Le passage des Lumières, épisode 2 : Révoltes – Catherine Cuenca

 

revoltes.jpgDeuxième épisode des aventures de la jeune Zélie au coeur d’une époque troublée.

 

Je dois avouer que je l’ai retrouvée avec plaisir, il me tardait de savoir quand elle allait enfin retourner au XVIIIe siècle, comment les choses auraient évolué là-bas en son absence, comment allaient se passer ses retrouvailles avec Léandre… et surtout, bien sûr, comment allait bien pouvoir évoluer leur impossible histoire d’amour…

 

Tout cela bien sûr en pleine révolution française…

 

Quelques jours à peine avant le début des épreuves du Brevet, Zélie a toujours la tête ailleurs, bien loin… Deux mois après son retour chez elle, elle ne cesse de penser à ceux qu’elle a laissés derrière elle à Basmont, en 1789. Le beau Léandre lui manque tant !

A la veille de la pleine lune, Zélie est bien décidée à utiliser une nouvelle fois le passage qui lui permettra de les rejoindre, un chantier de démolition a beau être installé aux abords de la propriété, la grotte, elle, est toujours là… Après un petit tour de passe passe pour expliquer son absence de quelques heures à sa mère, le voyage dans le temps se prépare : quelques vêtements de rechange, une trousse de premiers secours et une Chronologie de l’Histoire de France dans un sac… et le tour est joué ! Zélie est prête à passer un mois à Basmont alors qu’elle rentrera chez elle avant minuit…

A son arrivée, elle est accueillie par la vieille bonne Albine, absolument ravie de la revoir. Le père Joseph est un peu moins démonstratif, il a surtout beaucoup vieilli. Avec étonnement, Zélie apprend qu’il s’est écoulé deux mois depuis son départ, et non deux mois comme elle le pensait : nous sommes le 16 juin 1791. Beaucoup de choses ont changé, la prise de la Bastille a eu lieu, et même si le Roi n’a plus qu’un pouvoir exécutif, même si des élections ont eu lieu et que des réformes ont été votées, les choses ne sont pas si simples.

Et puis il y a Léandre, quitté deux ans auparavant dans des circonstances pénibles. Qu’elle sera sa réaction en la revoyant ?

 

Force est de constater que la recette fonctionne encore très bien. Encore un savoureux cocktail concocté par Catherine Cuenca : une période historique riche, des personnages qui s’étoffent, des évènements qui s’accélèrent et toujours ce savant mélange entre le passé et le présent qui rend cette série particulièrement réussie. L’heure est dans ce tome aux aveux et ce rebondissement dans l’intrigue est particulièrement intéressant : Léandre sait maintenant, tout est différent… L’épisode de la fuite du Roi est assez rocambolesque puisqu’elle implique Zélie et Léandre obligés de l’arrêter pour ne pas risquer de changer l’avenir : la poursuite est bien rendue, de même que son arrestation à Varennes. L’épisode à Paris est aussi très réaliste : la pétition demandant la révocation du Roi annulée au Champ-de-Mars, la garde nationale ouvrira le feu sur le peuple. Zélie et Léandre seront au coeur du cauchemar…

Une série qui tient toutes ses promesses donc, il me tarde de découvrir le troisième tome qui devrait sortir en juin !

 

L’avis de Hérisson

Un grand merci aux Agents littérairesde m’avoir proposé la lecture de ce livre.

 

Premières phrases : « – Psst… Zélie !

Zélie tourna mollement la tête. Jessica, sa voisine de table, lui donna un coup de coude.

– T’aurais un stylo rouge ?

– Hein ?

– Un stylo rouge, répéta Jessica en roulant des yeux agacés. Tu dors ou quoi ?

Zélie fouilla dans sa trousse à la recherche du stylo demandé et le fit glisser sur la table.

– Tiens ! Laisse moi tranquille maintenant. »

 

Au hasard des pages : « Tout était de sa faute. Elle aurait dû lui avouer sa véritable identité. La nuit de la soirée à Verdun, sur le balcon de l’hôtel du bailli, elle avait eu les mots au bord des lèvres. Et elle avait finalement renoncé. Marie-Azélie Latour était une jeune fille qui avait de l’audace et de la curiosité malgré son éducation bourgeoise. C’était elle qui avait séduit Léandre. Pourrait-il aimer Zélie, collégienne du XXIe siècle, en jeans et tee-shirt ? Quelle importance, au fond ? Leur amour était voué à l’échec. Dans le mensonge ou dans la vérité, Zélie n’épouserait jamais Léandre Chesnais. Alors, autant aller jusqu’au bout, et dire la vérité, quoi qu’il lui en coûte. Il en était plus que temps. » (p. 46)

 

Éditions Gulf Steam (Avril 2012)

155 p.

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-le-passage-des-lumieres-episode-2-revoltes-catherine-cuenca-106144932.html

3 commentaires sur “Le passage des Lumières, épisode 2 : Révoltes – Catherine Cuenca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *