geishaItinéraire d’une future geisha dans le Japon de l’ère Taisho…

 

Nous sommes en 1912. La famille de Setsuko Tsuda quitte la montagne et part s’installer en ville dans l’espoir d’une vie meilleure. Mais les coups du sort s’accumulent et la famille sombre dans la misère. Setsuko a huit ans et devient pour son père une monnaie d’échange : contre une forte somme d’argent et contre l’avis de sa femme, il mène l’ainée de ses filles dans une okiya du quartier des plaisirs. Elle sera confiée à Mme Tsushima, une okāsan autoritaire et peu sujette à l’empathie, désormais en charge de son éducation. Dans cette maison de geisha qu’elle dirige d’une main de fer, elle fera suivre à Setsuko un long apprentissage. A elle de ne pas la décevoir et de tout faire pour ne pas finir simple servante ou prostituée…

 

Premier tome d’un diptyque qui s’annonce passionnant sur l’apprentissage d’une future geisha. Tout repose sur le personnage de Setsuko, surnommée Kitsune la renarde du fait de son physique jugé disgracieux. Pataude et encore enrobée des rondeurs de l’enfance, rien ne semble prédisposer Setsuko à devenir une geisha. Pourtant, elle devra apprendre les arts traditionnels, apprendre à se mouvoir avec grâce, à danser et à chanter avec élégance afin d’éviter la déchéance pour satisfaire les clients les plus exigeants. Le salut de Setsuko viendra peut-être de son don pour la musique et de sa maîtrise de l’art difficile du shamisen, sorte de guitare à trois cordes typique des geishas… 

 

Ce qui frappe avant tout dans cet album c’est le raffinement extrême du dessin en noir et blanc. Un noir et blanc profond qui rappelle par moment les vieilles photographies du début du siècle ou le cinéma des années 30 dont il semble parfois s’inspirer. Une belle esthétique et des planches sublimes dont on ne se lasse pas d’admirer les moindres détails tant le trait est élégant et raffiné, à l’image de ces femmes fascinantes et énigmatiques qu’il met magnifiquement en lumière.

 

S’il reste un tome de mise en place de l’intrigue, aucune longueur dans cette peinture réaliste et passionnante du monde très codifié des geisha. Espérons que les auteurs ne nous fassent pas trop languir avant la sortie de la fin de ce très beau diptyque !

 

Les avis de Yaneck, Un amour de BD

 [slideshow]

Éditions Futuropolis (Avril 2017)

88 p.

 

Prix : 19,00 €

ISBN : 978-2-7548-1216-0

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez Mo’


19 commentaires

Soukee · 24 mai 2017 à 07h53

Oh il est pour moi celui-là !^^

Mo · 24 mai 2017 à 07h56

Je note. Un peu révoltant cette pratique de monnayer un enfant. Quel démarrage difficile dans la vie ! Bien envie découvrir cet univers en tout cas mais je suis tentée d’attendre la publication du second tome pour pouvoir lire l’histoire d’une traite 😉

Alex-Mot-à-Mots · 24 mai 2017 à 09h40

Un manga en diptyque, chic ! Et puis le sujet est intéressant.

Saxaoul · 24 mai 2017 à 11h01

Il a tout pour m’intéresser ce diptyque. Mais je vais attendre sa sortie complète avant de le lire je pense.

Mylene · 24 mai 2017 à 11h08

je l’avais commencée et puis interrompue par quelqu’un, je n’ai jamais pris le temps de la finir…. faudra que je le fasse 😀

Jerome · 24 mai 2017 à 13h39

J’attendrai la suite pour me lancer, mais il va de soi qu’il me tente beaucoup.

Faelys · 24 mai 2017 à 13h45

je suis dans la même ambiance, ayant fini « le dernier envol du papillon » chez Glénat il y a peu. si celui-ci passe à portée de main je le lirai grâce à ton billet.

enna · 24 mai 2017 à 14h35

Très intéressant mais je pense attendre que le deuxième tome soit sorti, pour lire l’ensemble

Sophie Hérisson · 24 mai 2017 à 14h56

Les illustrations semblent superbes, mais l’histoire me tente peu…

Au Fil des Plumes · 24 mai 2017 à 15h02

Je le veux! Je le veux!

Blandine (Vivrelivre) · 24 mai 2017 à 18h00

J’ai très envie de lire cet album qui me rappelle deux romans: « Geisha » d’Arthur Golden et « Mémoires d’une geisha » de Yuki Inoué. Et puis c’est Futuropolis alors… <3

A_girl_from_earth · 24 mai 2017 à 22h02

Ouhla, sûr que ça me plaira. De toute façon, dès que ça concerne le Japon, c’est assez irrésitible pour moi, à de rares exceptions près. Bon, par contre, j’attendrais la parution du tome 2.

framboise · 24 mai 2017 à 22h51

Je note, les dessins me plaisent drôlement (et ce que tu en dis aussi !)
Bisous copine <3

Antigone · 25 mai 2017 à 10h30

Plutôt intéressée… Je la lirai si je tombe dessus à la bibli. 😉

Cristie · 26 mai 2017 à 18h17

Non mais c’est pas humain de me tenter comme ça !!!

Violette · 27 mai 2017 à 19h17

ça a tout pour me plaire!

Océane · 29 mai 2017 à 17h49

Le sujet me plait beaucoup: j’ai lu quelques romans et essais sur le monde des geishas, c’est vraiment intéressant ! Pourquoi pas aborder ce thème sous forme de BD, les dessins dégagent une fine délicatesse en tout cas.

Cristina · 30 mai 2017 à 16h25

J’avais cette BD dans les mains la semaine dernière et je l’ai reposé pour une autre, rahhhhh mauvais choix ! Il me la faut j’ai tout de suite été attiré par le graphisme ! tssss

😉

L’Araignée de Mashhad (Neyestani) – Bar à BD · 24 mai 2017 à 07h53

[…] Sophie :                                Gambadou :                                 Noukette : […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *