Le chien qui louche – Etienne Davodeau

Le chien qui loucheVoilà 15 ans que Fabien travaille au musée du Louvre. Chaque jour, une nouvelle salle, chaque jour des œuvres devenues familières à surveiller, chaque jour, des centaines de visiteurs à renseigner… et chaque jour, l’éternelle question « La Joconde, c’est par où ? » Un métier répétitif pour les uns, barbant pour les autres, un métier qu’il aime malgré tout.

 

Depuis quelques semaines, la pétillante Mathilde est entrée dans sa petite vie bien réglée. Ils se voient régulièrement, jonglant avec leurs emplois du temps pour s’accorder des petites pauses câlines. Et aujourd’hui est un grand jour : celui des présentations à la famille de Mathilde qui vit près d’Angers. Un peu tendu, Fabien le parigot est accueilli les bras ouverts par une famille un peu rustre qui ne s’embarrasse pas de ronds de jambes. Chez les Benion, on n’a jamais mis les pieds dans un musée, et encore moins au Louvre…

 

Profitant de « l’expertise » de Fabien, on l’emmène voir chez le grand-père une toile peinte par un aïeul. Des années qu’elle prend la poussière au grenier alors qu’elle pourrait être exposée au Louvre ! La toile en mains, Fabien est perplexe, elle représente un affreux chien qui louche, et c’est une croûte, ni plus ni moins… Mais les Benion veulent savoir. « Le tableau de notre ancêtre aurait-il sa place au musée du Louvre, ou est-ce une merde sans intérêt ? » Tentant d’être diplomate, Fabien se garde bien d’être catégorique. Peut-être aurait-il du…

 

Quel plaisir de retrouver Davodeau ! Le chien qui louche est une vraie comédie, absurde, cocasse et subtile, qui fait la part belle à une galerie de personnages tout aussi attachants les uns que les autres. Le couple Fabien-Mathilde est moderne, amoureux, se chipote et se chamaille comme deux grands enfants qu’ils sont finalement restés. Les Benion, catégorisés « bizarres » par Mathilde, sont effectivement une famille haute en couleurs. Des forts en gueule mal dégrossis, riant gras et parlant fort, imaginez-les au sein du Louvre, c’est quelque chose…! Le pauvre Fabien est bien obligé de faire avec, il en va de son acceptation dans la famille de sa belle… Du coup, ce tableau du chien qui louche, c’est un peu le début des emmerdes pour Fabien. Comment faire pour ne pas vexer sa belle-famille persuadée que cette œuvre de qualité fort discutable peut « entrer » au Louvre…?

Et puis il y a ce personnage de monsieur Balouchi, sûrement un de mes préférés de l’histoire. Le Louvre, c’est un peu sa deuxième maison, ce musée, ses œuvres, il les connaît sur le bout des doigts. Quand Fabien lui confie la mouise dans laquelle il se trouve à cause de ce fameux tableau familial, il va lui parler de la « République du Louvre », sorte de société secrète aux missions tout aussi secrètes… Improbable ? Peut-être, mais honnêtement, quelle importance…?

 

Un vrai régal ! Ajoutez à ce pitch déjà fort savoureux une agréable visite de Paris, de belles déambulations au milieu des célèbres œuvres du Louvre, quelques petites piques fort bien vues sur le tourisme de masse, et vous aurez là une pétillante comédie, légère et décalée, qui ne pourra que vous donner le sourire ! Une vraie comédie donc, même si effectivement on est en droit de s’interroger sur ce qui est « beau » ou pas, sur ce qui mérite d’être exposé dans un musée ou non… (interro de philo, vous avez 4 heures…)

 

Quand au dessin de Davodeau, pas de surprise, j’aime toujours autant ! Un noir et blanc très travaillé, une vraie fraîcheur, des personnages très expressifs… et puis le Louvre, dans les yeux de Davodeau, c’est beau, envoûtant même !

 

Une lecture que j’ai le plaisir de partager avec Jérôme et Mo’

 

Les avis de Cristie et Stephie

Chien-Qui_Louche-p6

© Davodeau / Futuropolis / Musée du Louvre

 

 

Éditions Futuropolis (Octobre 2013)

Coédition Musée du Louvre

144 p.

 

topbd_2013.jpg

 

by Yaneck

18/20

 

 

28 commentaires sur “Le chien qui louche – Etienne Davodeau

  1. Je l’ai lu ce week-end, j’ai aimé l’atmosphère de Davodeau, de ces gens simples qu’il y a derrière.
    Et de ces petits détails sur le musée qu’il met en évidence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *