Paco les mains rouges T1 : La Grande Terre – Vehlmann / Sagot

Les survivants

 

Nous sommes au début des années 30. Patrick Commasson, jeune instituteur, embarque sur un bateau, direction le bagne de Saint-Laurent en Guyane où il devra purger une peine à perpétuité. De son crime on ne saura rien, si ce n’est qu’il est moins « flamboyant » que ceux que l’on retrouve à la une des journaux.

 

D’ailleurs Patrick lui n’est pas un caïd, loin de là. Et là-bas, il faudra se faire respecter, pour éviter d’être traité comme une bonniche ou pire de devenir « une môme »… Durant la traversée, il se rapproche d’Armand, dit La Bouzille. Il lui doit son tatouage dans le dos représentant une faucheuse. Il lui doit aussi probablement sa survie…

 

A l’arrivée, difficile de croire que ce « paradis » est une prison où l’espérance de vie ne dépasse pas les cinq ans. Et pourtant… Coups, bizutage en règle, viol… là voilà la réalité. Mais Patrick refuse d’être une victime. En égorgeant en plein jour l’un de ses agresseurs, il se fera un nom, « Paco les mains rouges », et se forgera une réputation.

Employé comme garçon de famille par un surveillant pénitentiaire, le quotidien de Paco est quelque peu adouci, notamment grâce à la présence de la petite Célestine. Trempant dans plusieurs combines lui permettant d’assurer ses arrières et peut-être son avenir, Paco survit… et recroise Armand…

 

J’ai donc lu une histoire de bagnards et j’ai adoré ça. Étonnant. Totalement le genre d’histoire qui m’aurait fait fuir il y a encore peu de temps. La prison, la violence, les tatoués, des histoires de mecs non…? Autant dire que je suis la première surprise. Paco les mains rouges n’est pas qu’une histoire de bagnards, loin de là. Bien sûr, l’album aborde les conditions de détention des bagnards, la hiérarchie entre détenus, les violences, les humiliations, la nécessaire survie. Mais c’est Paco lui-même qui raconte son expérience, en s’adressant à une mystérieuse jeune femme à qui il semble ne rien cacher. Le récit prend alors une toute autre dimension, plus humaine, plus intime, moins documentaire, pudique même… 

Et pourtant il y est question d’amour. Une histoire d’amour inattendue, inexplicable, presque brutale, sans être dénuée de tendresse. Les prémisses d’une histoire qui devrait prendre de l’ampleur dans le second et dernier tome de ce diptyque…

 

Concernant le dessin, je dois avouer que j’étais plus que dubitative en entamant ma lecture. Je ne suis généralement pas fan de ce genre de dessin minimaliste qui ne me procure que très peu d’émotions. Mes réticences se sont pourtant vite envolées. Ça colle. Ça colle même très bien. Une sobriété nécessaire, un dégradé de couleurs sépias, un contraste assez saisissant finalement avec la rudesse du propos. Redoutable…

 

En refermant le premier volet de ce diptyque, je n’ai qu’une hâte : découvrir la suite de l’histoire de Paco au plus vite !

 

Une lecture que j’ai le plaisir de partager avec ma copine Stephie, dans le cadre de l’opération « La BD fait son festival » organisée par Priceminister, merci à eux !

 

Priceminister BD

 

Les avis de Belzaran, Choco, Jérôme, Mo’, Yvan. Celui de La sardine qui publie son billet aujourd’hui.

 

1520-3

1520-4

1520-5

© Vehlmann / Sagot / Dargaud

 

 

Éditions Dargaud (Septembre 2013)

56 p.

 

C’était ma logo BD Mango rouge !

Chez Mango et chez les autres…!

 

 

topbd_2013.jpg

 

by Yaneck

18/20

 

13 commentaires sur “Paco les mains rouges T1 : La Grande Terre – Vehlmann / Sagot

  1. oh! les grands esprits! je parle aussi de ce titre aujourd’hui!
    comme toi, il me tarde de connaître la suite de son histoire!
    j’ai aussi aimé le contraste entre la naïveté du dessin et ses couleurs douces, et la violence du propos… c’était plus que nécessaire, je crois!
    je vais rajouter vos liens à Stephie et toi!

  2. Vous avez aimé Stephie et toi, je suis content; Graphiquement c’est un peu déstabilisant mais quelle belle histoire ! J’espère qu’on lira la suite ensemble du coup 😉

    • Je suis la preuve qu’il ne faut pas se laisser déstabiliser par le dessin. L’ensemble est très cohérent et l’histoire vaut vraiment le détour.

  3. Le thème me plaît beaucoup, celui du bagne de Cayenne, de grands livres et de beaux films (fictions et reportages) ont été faits dessus, et en plus le dessin me semble plutôt attirant, je suis partant, il faut que je le trouve à la bibliothèque

    • Effectivement, cette BD a vraiment tout pour te plaire. Et comme c’est un diptyque dont le dernier tome devrait sortir bientôt, aucune frustration en vue !

  4. J’ai lu un livre sur le bagne de Cayenne. C’était l’horreur – une vie très dure. Je n’aurais pas associé d’emblée de tels dessins si ronds et si placides à première vue avec tant de crimes et de violence mais si tu dis que ça passe bien, je note aussi et attendrai la sortie du second tome pour tout lire ensemble de cette histoire.

    • J’avais les mêmes réticences que toi au départ, elles se sont finalement vite envolées… Tu ne devrais pas avoir trop de temps à attendre avant le dernier tome, et ça c’est plutôt une bonne nouvelle ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *