La nappe blanche – Françoise Legendre

La nappe blanche1910. Jeanne use ses mains et ses yeux sur la grande nappe blanche qu’elle est en train de broder. Une nappe immense avec en son centre les lettres A et J entrelacées. Son cadeau pour le mariage de sa petite-fille Anna avec Jean, l’amour de sa vie…

 

1914. Jean a été mobilisé, c’est le jour du grand départ. Avant de partir, il passe sa main dans les cheveux de son petit Louis endormi. Il ne le reverra plus…

 

1936. Louis a vingt-six ans. Pour ses premiers congés, il emmène toute sa petite famille en vacances à la campagne. Sur l’herbe verte, au bord de l’eau, sa femme déploie l’immense nappe brodée, sous les yeux de grand-mère Anna, émue…

 

1944. Louis, inquiet, guette par la fenêtre le retour de sa fille Marie. L’heure du couvre-feu approche. Quand elle arrive, il faut faire vite. Déjà, les bottes martèlent l’escalier. Ils ne trouveront pas les tracts compromettants, cachés sous la longue nappe étalée sur les genoux de grand-mère Anna…

 

2014. La petite Jeanne a 6 ans et admire la belle nappe blanche qui recouvre la grande table. Toute la famille arrive ce soir pour fêter la venue de son petit frère. Grand-mère Marie se souvient de l’histoire de cette nappe, qui un jour, lui a sauvé la vie. Une histoire qu’elle transmet à sa petite-fille Jeanne…

 

Si peu de mots et tellement d’émotions. La nappe blanche traverse l’histoire et relie entre elles les différentes générations. Elle se révèle un cadeau d’autant plus précieux au fil des années… En elle s’impriment les moments heureux, les petits instants de bonheur et les grandes peines. En elle se gravent les souvenirs, les joies et les drames d’une vie, l’Histoire et les histoires…

Un héritage, un talisman, une histoire à dire et à transmettre. Et la boucle est bouclée…

 

Très joli titre d’une collection que j’affectionne tout particulièrement. La collection Petite Poche propose des textes courts, sensibles, intelligents qui surprennent et suscitent la réflexion, et ce dès 7 ans. Et même très au delà… Pour preuve, mes collégiens en raffolent et se ruent tous les jours sur l’étagère qui est dédiée à ces tout petits romans sans images. Pas seulement les élèves en difficulté de lecture d’ailleurs… Et je m’en réjouis !

 

 

Une nouvelle pépite que je partage avec Jérôme pour notre rendez-vous jeunesse du mardi.

 

 

Premières phrases : « Mardi 22 novembre 1910 – Une merveille de lin blanc.

L’hiver est là. La grisaille tenace, les murs épais de presque un mètre et les petites fenêtres maintiennent la grande cuisine de la ferme dans la pénombre. Un feu brûle dans la cheminée de pierres grises. Penchée sur le tissu, Jeanne brode à la lumière de la lampe à pétrole. Son visage ridé est concentré, ses yeux brillent. L’aiguille monte et descend, passant et repassant à travers la nappe immense et blanche qui recouvre sa jupe noire et ses sabots. Elle a commencé ce travail au début de l’été, dès que la date du mariage de sa petite fille, Anna, a été fixée. Au centre de la nappe, les deux grandes lettres A et J sont entrelacées. Des fleurs, des feuilles, des épis de blé brodés courent tout autour, des jours réguliers filent près du bord du tissu. C’est une merveille de fil de lin blanc. »

 

 

Éditions Thierry Magnier (Septembre 2014)

Collection Petite Poche

46 p.

 

ISBN : 978-2-36474-504-9

Prix : 5,10 €

 

 

challengerl2014

 Challenge 3% Rentrée littéraire

chez Hérisson !

17/18

10 commentaires sur “La nappe blanche – Françoise Legendre

  1. Une très belle histoire. Je suis impressionnée par le texte, enfin l’extrait. C’est une lecture très exigeante pour des petits de 7 ans.
    Bonnes vacances.

    • Disons que ce texte là s’adresse plutôt aux enfants à partir de 9 ans. Mais la collection en général est accessible, pour certains titres, dès 7 ans. Incontournable.

    • Oui, et je m’en réjouis ! J’en prête tous les jours à mes élèves, du coup, j’ai peu l’occasion de les leur piquer ! Pour une fois, je les lirai avant eux, na ! 😉

    • Des tous petits romans, format carte postale, une quarantaine de pages, pas plus. Les petits lecteurs en raffolent et les titres sont très variés. Et plein d’auteurs illustres (Benameur pour ne citer que 😉 )

    • J’en lis peu aussi, mais dernièrement, certains titres sortaient souvent au CDI, puis c’est redevenu la frénésie, ils en empruntent des piles de 10, je ne compte même plus ! Avec celui ci, tu ne devrais pas être déçue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *