Migrant – Colfer / Donkin / Rigano

Quatorze personnes entassées dans un bateau gonflable prévu pour six. Il fait nuit noire, le froid s’insinue sous les vêtements, et Ebo et son grand frère Kwame tentent de garder espoir. Ebo, lui, n’aurait pas dû être là…

 

Dix-neuf mois plus tôt, il vivait encore dans son village au Niger. Sa sœur, Sisi, était déjà partie depuis plusieurs mois tenter sa chance à Londres. Depuis, elle n’avait plus donné de ses nouvelles. Et voilà que son frère disparaissait à son tour. A 12 ans, Ebo n’avait pas tardé à prendre sa décision… Il partirait à leur recherche. Seul mais déterminé, prêt à prendre tous les risques pour un voyage dont l’issue était plus qu’incertaine…

 

Et la route sera longue… Le Sahara et ses pièges, l’inhospitalité des rues de Tripoli, la traversée à hauts risques de la mer Méditerranée à bord d’une embarcation de fortune, l’arrivée dans un centre de réfugiés en Italie… Un seul espoir guide les pas d’Ebo, retrouver les siens et démarrer enfin une nouvelle vie.

 

Un roman graphique d’une grande sensibilité pour dire l’exode et le déracinement. L’histoire tragique de tous ceux qui font le douloureux choix de l’exil pour échapper à l’arbitraire, fuir la pauvreté, la guerre, la torture ou la barbarie. Quitte à mettre son avenir entre parenthèses. Dans les yeux d’Ebo, une furieuse rage de vivre, une détermination inébranlable et l’incompréhension aussi, face à ces actes qui n’ont souvent rien d’humain…  Dans les chants d’Ebo, la promesse d’un Ailleurs meilleur, l’espoir des retrouvailles et ce réflexe de survie, chevillé au corps…

 

Si le lecteur sait plus ou moins à quoi s’attendre en suivant les pas d’Ebo, il faut reconnaitre que le procédé narratif choisi par les deux scénaristes est intelligent. Deux récits alternent et se font écho. Au « présent », la traversée de l’océan des deux frères enfin réunis, au « passé », la traversée du désert du jeune Ebo parti rejoindre Kwame. Dix-neuf mois séparent ces deux époques. Dix-neuf mois que le lecteur va revivre grâce aux souvenirs d’Ebo.

 

Pour pouvoir imaginer le destin d’Ebo, les deux auteurs se sont inspirés d’un ensemble de faits réels, de témoignages, de faits d’actualité. Un récit grave et terriblement d’actualité sublimé par le dessin et la mise en couleurs de Giovanni Rigano. Un trait doux, rond et d’une grande lisibilité qui accompagne les jeunes lecteurs de manière intelligente sans jamais édulcorer le propos.

 

Vous l’aurez compris, Migrant est un très beau roman graphique à mettre d’urgence entre toutes les mains…

Éditions Hachette Comics (Octobre 2017)

144 p.

 

Traduit de l’anglais par Pascal Bataillard

Prix : 17,95 €

ISBN : 978-2-01-290553-5

 

 

BD de la semaine saumon

D’autres bulles à découvrir chez…

 

 

           

          Saxaoul                         Nathalie                         Antigone                          Blandine

 

 

           

            Karine                             Fanny                               Moka                    Un amour de BD

 

 

           

           Mylène                             Stephie                          Blondin                               Mo’

 

 

         

            Jérôme                            Sab                                Natiora                             Hélène

 

 

            

             Laeti                            Khadie                           Azi Lis                            Sandrine

 

 

    

            Faelys                            Sabine

28 commentaires sur “Migrant – Colfer / Donkin / Rigano

  1. Merci pour la découverte. Ca me tente bien si je mets la main dessus. Illustrer sur des pages le concret dont on n’apprend souvent que des bribes ou la fin à la radio est une action nécessaire. J’espère que l’album marchera bien.

  2. Pareil que Jérôme, j’aime beaucoup l’auteur, et ça suffisait déjà pour me convaincre. Ton billet est très contagieux aussi. Mais en plus le sujet me semble important (on va travailler avec mes zélèves sur la thématique réfugiés et migrants du point de vue du déracinement et du français comme langue étrangère). pour tout ça je note, en rouge !!

  3. Oui je l’ai lu ! il fait partie d’une sélection de 7 BD et romans pour un prix inter établissements par chez moi, 3e/ Seconde. Mes élèves de seconde ont bcp aimé. A mon avis, en 4e on peut le lire. Mon fils de 11 ans l’a lu et aimé aussi 🙂

  4. je vais la distribuer autour de moi alors… des migrants sont arrivés dans mon village et, j’ose à peine l’écrire, certains habitants parlent d’installer des clôtures électrifiées autour de leur maison!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *