Une lady nommée Passion – Lisa Valdez

Une lady nommée Passion

Revoilà le tant attendu premier mardi du mois, synonyme de blogosphère qui s’encanaille comme chacun le sait…

Avouez que vous l’attendiez avec impatience ce fameux mardi, Stephie sait y faire pour rallier à sa « cause »  tout un tas de blogueurs généralement sages, policés et bien élevés ! 

Ce mois-ci, retour aux fondamentaux avec un Passion Intense qui risquerait de faire rougir les lecteurs les plus avertis…

 

 

« Londres, le Crystal Palace, le 4 mai 1851.

Passion Elizabeth Dare baissa les yeux sur la grande main gantée de gris qui venait de se poser sur son corsage en soie bleu lavande qui se soulevait au rythme saccadé de sa respiration. Il avait passé un bras autour de sa taille et la tenait si fermement qu’elle sentait son corps pressé contre son dos. On risquait de les voir ! (…) Son corps formait comme un bouclier entre elle et la foule. Malgré le large bord de son chapeau, elle sentit qu’il baissait la tête pour regarder… ses mains ? Ses mains sur elle ? Immobiles ? Passion clignât des yeux. Elle avait l’impression d’être dans un rêve. Un inconnu la serrait contre lui en public avec autant d’impudeur que d’insouciance. »

 

Voici donc le tout début du roman… D’entrée de jeu nous apprenons donc plusieurs choses essentielles et cruciales pour la suite de l’histoire : l’héroïne porte le prénom hautement improbable de Passion (la faute à un père pasteur et à une naissance le jour de la Passion du Christ, ça ne s’invente pas…), nous sommes à Londres en pleine Exposition Universelle et un inconnu lui offre des fleurs vient soudainement la tripoter au milieu de la foule de visiteurs… Rien que du très crédible en fait. Et puis, à peine quelques pages plus loin, vient le premier échange de mots entre Passion et le bel inconnu, attention, accrochez-vous… :

 

« – Votre profil mériterait de figurer sur une pièce de monnaie.

Il baissa les yeux sur elle.

– Votre corps mériterait d’être pressé contre le mien.
Passion sentit sa bouche se dessécher mais son bas-ventre s’enflammer.

– Excusez-moi, murmura-t-elle.

Elle voulut s’éloigner mais il la retint.

Non, je ne vous excuse pas. »


Puis, après avoir joué au chat et à la souris quelques minutes en essayant de se cacher de la foule, les choses prennent une tournure très whaouuuuhhhh explicite derrière un paravent épais datant du Moyen Âge, aux côtés d’un prie-Dieu sur lequel repose une Bible ouverte (non, ça ne s’invente pas non plus !). Rappelons si besoin est que Passion n’a a priori rien d’une dévergondée, elle est d’ailleurs une jeune veuve tout ce qu’il y a de plus respectable avant sa rencontre fortuite avec le dénommé Mark, la surprise de la première scène plus que torride est donc de taille ! C’est très très chaud ! Et là, je suis bien embêtée pour vous choisir un passage tant la scène est osée… Le truc c’est que tout le roman est du même acabit !

 

Vous allez me dire, mais elle est où l’histoire là ? Et bien figurez-vous que la deuxième surprise de ce roman est qu’il y a bel et bien une histoire, pas révolutionnaire mais plutôt pas mal fichue en plus. Évidemment, l’histoire d’amour est impossible, sinon ça ne serait pas drôle, Mark va même devoir en épouser une autre suite au chantage de l’odieuse Abigail Lawrence pour ne pas dévoiler les secrets de sa famille et mettre dans l’embarras son jeune frère Matthew… Aussi étrange que cela puisse paraître, l’histoire tient la route, agrémentée de tout un tas de scènes très érotiques fort bien troussées, qui, il faut bien l’avouer, sont l’attrait principal du roman ! Ici, pas de cucuteries, à côté Sept nuits d’amour (mon premier Passion Intense !) parait bien fade ! Du sexe donc, beaucoup de sexe… et ce n’est pas désagréable ! Le roman a eu un énorme succès aux États-Unis, a sa petite réputation en France et une suite très attendue des fans a même vu le jour, si c’est pas un signe ça !

Et puis Lisa Valdez dédie son livre à Madonna alors… La chanson Beautiful Stranger, ça vous dit quelque chose…?

 

Editions J’ai Lu (Octobre 2009)

Collection Passion Intense

312 p.

 

Mardi c'est permisTous chez Stéphie !

Qu’avez-vous lu d’inavouable ce mois ci ?

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-une-lady-nommee-passion-lisa-valdez-91362375.html

17 commentaires sur “Une lady nommée Passion – Lisa Valdez

    • Je suis sûre que Passion serait ravie de voyager ! Je me rends compte d’ailleurs que je ne fais que voyager ce genre de romans, bonjour la réputation ! 😉 Envoie moi ton adresse en MP ou via FB !

    • Tu trouveras bien quelque chose à te mettre sous la dent ! On se marre bien les premiers mardis du mois sur la blogo, rejoins nous ! 😉

    • Ahhhhhhhh, la tétée de 1.30, que de souvenirs ! Je ne compte pas le nombre de fois où je me suis endormie manquant de peu d’étouffer l’enfant, mère indigne que je suis ! 😉

      Pour Patience, son prénom est quand même moins sexy que celui de sa soeur non ? Mais elle risque bien de nous surprendre, quis sait !

  1. JE crois que tes chroniques sont plus drôles que les livres de Q que tu lis 🙂 Enfin, je dis ça…j en sais rien, je ne me suis pas (encore) essayé à ce genre – je crois que je ne serai pas très fière de lire « passion cochonne et autres bistouquettes » dans le metro 🙂

    • Tu as trouvé un bien joli titre dis moi ! Personnellement, je n’ai pas testé la lecture de ce genre de romans dans le métro, je préfère les lire sous la couette ou dans un bon bain ! Question d’ambiance ! 😉

  2. Aaaaahhh, un Passion intense, ça me manquait!!! I love it!!

    Passé le premier méga fou-rire dû au nom de l’héroïne, je suis sûre qu’on se laisse « prendre » (oup’s!) par l’histoire!!!

    S’il est parti pour voyager, je le veux bien pour un prochain mois, si ça ne t’embête pas, bien sûr. Mais je ne suis pas pressée, je n’ai pas épuisée tout le stock de lectures que m’a filé Stéphie! lol!

    • D’accord, je vais d’abord l’envoyer à sandrine et je lui dirais de te le faire parvenir ensuite ! Tu vas bien te « marrer » ! 😉

    • Je compatis ma pov’ Cess…! Mais tu verras, après, ça va te manquer… ou pas en fait ! 😉 Passe une douce nuit… et n’étouffe pas ta progéniture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *