Le sorcier vert – Valentine Goby / Muriel Kerba

sorcier vert

 

J’aime beaucoup l’idée de cette collection…

 

L’illustrateur laisse libre court à son imagination, sans être guidé par une quelconque histoire. Les illustrations ne sont confiées à l’auteur qu’une fois terminées. A l’auteur de s’en emparer pour bâtir son histoire en les agençant à sa guise.

 

Ici, ce sont les illustrations « végétales » de Muriel Kerba qui ont servi de terreau à Valentine Goby. Et c’est l’histoire vraie de Sebastião Salgado, photo-journaliste brésilien reconnu internationalement, qu’elle a choisi de raconter. L’histoire d’un combat, celui de toute une vie, pour tenter de replanter la forêt de son enfance…

 

Sebastião revient chez lui. Les hommes et leurs faiblesses n’ont plus de secrets pour lui. La Terre, il l’a arpentée de long en large. Partout des conflits, des guerres et du sang. Partout la haine et la misère immortalisées sur pellicule. Mais il fallait ça « pour que personne n’ignore comment les hommes vivent. »

 

Las, Sebastião rêve de se ressourcer dans le pays de son enfance. Un pays vert, vivant, vibrant. Mais à son arrivée, c’est la désolation… « Il ne retrouve rien. Plus de champs. Plus de bétail. Plus de forêt. Le père de Sebastião se balance dans un fauteuil devant la maison délabrée, maigre silhouette au milieu des collines entièrement pelées. L’air brûlant tremble comme un voile d’eau, et floute la terre ocre à perte de vue. Pas un cliquetis d’insecte. Pas un cri d’oiseau. De la poussière et du silence. » 

Sebastião ne peut pas se résoudre à un tel massacre. Il a besoin de beauté. Et la forêt, il la replantera. Avec l’aide des quelques irréductibles qui n’ont pas déserté cette terre aride… Qu’importe le temps que ça prendra…

 

« Tous ensemble ils creusent, plantent, arrosent, taillent.

Une forêt à hauteur d’épaule.

Une forêt à hauteur de nuque.

Une forêt plus grande qu’un homme.

Des sources jaillissent sous les racines. »

 

Incroyable symbiose entre les mots de Valentine Goby et l’univers foisonnant de Muriel Kerba. Des entrelacements étranges et presque hypnotiques, un fouillis de végétaux de toutes formes où s’invitent maisons et chemins, des fleurs incroyables, un vrai paysage fantasque, à la frontière du rêve et de la réalité, entre nature folle et béton. Et au cœur de cette forêt de papier, le défi fou d’un doux rêveur persuadé que la persévérance et la volonté farouche sont capables de venir à bout de la stupidité des hommes…

Et elle est belle cette naissance à laquelle nous avons le privilège d’assister. Du vert. Du beau. De la vie…

 

Un conte écologique pour éveiller les consciences à glisser entre toutes les mains. La douceur et la plume tout en nuances de Valentine Goby, l’univers poétique et enchanteur de Muriel Kerba… et une nouvelle pépite jeunesse que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi ou presque…

 

 [slideshow]

 

Premières phrases : « Le soleil frappe le visage de Sebastião. Son corps est lourd. Il ne veut pas se lever. Sur la table de nuit, l’appareil photo le fixe. Cet oeil-là, son troisième œil, ne dort jamais. Depuis trente ans il capture les guerres, les famines, l’exil, le travail et la misère à travers la planète, pour que personne n’ignore comment les hommes vivent. Sebastião est l’un des meilleurs photojournalistes au monde. Ce matin, Sebastião est las des souffrances des hommes. Le chagrin le submerge.
Sous ses paupières surgissent les paysages enchantés de son enfance : la forêt contemplée depuis les branches d’un jequitiba, à cinquante mètres au-dessus du sol, et qui mousse de colline en colline autour de la ferme de son père ; la palpitation des feuilles et des ailes d’oiseaux sous la canopée ; les pommes de pin géantes qu’on casse à coups de caillou pour en déloger les graines au goût de crème ; les grenouilles qu’on débusque au fond des sources, émeraude, topaze, améthyste, comme des pierres précieuses ; les muscles des chevaux au galop ondulant sous ses cuisses.
Épuisé, il décide de rentrer chez son père. »

 

 

Éditions Thierry Magnier (Mars 2016)

Collection Les décadrés

40 p.

 

Prix : 16,80 €

ISBN : 978-2-36474-530-8

 

pepites_jeunesse

13 commentaires sur “Le sorcier vert – Valentine Goby / Muriel Kerba

  1. C’est sans doute le genre de livres qui plaît plus aux parents qu’aux enfants , mais pourquoi pas. J’aime bien raconter les histoires à partir de jolis livres.
    Luocine

  2. C’est un duo d’auteures en parfaite symbiose, je suis bien d’accord avec toi (un peu comme le duo de blogueurs que nous formons, non ? 😉 ).

  3. Ce que c’est beau! Les illustrations, les mots, le propos. Merci beaucoup pour ce partage. Effectivement, laisser d’abord agir l’ illustratrice, puis l’auteure, c’est une chouette idée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *