Confessions d’un apprenti gangster – Axl Cendres

ImpressionEt si tout était écrit ? Et s’il n’y avait rien à faire pour influer sur la trajectoire du destin ? Notre héros en est persuadé : en digne fils de gangster, il ne peut que devenir gangster à son tour…

 

Pourtant, là, dans les yeux d’Elsa qui l’interrogent, il lit le doute. Elsa qui se retrouve son otage suite à un enchaînement d’imprévus, de coups de tête et de mauvais choix. L’histoire de sa vie sans doute, l’histoire de sa très courte vie marquée par l’absence d’un père taulard. Un papa idolâtré, mis sur un piédestal par les uns et craint par les autres. Un papa qui, parce qu’il croupissait derrière les barreaux, n’a jamais été là pour l’aider à grandir et tracer sa propre route.

 

Alors, face aux yeux d’Elsa, un peu pour elle, beaucoup pour lui, l’apprenti gangster revient sur les évènements qui ont fait de lui ce qu’il est devenu, ceux qui, il en est persuadé, l’ont « façonné » à l’image de son père. Une naissance « parloir » à Fleury-Mérogis, une enfance à l’abri du besoin sous l’œil bienveillant et protecteur de toute une clique de « tontons » flingueurs bien intentionnés, une adolescence « laboratoire » marquée par les petits larcins et les casses de débutant… jusqu’à ce coup, le plus important, conçu par vengeance.

 

Confessions d’un apprenti gangster est un petit roman efficace qui ne manquera pas d’atteindre sa cible : le lecteur un peu frileux, peut-être un peu fâché avec la lecture, qui cherche un roman pas prise de tête qui tient en haleine. Banco. D’autant que c’est fait avec classe et originalité, avec même quelques pointes d’humour bien senties. On tient là un parfait petit roman d’apprentissage mettant en avant une relation qui n’en est pas vraiment une entre un père et son fils. Un fils qui grandit dans l’ombre de son père, comme ébloui par son aura. Un père qui brille par son absence mais influence pourtant grandement le parcours de son fils… Être fils de… ce n’est déjà pas si simple. Mais être fils d’un gangster réputé, c’est encore pire…

 

Non, vraiment, rien à dire. Les ados vont adorer, et se lanceront peut-être bien plus volontiers dans des lectures plus conséquentes par la suite. Il faut parfois savoir ouvrir l’appétit…

 

Une lecture que je partage une nouvelle fois avec Jérôme dans le cadre de notre rendez-vous jeunesse du mardi !

 

Premières phrases : « – Tu peux enlever cette cagoule ridicule, elle a dit, ses yeux durs braqués dans les miens.

Elle m’avait tout de suite reconnu ; on s’était échangé trop de regards, trop souvent, moi assis tout au fond de la classe, elle tout devant, de la 6e jusqu’à la 4e – trop de regards pour que cette cagoule lui cache quoi que ce soit.

C’était Elsa, la fille aux yeux noisette croquante, celle dont je rêvais parfois que j’étais le héros, et voilà qu’à présent je faisais, bien malgré moi, partie de ses bourreaux. »

 

 

Au hasard des pages : « – Allez, fiston, c’est l’heure de rentrer.

Alors qu’on nageait doucement vers le bord, j’ai entendu sa voix mêlée au son des vagues :

– T’as manqué de rien ?

– De toi, j’ai répondu en noyant mes larmes dans la mer. » (p. 52)

 

 

Éditions Sarbacane (Août 2013)

94 p.

 

ISBN : 9-782-84865-630-4
Prix : 8,50 €

6 commentaires sur “Confessions d’un apprenti gangster – Axl Cendres

  1. Il fait bon être un ado avec toi 🙂 tu sais trouver les petites pépites qui les ramènent à la lecture ! je garde ce titre de côté pour mon neveu, je crois bien que c’est le cœur de cible 🙂

  2. C’est parfait pour les frileux, je suis 100% d’accord. Simple et efficace, on a besoin de petits romans comme celui-là pour amener vers livres des enfants qui ne sont pas forcément férus de lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *