Chroniques birmanes – Guy Delisle

Chroniques-birmanes.jpgC’est avec cet album que je découvre enfin Guy Delisle et je dois dire que je ne suis pas déçue. Pourtant, j’ai longtemps freiné des quatre fers avant d’attaquer la lecture de cet énorme pavé qui peut paraître indigeste ou rébarbatif à première vue. Que nenni. Chroniques birmanes porte bien son nom, certes il y est question de géopolitique mais le récit de Guy Delisle, très axé sur la vie quotidienne, est avant tout celui de la découverte d’un pays. Des petites histoires, des petites anecdotes qui s’enchaînent et finissent par brosser un tableau très juste de ce pays totalitaire.

 

Guy Delisle est dessinateur, oui, mais il est aussi le mari de Nadège qui travaille pour Médecins Sans Frontières. Ses fonctions l’emmènent à se déplacer souvent et c’est donc tout naturellement que toute la petite famille, bébé en bas âge compris, se retrouve à prendre l’avion direction Myanmar (Birmanie). A l’arrivée, Guy Delisle joue les pères au foyer avec le petit Louis pendant que sa femme travaille. Les journées sont bien occupées : sécurisation de l’appartement pour bébé cavaleur, courses de première nécessité au « City Mart » du coin, promenades en poussette le soir à la fraîche. L’occasion de faire de nombreuses rencontres et de se familiariser avec la culture du pays. Nadège étant souvent absente, Guy se retrouve souvent seul à s’occuper du petit Louis, ce qui lui laisse peu de temps pour se remettre au dessin. Le soir, il se change les idées et retrouve régulièrement d’autres expatriés comme lui…

 

J’ai été très surprise d’aimer autant cette lecture, sûrement parce que le côté « petites anecdotes » l’emporte sur le côté géopolitique justement. Pourtant, même si ce quotidien d’expatrié est souvent raconté avec humour, la réalité de l’oppression n’est jamais bien loin : les militaires sont à tous les coins de rues, la censure est omniprésente dans les médias, les coupures d’électricité sont légion…

Le dessin de Guy Delisle est des plus simple, presque minimaliste et colle parfaitement au propos. Beaucoup moins léger qu’il n’y paraît, cet album est idéal pour une première approche de l’histoire de la Birmanie. A découvrir !

 

Les avis de Mo’, EstelleCalim, Midola, Théoma, Canel, Gridou, Enna, Tamara, Hannibal, Cathe, Yaneck, Joëlle, Lorraine, Saxaoul

 

CB_1.jpg

CB_2.jpg

CB_3.jpg

CB_4.jpg

© Delisle/Delcourt

 

Editions Delcourt (Octobre 2007)

Collection Shampooing

262 p.

C’était ma BD du mercredi!

Chez Mango et chez les autres !

top-bd-blogueurs

Top BD des blogueurs

by Yanneck

17/20

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-chroniques-birmanes-guy-delisle-86765207.html

18 commentaires sur “Chroniques birmanes – Guy Delisle

  1. Moi aussi, c’est avec cet album que j’ai découvert l’auteur ! J’aime beaucoup le côté vie quotidienne … du coup, je retiens mieux les petits détails historiques ou de contexte social … c’est beaucoup plus intéressant à lire pour moi qu’un essai ou qu’un article de presse 😉

    • Complètement d’accord ! Je trouve que la BD est un vecteur parfait pour véhiculer des informations qui peuvent vite devenir rébarbatives…!  Je perds pied très vite quand il s’agit de politique ou autres problèmes actuels, là j’ai l’impression d’apprendre des choses… en douceur ! 😉

    • Il ne te reste plus qu’à le réserver ! J’ai quand même l’impression que c’est un « classique » des bibliothèques ! Souvent emprunté, difficile de lui mettre la main dessus !

    • C’est vrai que de prime abord le dessin peut rebuter, mais je trouve au contraire qu’il sert bien le propos. Sipliste, oui, mais on se focalise d’autant plus sur le fond…

  2. Une accumulations d’anecdotes intéressantes de la vie de cet expatrié, ainsi que les (més)aventures d’un père au foyer. Certes, l’ouvrage distille des informations intéressantes sur le Myanmar et ses habitants, mais d’un point de vue un peu trop ‘touristique’ et sans vraiment surprendre le lecteur. La lecture s’avère donc très agréable, emplie d’humour et d’autodérision, mais le côté ‘spectateur distant’ m’a tout de même un peu frustré. 

    • J’ai au contraire apprécié cette distance, cet humour, ce petit côté décalé qui ne plombe pas l’ambiance. O apprend des tas de choses, et en même temps on s’attache à ce personnage d’expatrié.

    • Oui, j’ai bien l’intention de lire un jour les autres oeuvres de cet auteur, même si j’avoue que c’est justement ce petit côté « vie de famille » qui m’a le plus plu dans Chroniques birmanes !

    • Peut-être un peu complexe pour des collégiens mais pourquoi pas après tout ! Il est toujours possible de travailler sur quelques planches ! Sympa comme thème de travail ! 😉

    • C’est le seul que j’ai lu mais j’avoue avoir particulièrement apprécié ce côté petites chroniques de la vie quotidienne qui se rajoute à l’histoire du pays que je découvrais au passage. Très bon cet album !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *