Le quatrième mur – Sorj Chalandon / Eric Corbeyran / Horne Perréard

Quatrième murPremières impressions à chaud au sortir de cette adaptation du roman du même nom…  J’ai presque honte de ne toujours pas avoir lu Sorj Chalandon. Je sais avec certitude que je vais vite remédier à cette lacune livresque. Et je sens de façon intuitive, par ce que cette BD m’a laissé entrevoir, que cet auteur est fait pour moi…

 

Je ne saurais dire si cette adaptation est fidèle à l’originale ni si les choix du scénariste sont pertinents – les lecteurs fidèles le feront mieux que moi et s’en offusqueront ou non – mais elle m’a prise aux tripes. J’en ai aimé la sourde douleur, le fol espoir d’une parenthèse dans l’horreur, l’idée que l’art pouvait vaincre la guerre et rapprocher les hommes. Fugace illusion, oui, vaine tentative de respiration au cœur du chaos. Mais après tout, pourquoi pas…?

 

Jouer Antigone d’Anouilh sur les décombres encore fumantes d’un conflit aussi interminable qu’inexplicable. Trouver de part et d’autre de la ligne de front ces visages et ces voix qui sauront incarner au mieux la folie, l’amour et la haine. Faire résonner ces vers éternels qui disent tant sur les excès et les débordements vers lesquels tendent si facilement les hommes. La voix off s’élève… et le destin des protagonistes de l’histoire – l’Histoire – est scellé…

Une Antigone palestinienne et sunnite. Un Hémon druze du chouf. Un Créon maronite de Gemmayzé, un page et des messagers chiites… Dans un Liban à feu et à sang, le rêve d’un metteur en scène à l’agonie est prêt à voir le jour grâce à son fidèle ami Georges, militant antifasciste épris de liberté et de justice. Une représentation unique de l’Antigone d’Anouilh. Un défi utopique… et un prix à payer qu’il est loin d’imaginer.

 

« Prêt ? Je n’en savais rien. Je défendais un projet que je n’avais pas initié, délivrais un message qui n’était pas le mien. J’ignorais si j’étais prêt mais j’exécutais les dernières volontés d’un mourant. »

 

Cet album est une merveille. Du noir et blanc comme esquissé, des visages qui parlent bien mieux que des longues tirades, une Beyrouth qui sait encore montrer son âme, des fulgurances de beau, des petits éclats de vie et de poésie, beaucoup de lumière aussi, même si, même si… L’histoire est belle et triste, la réflexion sur l’humain profonde et désespérée, l’impact sur le lecteur indescriptible… On ressort de cette lecture hébété et groggy, conscient que la lecture du roman remettra pourtant les pendules à l’heure.

 

Une lecture belle et éprouvante que je partage avec Jérôme

 [slideshow]

Éditions Marabout (Octobre 2016)

Collection Marabulles

136 p.

 

Prix : 17,95 €

ISBN : 978-2-501-11468-4

 

BD de la semaine saumon

C’était ma BD de la semaine…

…aujourd’hui chez Mo’

 

challenge12016br

25/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout » réussi

chez Hérisson et Léa Touch Book

21 commentaires sur “Le quatrième mur – Sorj Chalandon / Eric Corbeyran / Horne Perréard

  1. Comment ne pas craquer en te lisant ? Comment ne pas être intriguée ?
    Je ne sais pas, alors je note parce que tu m’as donné envie de saisir cet ouvrage et de le découvrir à mon tour

  2. Cette oeuvre, je l’ai découverte dans sa forme originelle, le roman. Je l’avais alors beaucoup aimée. Je suis particulièrement tentée de la découvrir sous le trait de crayon de Eric Corbeyran / Horne Perréard. Merci Noukette et Jérôme de nous offrir cette référence !

  3. Je file me procurer cette BD parce que le 4è mur est un formidable roman et je suis curieuse de découvrir son adaptation …
    Tu n’as jamais lu Sorj ? Punaise, quel plaisir tu auras lors de sa découverte ! ♥ Chanceuse ! 🙂

  4. Je n’aurais jamais acheté la BD si je ne l’avais pas reçue par l’éditeur… tellement j’avais aimé le roman ! Et je suis contente de constater, ce dont j’étais sûre (et que j’ai déjà écrit dans mon article qui paraîtra en fin de semaine), que ceux qui ne connaissent pas le roman peuvent apprécier cette BD. Pour ma part, je suis un peu déçue de l’adaptation même si je lui reconnais de grandes qualités, notamment graphiques.

  5. J’ai beaucoup aimé le livre de Sorj Chalandon que l’on a la chance de rencontrer régulièrement dans les salons littéraires du coin, étant donné qu’il n’habite pas très loin. Je ne savais pas qu’une adaptation était sortie en BD. J’aime bien les dessins. Je me laisserai sans doute convaincre si je le trouve sur mon chemin !

  6. Chalandon est un de mes auteurs préférés, son diptyque sur l’Irlande (Mon Traitre/Retour à Killybegs) est formidable, celui-ci est génial, et j’ai adoré « Profession du Père », qu’il m’a dédicacé au Forum Fnac Livres!

  7. Je vais d’abord découvrir le roman, que je n’ai toujours pas lu non plus ^^ Avant ça, je me plongerai dans Profession du père de Chalandon. Les illustrations ne m’attirent pas spécialement dans cette BD, c’est fort chargé pour moi. J’aime quand c’est épuré et un peu plus coloré!

  8. Le roman a été une vraie grosse claque ! J’avoue que je lis très peu de BD et du coup pas forcément la meilleure pour juger de cette adaptation mais ce que je sais c’est que plus les lecteurs auront de moyens d’accès à cette histoire, mieux ce sera… Une telle force… c’est rare.

  9. Punaise, je note ! Comme toi, pas encore lu et pourtant en ai plein de cet auteur dans les rayons de mes bibliothèques ! Alors pour m’y jeter, faire com vous, et débuter par une BD !
    Je note merci les divines tentateurs <3

  10. Comme je le disais chez Jérôme, j’ai eu un coup de coeur puissant pour le roman en version audio et j’ai à la fois très envie et un peu peur de lire la BD mais l’émotion qui ressort de ton billet et les extraits me pousse à croire que je ne vais pas tarder à le lire (peut-être même à me l’acheter 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *