maxDemain, Max aura huit ans. Huit ans, ce n’est pas rien. Et il ne rêve que d’une chose, que ses parents lui offrent un second poisson pour tenir compagnie à celui qu’il a reçu à l’école pour son prix d’excellence. Il s’ennuierait moins tout seul dans son bol.

 

Demain, Max aura huit ans. Il continuera de porter cette étoile jaune mais il ne sait pas bien pourquoi. Pas qu’elle ne soit pas jolie non, mais ses camarades de classe se moquent de lui, et ça, Max n’aime pas.

 

Demain Max aura huit ans. Son papa lui fera sûrement un beau dessin rien que pour lui. Il est fort en dessin son papa, c’est son métier. Il le mettra dans le cadre en pâte à sel que lui fait sa sœur Hélène en douce. Et maman fera un bon gâteau avec le beurre et le sucre qu’elle a réussi à économiser.

 

Mais demain, nous serons le 16 juillet 1942 et l’anniversaire de Max ne ressemblera en rien à ce dont il avait rêvé…

 

 

« Et quand les grands ont peur, c’est comme une couverture toute râpée par laquelle passe le jour :

ça ne protège plus de rien. »

 

 

La voix de Max s’élève, pure, candide et tellement émouvante. Elle dit toute la naïveté de l’enfance, les joies simples, les rêves et les petits espoirs. Elle dit les questions sans réponses, l’incompréhension, la peur. Et elle me hantera longtemps…

Ça fait mal et ça pique les yeux. Ça dit tout en si peu de pages. Et toujours, en tête, comme Max, ce poisson abandonné à son sort avant le départ forcé vers un avenir plus qu’incertain. Symbole des jours d’avant qui ne reviendront plus…

Magnifique. Tout est magnifique dans ce petit roman qui prend aux tripes et au cœur. A commencer par la plume de Sophie Adriansen qui se glisse dans la peau et la tête de ce petit garçon de huit ans avec une facilité déconcertante. Pas un mot de trop. Juste l’essentiel, l’horreur et l’indicible à hauteur d’enfant…

 

Un texte subtil et d’une grande intelligence à lire et à faire lire. Poignant et nécessaire…

 

 

Une nouvelle pépite jeunesse que je partage avec Jérôme et Stephie…!

 

Les avis de Charlotte, Enfantipages, George, Hélène, l’Irrégulière, Martine, Meelly, Mya Rosa

 

 

Premières phrases : « J’ai mon poisson ! Il est rouge avec un peu de jaune. Ils sont tous rouges ou argent, mais le mien est le seul qui soit tacheté de jaune. C’est ma récompense : à l’école, j’ai reçu un prix d’excellence.

Je l’ai appelé Auguste, parce que ses couleurs me rappellent celles du chapiteau du cirque, et que le clown si drôle s’y nommait Auguste. Je le rapporte dans une poche en plastique pleine d’eau. Je le tiens fièrement. Qu’il est beau ! Ces grandes vacances vont être incomparables. »

 

Au hasard des pages : « Papa et maman se souviennent comment était la vie avant la guerre. Moi pas. L’été dernier, c’était déjà la guerre. L’été d’avant aussi. Et celui d’encore avant, nous étions au bord de la mer et soudain il a fallu rentrer précipitamment à Paris.

La guerre, ça commence l’été et ça empêche de faire des châteaux de sable.

La guerre, ça empêche d’aller se baigner dans l’eau salée.

La guerre, ça remplace les vacances à la plage par les jeux dans l’impasse avec Daniel et Bernard. » (p. 15-16)

 

 

Éditions Nathan (Février 2015)

88 p.

Illustrations de Tom HAUGOMAT

 

Prix : 5,00 €

ISBN : 978-2-09-255535-4

 

pepites_jeunesse


29 commentaires

Stephie · 24 mars 2015 à 06h59

Un indispensable. Sans conteste. Quel roman réussi !!

    Noukette · 25 mars 2015 à 22h43

    On peut difficilement faire mieux ! Ravie que tu aies fait cette lecture à nos côtés !

Moka · 24 mars 2015 à 07h44

C’est toujours un défi d’aborder un tel sujet. Il semblerait que la pari soit relevé ici.

    Noukette · 25 mars 2015 à 22h44

    Sujet ô combien casse-gueule oui… et pari relevé haut la main !

Krol · 24 mars 2015 à 08h40

Je le veux, je le veux, je le veux !

Hélène · 24 mars 2015 à 09h15

Je l’ai adoré aussi !

keisha · 24 mars 2015 à 09h17

Si je le vois à la bibli…

    Noukette · 25 mars 2015 à 22h45

    … tu le prendras et tu le liras en apnée totale…

Ariane · 24 mars 2015 à 09h23

Je le note donc, mais il ne faudra pas que j’oublie la réserve de mouchoirs.

framboise · 24 mars 2015 à 11h31

rhooooo suis déjà un peu trop émue après cette semaine parisienne hein …. mais je note 😉
et je t’embrasse <3 plein plein plein

    Noukette · 25 mars 2015 à 22h47

    C’est un roman qu’il faudra faire lire à fiston…

jerome · 24 mars 2015 à 11h59

Un roman qui pique les yeux mais tout en pudeur, sans en rajouter une couche dans la dramatisation. Je crois que c’est ce que j’ai le plus apprécié.

    Noukette · 25 mars 2015 à 22h48

    Je savais que cette sobriété te toucherait, c’est aussi ce que je retiens de ce beau roman…

L'Irrégulière · 24 mars 2015 à 16h37

Je pense qu’il faudrait distribuer ce livre à tout le monde !

Philisine Cave · 24 mars 2015 à 19h25

Le prix est vraiment attractif et accessible pour un album de cette qualité, dont le contenu a l’air juste magnifique. Bises

    Noukette · 25 mars 2015 à 22h50

    C’est un roman jeunesse, pas un album… Petit prix et grand roman !

manU · 24 mars 2015 à 19h33

Très envie de le découvrir celui-ci !

She reads a book · 24 mars 2015 à 21h30

Ah oui, une lecture qui doit en effet être poignante. Bien envie de le découvrir aussi.

    Noukette · 25 mars 2015 à 22h51

    C’est un magnifique roman, intelligent et d’une grande délicatesse !

laurielit · 26 mars 2015 à 22h21

aïe, il a juste l’air de faire mal et tout en délicatesse, va me le falloir celui-là!

    Noukette · 3 avril 2015 à 22h05

    Ce titre risque fort de devenir un incontournable et ça ne serait que justice !

Max et les poissons – Sophie Adriansen – Mille et une Frasques · 24 mars 2015 à 06h54

[…] lecture que j’ai le plaisir de partager avec Jérôme et Noukette à l’occasion de leurs pépites du […]

Max et les poissons : revue de blogs | Sophielit · 5 avril 2015 à 00h07

[…] La bibliothèque de Noukette http://aliasnoukette.fr/max-et-les-poissons-sophie-adriansen/ […]

Max et les poissons de Sophie Adriansen | Le blog de Krol · 15 avril 2015 à 10h02

[…] Jérôme et Noukette en parlent aussi. C’est même grâce à eux que j’ai choisi ce titre dans le cadre de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *