La pyramide des besoins humains – Caroline Solé

pyramide

Berwick Street, Chinatown, c’est là qu’habite Christopher Scott en compagnie de son pote Jimmy. Sur un bout de carton, dans la rue. « Je suis l’un de ces gosses qui dorment à Leicester Square, Piccadilly Circus ou dans une rue adjacente, même pas recroquevillés, juste crevés, étalés de tout leur long dans des sacs de couchage qui sentent l’urine et la bière. » Comment il en est arrivé là…? Qu’importe après tout, mais il fallait fuir, pour survivre, et la rue, finalement, ce n’est pas pire qu’avant…

 

Trois pièces et une demi-heure de connexion internet dans un magasin d’informatique où il se réfugiait de la pluie. Une affiche. Cette pyramide colorée. Cet index qui pointe vers lui… et ce slogan : « TOI AUSSI, JOUE TA VIE »

 

 

Pyramide_Maslow

 

Au hasard d’un simple « clic », Christopher, celui qu’on préfère ne pas voir ou qu’on enjambe en regardant ailleurs, va devenir la star de la pyramide des besoins humains, un nouveau jeu de téléréalité inspiré de la théorie de Maslow qui classe les besoins selon cinq catégories : besoins physiologiques, de sécurité, d’amour, de reconnaissance et de réalisation.

15 000 candidats au départ et, cinq semaines plus tard, un seul gagnant. Le but : passer chaque palier de la pyramide et « prouver, chaque dimanche, que leurs besoins du niveau en cours ont bien été satisfaits en rédigeant un texte de 500 caractères maximum. Le nombre de votes obtenus sur ce texte permet à un candidat d’accéder ou non au niveau supérieur. » Christopher devient le candidat numéro 12778…

 

Le premier roman de Caroline Solé est réellement addictif. Cruellement moderne et terriblement juste dans ce qu’il dénonce… Le personnage de Christopher est fascinant et complexe. Dépassé par les évènements et sa propre célébrité qui lui tombe dessus sans crier gare, à la fois désireux de garder son anonymat et conscient, malgré tout, que le « star-system » peut le sortir de la mouise dans laquelle il se trouve. Mais le veut-il vraiment…?

Palier après palier, Christopher dévoile des bouts de lui sur la toile, assez pour titiller la curiosité du public mais trop peu pour se faire repérer. Alors que les autres candidats essayent de se démarquer et de frapper fort en mettant en scène leur intimité, Christopher se contente du strict minimum. En photo de profil, son sac de couchage bleu marine déplié sur le trottoir… Et chaque semaine, des phrases chocs décrivant de façon lapidaire sa vie dans la rue. Très vite, ses « fans » se comptent par milliers…

 

Addictif et finalement assez effrayant… L’impact des réseaux sociaux, la fabrique de célébrités, ce besoin de se façonner des héros, tout est si réel. Et cette plongée dans l’enfer de la rue… Un roman qui fait réfléchir à sa propre échelle de besoins…

 

Un coup de cœur et une nouvelle pépite jeunesse que j’ai grand plaisir à partager avec Jérôme, comme chaque mardi ou presque..! Leiloona en parle aussi aujourd’hui.

 

 

L’avis d’Hélène

 

 

Premières phrases : « RÈGLE DU JEU. Si un jour la célébrité vous tombe dessus comme la fiente d’un pigeon sur la tête, ne perdez pas de temps à vous pavaner derrière des lunettes de soleil : fuyez. Fuyez au plus profond de vous-même sans craindre votre ombre, elle ne mord pas.

Voilà ce qu’il aurait fallu écrire sur la notice. Mais il n’y avait pas de notice. Pour participer, il suffisait de remplir un formulaire en ligne et de cocher une case. L’inscription était gratuite. J’aurais dû me méfier. »

 

Au hasard des pages : « Les gars en marge, comme moi, ils vivent sur le bas-côté, car quelque chose a débordé. Malgré le joli cahier aux lignes tracées, le stylo a dérapé, il a filé dans la marge. Il y avait trop à écrire, un trop-plein qu’il fallait sortir. Et maintenant, on vit dans la rue. On a oublié la douceur d’un oreiller, d’une caresse, on ne parvient plus à dormir. » (p. 82)

 

 

Éditions École des loisirs (27 Mai 2015)

Collection Médium

124 p.

 

Prix : 12,80€

ISBN : 978-2-211-22197-9

 

pepites_jeunesse

18 commentaires sur “La pyramide des besoins humains – Caroline Solé

  1. Addictif et drôlement bien fichu je trouve. Pour un premier roman je l’ai trouvé assez impressionnant je dois dire, tant au niveau de l’écriture que de la construction.

  2. Oui, tout est si réel, et ça fait bien peur : et c’est sans doute pour cette raison que la fin m’a moins accrochée car cela ne faisait pas réel pour un sou …

    J’ai ajouté ton lien aussi, bichette. 🙂

  3. hou la la, c’est extrêmement tentant ma parole, en lisant ton billet, je n’avais pas vu que c’était un livre jeunesse, mais du coup, je note avec grand plaisir (ça a un petit côté « un écrivain, un vrai » non ? en mieux visiblement)

  4. Je suis toujours très attentive à ce que publie l’école des loisirs parce que, en général, ce sont des petites merveilles :0) J’avais repéré celui là, maintenant encore plus. Et hop, dans vos billets tentateurs :0) Bises

  5. (tu avais vu mon commentaire sur Annabel ? Je serais curieuse de savoir ce que tu en penses… Je vais essayer de trouver les paroles traduites en attendant…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *