bons avis dessus, sauf un un peu plus tiède mais vu la couverture et le sujet, je l’avais déjà noté 😉 Maintenant, la question qui se pose est : est-ce qu’il va être acheté par la biblio ? Il y a tellement de polars qui paraissent qu’ils ne savent pas toujours lesquels choisir !

    • Je l’envoie bientpot à Lili, si tu veux elle peut te l’envoyer après ? PS : il se passe quoi sur ton blog ??? Rien ne s’affiche et ça me met aucun article ! 0_0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *