La fille du docteur Baudoin – Marie-Aude Murail

La-fille-du-docteur-BaudoinLes livres de Marie-Aude Murail sont bien connus des bibliothécaires ou documentalistes : les nouveautés sont très attendues et les « classiques » ne prennent jamais la poussière sur les étagères. C’est donc tout naturellement que j’ai emporté « La fille du docteur Baudoin » sous le bras pour les vacances, bien m’en a pris…

 

On n’est pas sérieux quand on a 17 ans…

 

Violaine Baudoin a 17 ans. Son père est médecin et sa mère dirige un laboratoire d’analyses médicales. Son frère Paul-Louis, 15 ans, est l’ado typique, fan de vêtements de luxe et de MSN où il tchatte à longueur de journée avec Sixte Beaulieu de Lassale, son meilleur ami. Sa soeur, Cerise, a 8 ans et élève des cochons virtuels sur Internet, quand ce ne sont pas des vaches voire même des dragons… Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes jusqu’au jour où Violaine découvre qu’elle est enceinte, et qui plus est d’un garçon qu’elle n’aime pas. N’osant pas avouer cette découverte à ses parents, Violaine confie son secret à sa meilleure amie, Adelaïde, qui lui conseille de se rendre au planning familial. Là, elle rencontrera le docteur Chasseloup, qui se trouve être l’associé de son père…

 

Une chose est sûre, ce roman trouvera son public auprès des adolescentes qui s’identifieront sans mal à la jeune Violaine. La narration est simple, les dialogues sont savoureux et les personnages bien campés. Même si ce n’est pas le sujet central du roman, j’avoue avoir particulièrement aimé la rivalité entre les deux médecins.

D’un côté Jean Baudoin, surmené, n’accordant pas plus de dix minutes par patient (pardon, client…), prescrivant des médicaments à tour de bras ainsi que bon nombre d’analyses inutiles à faire pratiquer bien sûr au laboratoire de sa femme… Aigri, mesquin, son métier lui déplaît de plus en plus, de même que ses patients. Ce qui se passe une fois la porte de son cabinet fermé est souvent… surréaliste : il va jusqu’à prescrire un calmant destiné à traiter les troubles du comportement… à un bébé dont les parents ne supportent plus les pleurs !

De l’autre Vianney Chasseloup, l’associé du Dr Baudoin à qui ce dernier refile tous les patients dont il ne veut pas, ceux qui lui font perdre son temps : à la différence de son confrère, il est patient, à l’écoute, et il lui arrive même de ne pas prescrire de médicaments voire même de « discuter » avec ses patients, chose inconcevable pour ce bon vieux Dr Baudoin : 45 minutes pour un rendez-vous, tout de même ! Il vit seul seul avec son chat prénommé Poubelle et on devine que son enfance n’a pas toujours été rose.

Le personnage de Violaine est lui aussi intéressant : à la fois mature pour son âge tout en restant une enfant, la découverte de sa grossesse va la bouleverser. Même si elle ne souhaite pas garder l’enfant, il lui est difficile de prendre une décision…

 

Bref, un roman à lire et à faire lire, même si ce n’est pas mon préféré de l’auteur. Le thème de la grossesse non désirée et la question de l’avortement sont traités avec justesse et devraient trouver, espérons-le, un écho chez nos adolescentes…

 

Premières phrases : « Le docteur Baudoin connaissait chaque soir un moment de bonheur, par ailleurs assez bref, quand il prenait l’ascenseur. Tandis que la petite cage vitrée s’envolait vers son luxueux appartement, il lâchait un gros soupir en même temps que sa mallette en cuir. Voilà, encore une journée de boulot terminée. »

 

Au hasard des pages : « Tout le monde meurt dans cette vie. Ce n’est pas la peine de naître. Sur cette réflexion encourageante, Violaine ouvrit grands les yeux. Et voilà, c’était le matin, elle était enceinte pour la journée. Elle ne pouvait pas mettre ça de côté deux minutes. » (p. 96)

 

Editions Ecole des Loisirs (2006)

Collection Médium

 

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-la-fille-du-docteur-baudoin-marie-aude-murail-54991438.html

10 commentaires sur “La fille du docteur Baudoin – Marie-Aude Murail

    • Et oui, incontournable Murail ! J’ai quand même préféré « Papa et maman sont dans un bâteau », mais ma lecture remonte un peu trop pour que j’en fasse un billet ! 😉

    • Mais si, mais si ! Tu es aussi flic, nounou, grande soeur, marâtre à l’occasion ! 😉 Cela dit il est pas mal du tout ! Ils l’ont peut-être dans ton lycée…?!

    • C’est vrai, c’est un auteur qui plaît… Par contre, si tu dois un lire un pour commencer, je te conseille plutôt « Papa et maman sont dans un bâteau », même si celui ci est quand même sympa ! 😉

  1. Je l’ai effectivement trouvé très juste dans le temps… mais ce n’est pas mon Murail préféré non plus. D’ailleurs je viens de lire « Le tueur à la cravate » qui se compose un peu comme un polar, plutôt pour les bons lecteurs… Je ferais peut etre un article un jour, mais j’ai pris trop de retard ces derniers temps, puisque je profite beaucoup des vacances pour lire !

    • Tu as raison de profiter de tes vacances pour lire, en septembre, vu ce qui nous attend n’est-ce-pas, ça risque d’être un peu chaud au début ! 😉 je note « le tueur à la cravate », rien que le titre me plait !

    • Et comment ! J’en lisais moi même élève, maintenant je les conseille à mes élèves, la boucle est bouclée ! Va falloir que je trouve un autre titre pas encore lu pour la découverte du mois de septembre chez Pimprenelle ! 😉 Si t’as une idée… !

  2. J’ai oublié de parler de Poubelle !
    Beau billet… pour un chouette livre. Je ne suis pas surprise que les livres de MAM ne prennent pas la poussière ! Tant mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *