Balzac et la petite tailleuse chinoise – Freddy Nadolny Poustochkine (d’après le roman de Dai Sijie)

Années 70. Ma et Luo ont 17 et 18 ans. Tous deux « fils d’une classe différente, des privilégiés, des réactionnaires, des ennemis du peuple », ils sont envoyés dans la province du Sichuan pour se faire « rééduquer ». Filer droit, courber l’échine, passer ses journées dans le ventre de la terre et le reste du temps à suer sang et eau dans les rizières à flanc de montagne. Aucun répit pour les intellectuels qui s’élèvent contre le régime malgré quelques parenthèses dues aux talents des deux amis : Ma joue du violon, Luo est un conteur né, tous deux arrivent sans peine à captiver leur auditoire, y compris le chef du village peu enclin à lâcher du leste…

 

Et puis il y a elle. La fille du tailleur du village voisin. De l’or dans les doigts. La grâce incarnée. Elle sait écouter, panser les plaies d’un simple regard, attiser le désir sans même en avoir conscience. Ma et Luo en tombent tous deux amoureux mais seul Luo en deviendra l’amant. Ma taira ses sentiments et se contentera de lire dans ses yeux ses envies d’ailleurs. Des envies accentuées par la lecture d’un roman de Balzac volé au Binoclard, un autre « rééduqué » du village voisin. Un livre interdit qui provient d’une valise cachée rempli d’autres romans des plus grands auteurs occidentaux du XIXe siècle. Rolland, Hugo, Flaubert, Stendhal, Dostoïevski, Balzac… Autant de promesses et de portes ouvertes vers la liberté…

 

« Ma, crois moi. Cette valise en cuir est remplie

d’une odeur de littérature occidentale. »

 

Je garde un souvenir très fort de ce roman autobiographique de Dai Sijie, lu pourtant il y a bien des années, du film réalisé par l’auteur aussi. Cette adaptation très fidèle réussit le pari fou de restituer toutes les émotions de la lecture en accentuant encore plus les révolutions intimes des différents personnages. Tout est là, les désirs et les rêves enfouis, les révoltes intérieures, les colères endormies, les prémisses de l’amour, l’entêtement des jeunes années à se penser invincible et cette envie un peu folle de faire doucement bouger les choses et de transformer les êtres aimés. Un vent de liberté qui souffle jusque dans le graphisme élégant de l’auteur. Les vignettes aux contours flous s’affranchissent des cadres allant jusqu’à les faire disparaître, le texte comme le décor se font souvent minimalistes, balayant le superflu et focalisant l’oeil du lecteur sur l’essentiel : les récits, rêveries et désirs de liberté des personnages. Brillante idée !

 

Merveilleuse ode à la littérature et à l’imaginaire, à ces livres qui font rêver, grandir et permettent de s’évader vers un Ailleurs, cette adaptation ravira les fans de l’œuvre originale et donneront envie aux autres de la découvrir. Une très belle réussite !

 

Le site de l’auteur

 

Éditions Futuropolis (Octobre 2017)

320 p.

 

Prix : 32,00 €

ISBN : 978-2-7548-1133-0

 

BD de la semaine saumon

Chez Mo’

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

26 commentaires sur “Balzac et la petite tailleuse chinoise – Freddy Nadolny Poustochkine (d’après le roman de Dai Sijie)

  1. Je n’ai pas lu le roman alors cet ouvrage me semble être un bon début pour découvrir. Et puis qui sait si cela ne me conduira pas vers le roman de Dai Sijie ensuite 😉
    Merci copine <3

  2. J’ai beaucoup aimé l’oeuvre originale alors je me demande si je lirai cette BD. J’ai été déçue par l’adaptation du quatrième mur dont j’avais adoré le roman… Alors…

  3. En lisant ton article je réalise que je n’ai pas (encore) lu le roman original, la BD me plait beaucoup en tout cas. Je « veux » la feuilleter. Merci pour cette belle découverte

  4. Le roman est dans ma PAL et même si je préfère lire les romans avant les adaptations, je note je note! Ce que tu en dis me plaît et les dessins sont très beaux. Je ne savais pas qu’il y avait un film!

  5. J’ai feuilleté cette BD, le graphisme m’a laissée froide. Il faut dire que j’ai tellement apprécié le roman que je crois qu’il vaut que j’en reste là 🙂

  6. Coucou Noukette,
    les Éditions Futuropolis sont douées !
    Il y a longtemps que j’ai noté dans ma LAL le livre et que je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas encore lu (enfin si je sais pourquoi il y a des tas et des tas de livres que j’ai envie de lire)
    On verra qui du livre ou de la BD arrivera dans ma pile à lire.
    A priori le graphisme ne m’attire pas… mais parfois on est surpris
    Bisous et bonnes vacances

  7. J’ailu le roman il y a quelques années et j’en garde un souvenir quasi inexistant. Je ne doute pas de la qualité de l’histoire, c’est juste que j’ai une mémoire capricieuse. Ca me tente bien de la redécouvrir avec cet album.

  8. Quand je pense que je ne l’ai toujours pas sorti de ma PAL (ma vieille PAL là du coup). A vrai dire, je ne sais pas trop ce que j’attends. Un auteur chinois, la référence à Balzac, l’histoire, tout pour me séduire ce roman, mais non, toujours pas lu. Je pense que je lirai le roman avant l’adaptation BD même si elle est très réussie, mais merci pour ce rappel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *