M commeMylène a 12 ans, une chevelure rousse et des taches de rousseur. Une maman aimante et un peu triste, un papa qui a refait sa vie, un chat pot de colle surnommé Matou et des amies pour la vie. Du moins c’est ce qu’elle croyait… Quand Mona débarque dans la cité des Magnolias, ses amies se trouvent un nouveau leader et s’en prennent subitement à Mylène. Pire, elles semblent prendre plaisir à l’humilier et à la rabaisser sans cesse.

 

Son seul réconfort, son seul soutien, Mamadou, un « grand » de la cité à la fois craint et respecté de tous. Mamadou est prêt à l’aider, mais sans violence. Comme Martin Luther King, son idole, il croit dur comme fer au pouvoir du dialogue et de la négociation…  Il y a aussi Mathieu, rencontré chez ses grands parents à la campagne pendant les vacances. Même loin, il est là, tout près.

 

 

Et puis, un jour, ce fait divers atroce relayé dans les médias. Le suicide d’un adolescent de treize ans persécuté par d’autres collégiens. Pour Mylène, c’est un choc et une prise de conscience. Elle se doit de réagir…

 

Voilà typiquement le genre de roman que j’aurais aimé lire dans mes années collège. L’héroïne est une gamine de notre époque qui se définit elle-même comme quelqu’un de « moyen ». Mylène ne fait pas de vagues et se fond dans le décor, ne faisant rien pour se faire remarquer. Sa vie familiale est perturbée depuis le divorce de ses parents. Vivant avec sa mère dont elle perçoit la douleur, elle a bien du mal à accepter le nouveau bonheur de son père. Ses piliers pour supporter tout ça, ses amies qu’elle connaît depuis l’école primaire. Quand elles se retournent contre elle, c’est une partie de son monde qui s’écroule…

 

L’originalité de ce roman tient en grande partie à la façon dont il aborde le thème de la violence et du harcèlement à l’école. Mylène décide de réagir et de prendre les choses en main pour aider les élèves qui, comme elle, subissent des brimades au quotidien. En devenant déléguée de classe, elle propose l’idée de tester dans son collège la médiation par les pairs, permettant aux jeunes de résoudre leurs conflits entre eux, par le dialogue.

 

Ce roman ne peut que plaire aux adolescents. Chaque chapitre est construit autour de la lettre M : M comme Mathieu, comme Mamadou… mais aussi M comme Mépris, comme Menaces, comme Médiation. Prenant des allures de journal intime, on y trouve également les mails que s’échangent Mathieu et Mylène. Sans rien édulcorer, Yaël Hassan évoque des thématiques sensibles avec une grande délicatesse tout en peignant le portrait moderne et enjoué d’une ado moderne à laquelle on ne peut que s’identifier. Du tout bon !

 

 

Encore une bien jolie pépite que je partage avec mon complice Jérôme

 

 

Les avis de Canel, Hérisson, La sardine, Sophie, Thalie

 

 

Éditions Casterman (Mars 2014)

136 p.


29 commentaires

Jérôme · 24 juin 2014 à 07h25

Encore une belle découverte, une de plus. De toute façon je n’ai jamais été déçu par Yaël Hassan.

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h10

    Pareil, une valeur sûre ! Contente de l’avoir lu avec toi !

Stephie · 24 juin 2014 à 07h28

Vous avez le chic pour donner envie, vous deux 😉

keisha · 24 juin 2014 à 08h14

Si j’ai bien compris, ça peut plaire aussi aux grands grands ex ados (genre, moi, quoi)

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h11

    Ça se lit avec le sourire, presque avec nostalgie !

Anne · 24 juin 2014 à 09h21

Jamais lu Yaël Hassan, je sens la lacune… Le public visé est un peu plus jeune que mes loustics, je crois, c’est (peut-être) pour ça.

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h11

    Yaël Hassan est une auteure incontournable, je suis sûre que tu trouveras un titre d’elle à te mettre sous la dent ! 😉

Syl. · 24 juin 2014 à 12h35

J’arrive de chez Jérôme et j’ai déjà noté le roman. Il faut donc retenir ce titre et le nom de l’auteur… chose faite !

Sandrion · 24 juin 2014 à 19h43

J’ai lu pas mal de bouquins d’elle, qui est venue il y a qq années dans le collège où j’enseignais en région parisienne. J’aime bien ce qu’elle fait, et tu me donnes envie avec ce titre !

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h13

    Elle doit être super pendant les rencontres avec les élèves, ça devait être un bon moment !

manU · 24 juin 2014 à 21h18

Si le premier ne nous a pas totalement convaincu, le deuxième enfonce le clou, sacré duo ! 😉

vicim /Sophie · 24 juin 2014 à 22h52

j’ai adoré cette lecture. Comme tu le dis, un roman que j’aurais adorer lire ado !

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h14

    Je vais m’empresser de le glisser dans les mains de mes élèves !

mokamilla · 25 juin 2014 à 08h37

Une auteur que je vais découvrir cet été puisqu’elle va venir au salon du livre de ma ville.
J’ai déjà la série des Momo.

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h16

    Momo petit prince des Bleuets, mon chouchou !!!

lasardine · 25 juin 2014 à 11h03

ha oui! bon souvenir, lu aussi par ma fille, qui a beaucoup aimé 🙂

L'or rouge · 26 juin 2014 à 10h57

Forcément pour son thème, le harcèlement à l’école, je me sens attirée… A lire donc (et la couverture est délicieuse, ce qui ne gâche rien ;0)

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h20

    Et tu verras que ce thème est subtilement traité…

Cess · 26 juin 2014 à 16h56

Ca me donne très envie. Je ne pense pas être trop vieille pour être touchée !
J’aime ce genre de livres.
Toi, lis « le faire ou mourir » maintenant ! 🙂

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h21

    Oui madame ! Radicale m’a remis la pression hier déjà ! 😉

Louise · 1 juillet 2014 à 07h36

Tout me plait, donc adopté.

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h38

    Tu ne seras pas déçue tu verras, il est très réussi ce roman jeunesse !

Kidae · 1 juillet 2014 à 14h27

Bonjour, je suis arrivée sur ton blog, je ne sais plus comment… 🙂 Je le découvre petit à petit. J’aime beaucoup ce qu’écrit Yaël Hassan. Le thème du livre est très intéressant. Je prends note du titre.

    Noukette · 2 juillet 2014 à 00h43

    Bienvenue ici alors…! Je vais faire de même très vite pour découvrir ton univers ! 😉

Cécile · 17 février 2017 à 15h07

Je ne connais pas ce livre de Yaël Hassan, je note le titre! Nous avons lu en classe il y a trois ans « Sacré Hugo », nous avions adoré! Les enfants en redemandaient, même ceux qui « n’aiment pas les livres »!
Bon week-end!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *