Elle s’appelait Tomoji – Jirô Taniguchi

Tomoji

 

Simplicité, délicatesse, douceur, sobriété. Ce sont les mots qui me viennent quand je pense à Taniguchi, un des rares auteurs de mangas que je connaisse et apprécie (comme presque tous les non-amateurs de mangas me direz-vous…)

 

Dans Elle s’appelait Tomoji, Jirô Taniguchi dresse le portrait d’une femme, celui de Tomoji Uchida, créatrice d’un temple bouddhiste dans la région de Tokyo. Un projet de commande pour mieux faire connaître sa personnalité et son parcours que l’auteur a choisi de traiter à sa façon en racontant son enfance, son adolescence puis sa vie de femme… Un destin fait de petits bonheurs et de grandes pertes, jusqu’à sa rencontre avec Itô.

 

 

Pas d’action trépidante ici, non. Juste la vie qui suit son cours. Avec ses grandes joies et ses immenses souffrances, ses détours inattendus et ses choix décisifs. La vie de Tomoji se lit sans déplaisir mais sans grande émotion. On se délecte du dessin pur et impeccable de Taniguchi sans réussir à être totalement passionnés par cette peinture du Japon rural de l’entre-deux guerres.

 

C’est beau, rien à dire. Tout est fin, minutieux, travaillé dans les moindres détails. Je ne m’explique pas pourquoi ce genre de dessin, peut-être trop « lisse », n’arrive pas à faire naître chez moi l’émotion. Curieusement, ce que je retiendrai surtout de ma lecture c’est l’entretien avec l’auteur retranscrit en fin d’ouvrage. Instructif et passionnant…!

 

 

Les avis de Jacques et Mo’ 

 

 

TOMOJI-p06

 

TOMOJI-p07

 

Éditions Rue de Sèvres (Janvier 2015)

120 p.

 

Prix : 17 €

ISBN : 978-2-36981-131-2

 

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez Jacques (Un amour de BD) !

 

 

 

topbd_2013.jpg

 

by Yaneck

15/20

32 commentaires sur “Elle s’appelait Tomoji – Jirô Taniguchi

  1. Rien à faire, les mangas, je n’accroche pas ! J’ai lu tout ton billet pour ne pas m’arrêter aux dessins qui ne me plaisent pas vraiment mais je ne suis pas tentée…

  2. Comme toi, cet entretien présent en fin d’ouvrage m’a intéressé.
    Sinon j’ai bien aimé cet album mais comme tu dis, c’est doux, tranquille… je l’ai lu d’une traite mais en y restant légèrement extérieure.

  3. Bon, il semblerait que tous les avis convergent vers un album jolie mais pas super intéressant pour nous autres lecteurs français. Au moins, ça commence à être clair, je vais passer mon chemin. ^^
    A moins que ma passion pour le Japon ne me fasse franchir le pas pour voir ce que moi j’en comprends…

  4. Encore un bien bel album de Taniguchi on dirait. Mais c’est vrai qu’en général c’est beau, simple, zen, mais c’est tout (c’est déjà pas mal remarque)

  5. C’est avec Taniguchi que j’ai commencé la bande dessinée il y a plusieurs années, et je lui voue toujours une affection très particulière. Cette lecture là est prévue pour bientôt chez moi :-)

  6. En effet, les explications de l’auteur sont intéressantes, mais elles soulignent à quel point l’album, le scénario (assez plat) est éloigné des objectifs… Finalement que sait-on de ce temple et de sa fondatrice ? Pas grand-chose…

  7. Moi je n’aime pas les mangas, mais ma fille est passionnée par ce genre et il faut reconnaître qu’il y a d’excellents titres. Peut-être je lui prendrai celui-ci.

  8. J’ai lu l’autre jour « des gardiens du Louvre », qui ne m’a pas emballée… et dieu sait que j’adore pourtant Taniguchi ! Ce que tu dis de celui-ci me laisse penser qu’il est dans la même veine. Dommage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>