Une-journee-avec-monsieur-jules.JPG

 

Qu’il est beau ce premier roman de l’année… Beau et inattendu… Puissant et fort.

Un petit roman qui se dévore d’une traite et qu’il serait d’ailleurs bien dommage de reposer avant de l’avoir fini. Un petit roman qui chamboule, prend aux tripes et donne le sourire aux lèvres. Si, tout ça, c’est possible…

Parce qu’il parle de la vie, de l’amour, de l’amour de toute une vie… et de la mort. Parce qu’il parle à chacun de nous, d’une façon toute personnelle. Il faut se laisser porter par cette petite musique, par cette étrangeté aussi. Passé le premier instant de surprise, on ne peut que comprendre cette femme, sa décision, son envie de garder précieusement ces derniers instants… Rien que pour elle…

 

Quand Jules s’est levé ce matin là, il a fait comme à son habitude. Alice, de la chaleur de son lit, a entendu la cafetière se mettre en route et a prolongé cet instant qui précède le réveil… Jules ne fait pas grand chose dans la maison, mais il fait le café. Alice sort finalement de son lit pour prendre son petit déjeuner face à cet homme qui est toute sa vie. Mais ce matin, Alice ne trouve pas son mari attablé devant la table du salon. Curieusement, il est assis sur le canapé et regarde la neige tomber, un petit sourire au coin des lèvres… Toujours vêtu de son pyjama. Mort…

Alice ne prévient personne. Ni son fils, ni sa voisine. Pourtant, David, le fils de cette dernière va sonner à la porte à dix heures tapantes pour faire sa traditionnelle partie d’échecs avec celui qu’il appelle Monsieur Jules. Monsieur Jules qui fait partie de ses seuls repères. Qu’importe… Alice continue comme si de rien n’était, parle à son mari, sans verser une seule larme. Les souvenirs reviennent en pagaille, les bons et les moins bons moments. L’amour aussi, immense, la tendresse… Malgré la tristesse et les fêlures… C’est toute une vie qui défile.

 

Il se dégage de ce court roman une atmosphère toute particulière où la tristesse, curieusement, n’est pas de mise. Tout y est serein, paisible, délicat, tranquille… et on se laisse porter. Tout y est très doux, naturel. Le lecteur devient spectateur de cet amour fou qui perdure au delà de la mort. Elle est touchante cette Alice et j’ai aimé cette façon qu’elle a de lui dire au revoir. J’ai aimé sa façon de partager ces derniers instants qui ne sont pourtant qu’à elle avec ce petit gamin, différent, et qui du coup comprend les choses instinctivement…

Un très beau roman, vraiment, un magnifique et troublant hymne à l’amour.

 

Les avis de Aifelle, Moka, Anne, Livrogne

 

Premières phrases : « La petite demi-heure suspendue entre le réveil et le lever enveloppe Alice comme un vêtement familier. Elle flotte dans un utérus imaginaire, se berce vers un jour nouveau. Son corps épouse avec souplesse les chauds replis du lit, ses muscles et ses articulations ne pèsent pas, son esprit est vide. L’odeur de Jules – une pointe d’alcool éventé, de noix de muscade et de vieil homme – s’allonge dans son dos, telle une ombre foncée. Fidèle à ses habitudes, il s’affaire en cuisine pour le petit déjeuner, sa seule participation au ménage d’aussi loin qu’elle se souvienne. »

 

Au hasard des pages : « Elle comptait ses bénédictions en ce jour blanc. Jules s’était vidé comme un ballon, la vie s’en était entièrement écoulée. Le cordon ombilical qui le rattachait, lui et son vieux corps pataud, à elle et à la vie était devenu de plus en plus mince et effiloché. A présent, il s’était rompu. Jules avait ruisselé en elle à mesure que le jour passait. Ce qui ne pouvait être oublié, ce qui les avait lié dans les bons et les mauvais jours, elle l’avait engrangé dans les replis les plus intimes de son être. Le corps pétrifié assis là, sur le canapé, était l’extérieur de Monsieur Jules. C’était le manteau d’hiver dont il s’était dépouillé. » (p. 86-87)

 

Éditions Nil (Octobre 2011)

98 p.

 

Challenge-petit-bac-2013.jpgPremière participation au challenge Petit Bac

chez Enna !

Catégorie Prénom

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-une-journee-avec-monsieur-jules-diane-broeckhoven-114023418.html

Catégories : Littérature étrangère

22 commentaires

Commentaire n°1 posté par Jack · 4 janvier 2013 à 07h00

Très beau roman…un de mes coups de coeur 2012…

Amicalement…

Jack

    Noukette · 4 janvier 2013 à 12h58

    Oui, c’est une petite pépite…!

Commentaire n°2 posté par isa tout simplement ... · 4 janvier 2013 à 08h07

Ce n’est pas forcement mon type de lecture et puis d’emblée l’histoire me fait un peu peur mais pourquoi pas , ton billet est bien convaincant 😉 

    Noukette · 4 janvier 2013 à 12h59

    Merci… Ce roman m’a beaucoup touchée !

Commentaire n°3 posté par Marie · 4 janvier 2013 à 09h07

Quel beau billet ! Tu donnes très envie de le lire.

 

    Noukette · 4 janvier 2013 à 12h59

    Tant mieux, il le mérite vraiment ! 😉

Commentaire n°4 posté par Moka · 4 janvier 2013 à 11h15

J’ai tellement aimé ce roman. Fabuleux. Un beau bijou pour commencer l’année.

    Noukette · 4 janvier 2013 à 13h01

    Oui, un petit roman étonnant !

Commentaire n°5 posté par jerome · 4 janvier 2013 à 12h31

La vache, tu commences l’année dans la joie et l’allégresse, surtout après ta BD de mercredi !
Bon vais-je une fois de plus me laisser convaincre. Il y a des chances mais peut-être pas pour tout de suite…

    Noukette · 4 janvier 2013 à 13h01

    Je te l’accorde, je ne fais pas trop dans l’ambiance cotillons en ce moment… Je vais tacher de lire des choses plus gaies à l’avenir…!

Commentaire n°6 posté par Marion · 4 janvier 2013 à 13h00

Je n’ai jamais entendu parlé de ce livre, mais ta superbe chronique me donne envie de le découvrir…

    Noukette · 5 janvier 2013 à 00h34

    J’en suis ravie, ce roman le mérite…

Commentaire n°7 posté par Theoma · 4 janvier 2013 à 13h08

alors là ! tu m’intrigues ! je note ! J’aimerais pouvoir dire que c’est le premier que je note de l’année mais je ne suis pas aussi sage…

    Noukette · 5 janvier 2013 à 00h35

    2013 commence sur les chapeaux de roues…! Je croule littéralement sous les tentations diverses et variées !

Commentaire n°8 posté par Mélo · 5 janvier 2013 à 11h31

Brrrrr mais c’est gai dis donc ! 😉

    Noukette · 5 janvier 2013 à 23h00

    Et pourtant…! 😉

Commentaire n°9 posté par Aifelle · 5 janvier 2013 à 20h09

Je me souviens de cette lecture avec émotion. Un livre court, mais fort

    Noukette · 5 janvier 2013 à 23h09

    Tu as tout dis…! J’ai adoré !

Commentaire n°10 posté par Anne · 7 janvier 2013 à 14h43

Moi aussi, j’ai beaucoup aimé… grâce à Aifelle qui l’avait découvert !

    Noukette · 10 janvier 2013 à 00h39

    Oui, c’est aussi le billet de Aifelle qui m’avait fait noter ce titre, une belle découverte !

Commentaire n°11 posté par Stephie · 9 janvier 2013 à 07h24

Et si celui-ci tient dans ton sac avec le Choplin… peut-être que de courts romans relanceraient mon envie de lire 😉

    Noukette · 10 janvier 2013 à 00h53

    Pas de souci, je te l’emmène…! J’aime de plus en plus les courts romans je dois dire…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *