bébés saléMalika voudrait voir la mer. Sentir le sable sous ses pieds, les vagues sur ses chevilles. S’enfuir loin de ces barres d’immeuble qui lui gâchent la vue et la vie. Oublier un temps que son papa s’est fait la malle comme un lâche à la naissance de sa petite sœur. Oublier que depuis, sa mère n’est plus elle même, tout juste une ombre, et encore. Oublier qu’elle se retrouve souvent seule avec Malvina, à peine cinq mois…

 

C’est ça la vie de Malika. Une vie qu’elle raconte dans ses cahiers ; ils lui permettent de ne pas oublier les bons moments et de supporter les mauvais… « Le rouge, c’est pour mes colères. Le bleu pour mes rêves et les chansons que j’aime. Dans le vert, je raconte ma vie. Je parle de moi à la troisième personne. »

 

Ce n’est pas la première fois que Nathalie, sa mère, part sans donner signe de vie. Ses fugues, elle en a l’habitude. Ça peut durer quelques heures, quelques jours, parfois plus. Du haut de ses treize ans, Malika assure. Les biberons en pleine nuit, les câlins qui consolent les pleurs… maintenant, elle sait tout faire, même faire la morte quand l’assistante sociale sonne à la porte. Mais là, ça tombe plutôt mal, pile au moment où le centre social organise un séjour d’une semaine à la mer. La mer… Le rêve. Toute sa petite bande y sera, Steven aussi… Alors pourquoi pas elle…? 

 

Une collection que je découvre. « Des textes courts pour ados, une vraie écriture et la vie comme elle va : amère parfois, acidulée souvent et toujours un zeste de fraîcheur. » Un titre qui interpelle et une couverture qui a priori a tout pour me faire fuir… et pourtant. Un pressentiment que ce petit roman là pourrait laisser des traces.

Mon ressenti sera tout de même nuancé. Je dois avouer que j’ai eu beaucoup de mal à croire à cette histoire, tout en sachant pourtant qu’elle était inspirée de faits réels. Si les personnages sont crédibles, ados en tête, les réactions des adultes encadrant le voyage m’ont paru complètement fantasques voire totalement irresponsables. Du coup, impossible pour moi de ressentir une quelconque émotion devant le périple improbable de Malika et de sa petite sœur…

Quant à la fin, prévenue par Jérôme qui avait essuyé les plâtres avant moi, je m’attendais à une méchante claque. Même pas. Je l’ai trouvée prévisible, et même logique. Malgré tout, elle ne manquera pas de chambouler les ados qui y seront confrontés…

 

Les bébés ont un goût salé reste une belle découverte, une belle histoire. J’ai aimé la plume de l’auteur, à la fois poétique, tendre, âpre et sans concessions. A sa façon, il livre un bel hommage à ceux qui, chaque jour, font en sorte que de jolies fleurs naissent au cœur du béton…

 

Une découverte que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi ou presque..!

 

L’avis de Pépita

Le blog de l’auteur

 

 

Premières phrases« Le parking des Noires Terres est inondé. Au milieu des flaques pleines de nuages, les voitures cabossées ressemblent à des bateaux pirates échoués là, sans marins ni filets. Les fenêtres des immeubles scintillent comme des méduses au fond d’un océan. Je frissonne en regardant l’averse plier les arbres. Mes pupilles sont des étoiles de mer. 

J’aime la pluie. J’aime la pluie qui me donne envie de fermer les yeux. J’aime la pluie parce que tout le monde se tait. J’aime la pluie qui fait la nuit en plein jour. J’aime la pluie qui se jette du haut des tours comme un oiseau. »

 

 

Au hasard des pages : « D’abord, le bruit des vagues. Une sorte de soupir doux comme la pluie dans les flaques. Puis une grande ligne d’eau roule sur le sable. On ne voit qu’elle. C’est la pleine lune et la ligne blanche des vagues brille bizarrement sous un ciel nuageux.

– C’est con, on voit même pas les étoiles ! Dans ces moments-là, il y en a toujours un pour gâcher mon plaisir. Mais je n’en veux pas à Laïla, qui marche à mes côtés.

– Ferme les yeux et écoute… Tu les verras, les étoiles ! » (p. 64)

 

 

Éditions Rue du monde (Mai 2014)

Collection Zestes

107 p.

 

Prix : 9,50 €

ISBN : 978-2-35504-317-8

 

 

pepites_jeunesse


14 commentaires

Stephie · 20 janvier 2015 à 07h47

Malgré vos avis mitigés, on a envie de savoir. C’est malin…

Micmelo · 20 janvier 2015 à 08h02

Ca me m’emballe pas vraiment …. et comme il est difficile à croire à l’histoire, je vais passer mon tour 🙂

    Noukette · 27 janvier 2015 à 00h03

    C’est un bon roman cela dit, et je suis sûre que les ados aimeront…

Syl. · 20 janvier 2015 à 08h40

Ben moi je n’ai pas envie de savoir. Je sens mal cette fin. Alors, je ne noterai pas.
Bonne journée Noukette !

    Noukette · 27 janvier 2015 à 00h04

    Elle n’est pas si triste cette fin pourtant…

jerome · 20 janvier 2015 à 12h19

Prévisible la fin ? Tu sais que moi je n’avais rien vu venir. Je dois être un grand naïf. Mais au moins, l’émotion, je l’ai ressentie 😉

yueyin · 20 janvier 2015 à 21h16

en gros le même ressenti que Jérôme… je suis partagée en fait mais intriguée par cette fin.

    Noukette · 27 janvier 2015 à 00h05

    Je l’ai vu venir mais je la trouve logique…

Alex-Mot-à-Mots · 21 janvier 2015 à 14h09

Un titre intriguant !

lasardine · 21 janvier 2015 à 17h16

hmm… pas pressée du coup… (ça compense! lol!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *