Dans les bois – Emily Carroll

dans les bois

« Promenons-nous dans les bois,

pendant que le loup n’y est pas… »

 

 

Dans les bois… On s’y promène, on s’y perd, on s’y réfugie…

 

On y cache de lourds secrets, on s’y révèle…

 

On y croise parfois des êtres étranges ou monstrueux qui attendent tranquillement leur heure, tapis dans l’ombre…

 

Cette semaine j’ai jeté mon dévolu sur des contes horrifiques. Persuadée d’avoir le cœur bien accroché, je me suis lancée détendue et relativement confiante dans cette lecture. Passée les premières planches je faisais déjà moins ma maligne… Passée la première histoire encore moins… J’ai flippé. Vraiment. Emily Carroll s’y entend pour effrayer le lecteur. Et elle ne le ménage pas. Angoisse savamment maintenue, univers macabre et inquiétant, personnages ambigus, subtilement troublants ou réellement menaçants, je n’ai pas cessé d’avoir le trouillomètre à zéro. Et le pire c’est que j’ai aimé ça…

 

« Elle venait de la forêt (comme la plupart des choses étranges) »

 

Une jeune femme qui va révéler sa véritable nature… Des monstres parasites qui guettent la proie idéale… Des disparitions mystérieuses au cœur d’un paysage enneigé… Des mensonges aux lourdes conséquences…  Des esprits qu’on fait semblant de convoquer… Des complaintes nocturnes qui sonnent comme des accusations… Cinq nouvelles dans ce beau roman graphique (L’Hôte, Son visage ensanglanté, Mon amie Janna, La maison voisine et La dame aux mains froides), cinq ambiances qui mettent les nerfs à rude épreuve, mettent parfois profondément mal à l’aise et font littéralement froid dans le dos. Et pourtant, curieusement, on reste fasciné…

 

Sous l’épaisse couverture rigide, les illustrations à dominante de noir, blanc et rouge captent le regard. Se jouant de nos peurs enfantines, l’auteure varie les styles et les couleurs d’une histoire à l’autre, s’affranchissant des codes et expérimentant toutes les audaces.

Emily Carroll est une jeune illustratrice canadienne vivant à Londres. Dans les bois est son premier ouvrage, sa version publiée en ligne a déjà récolté deux Eisner Awards (meilleur recueil et meilleure histoire courte), le prix Ignatz du meilleur recueil et le prix British Fantasy du meilleur roman graphique. Rien que ça. Craig Thompson lui-même en est fan… Et on le comprend. Cruels, angoissants, malsains et fascinants, ses contes que Edgar Allan Poe n’auraient pas renié filent les chocottes. A lire bien enfoui sous la couette (après avoir vérifié qu’aucune créature n’a élu domicile sous le lit, on n’est jamais trop prudent…!)

 

 

Les avis de Charlotte, Clarabel

 

Le site d’Emily Carroll

 

 

[slideshow]

 

Éditions Casterman (Janvier 2016)

208 p.

 

Prix : 22,00 €

ISBN : 978-2-203-09751-3

 

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez moi !

 

La BD de la semaine c’est aussi chez…

 

 

mo   poilus   communardes   501 COMMUNARDES ELEPHANT T02[VO].indd.indd

            Mo’                              Jérôme                           Stephie                          Stephie

 

 

mael   jacques   hervé   marion

            Maël                              Jacques                          Hervé                           Marion

 

 

yaneck   alvin2   bouma   beaux-etes

          Yaneck                          Sabine                            Bouma                           Caro

 

 

charlotte   helene   nathalie   bouffon

         Charlotte                        Hélène                            Nathalie                          Louise

21 commentaires sur “Dans les bois – Emily Carroll

  1. :mrgreen:
    Entre ma publication de lundi et… ton titre d’aujourd’hui… pauvres petites chèvres 😛 oups ! [private joke] ^^
    L’album a l’air intéressant et faire son effet. Curieuse de le feuilleter voire de ressentir quelques sueurs froides. Cela me fait un peu penser aux ouvrages de Thomas Ott qui malmène lui aussi son lecteur avec des univers qui mélangent surnaturel et réalité

  2. Peu de gens me croient quand je dis que ce livre m’a fichu la trouille!
    Et encore, je l’ai lu dans un train! Je n’ose pas imaginer ce que ca aurait été si c’était en soiree, à la lueur d’une bougie… 🙂
    Les dessins font vraiment leurs effets! Et puis les nouvelles sont tres originales! Bref j’ai aussi beaucoup apprecié!

  3. Ahhhhhhh moi je peux pas, sinon je risque de ne point dormir pendant des mois !
    Cela dit, purée, ton billet m’intrigue … irai tout de même y jeter un œil (mais vite fait hein !)
    Bisous ma copine <3

  4. J’aime découvrir d’autres blogs et…Voilà un bouquin comme j’aime ! Merci de cette critique des plus alléchantes.
    Tamara Vilam Plume & Ratures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *