Par bonheur, le lait – Neil Gaiman / Boulet

bonheur-gaiman-boulet-couverture

 

« Il n’y avait que du jus d’orange dans le frigo. Rien d’autre qu’on puisse verser sur des céréales, à moins que vous n’aimiez verser du ketchup, de la mayonnaise ou du jus de cornichons sur vos CrocMiams, ce qui n’est pas mon cas, ni celui de ma petite sœur, et pourtant, elle a mangé des trucs sacrément bizarres en son temps, des champignons au chocolat par exemple. 

 

« Pas de lait, a commenté ma sœur.

 

– Non », ai-je dit en regardant dans le frigo, derrière la confiture, au cas où.

« Rien du tout. »

 

En l’absence de wonder-maman partie donner une conférence sur les lézards, papa lève les yeux de son journal et décide de prendre les choses en main. Un petit tour à l’épicerie et les enfants auront leurs céréales du matin baignant dans du lait. Bizarrement, la petite course s’éternise et papa ne revient pas, obligeant les enfants résignés à se rabattre sur le jus d’orange. Ils sont loin de s’imaginer que là, dehors, au coin de la rue Marshall et de l’allée Fletcher, leur père est en train de vivre une aventure absolument abracadabrantesque pour tenter de leur ramener leur sacro-sainte bouteille de lait…

 

Un disque argenté qui flotte dans les airs, des extraterrestres verts et gloubonneux voulant acheter la planète pour la redécorer (en installant des flamants roses en plastique à la place des arbres inutiles et en remplaçant les nuages par des bougies parfumées…), des pirates sanguinaires, des piranhas d’eau de mer, un stégosaure se baladant dans un ballon à air chaud, un dieu volcan particulièrement énervé, des poneys à la crinière pailletée, des « wompires » un brin effrayants et affamés, des dinosaures en uniformes traquant les fautes de goût… et, par bonheur, le lait, toujours intact à l’arrivée !

 

Quelle épopée ! Amis de la vraisemblance, passez votre chemin. Les autres (de 7 à 107 ans…!) se régaleront de l’imagination débordante de Neil Gaiman visiblement atteint du syndrome de Peter Pan. Cerise sur le bon gros gâteau au chocolat, les illustrations complètement barrées de Boulet sont jubilatoires. Loufoque, délirant, joyeux et vraiment drôle, ce roman survitaminé est un véritable concentré de bonne humeur ! Pas étonnant qu’il soit déjà en cours d’adaptation cinématographique avec Johnny Deep dans le rôle phare, voilà qui promet !

 

 

Les avis d’Antigone et Faelys

 

gaiman

 

Éditions Au diable Vauvert (Novembre 2015)

130 p.

 

Prix : 12,50 €

ISBN : 978-2-84626-968-1

8 commentaires sur “Par bonheur, le lait – Neil Gaiman / Boulet

  1. Oooh ! Un nouveau Neil Gaiman, avec Boulet aux illustrations, c’est déjà tentant, mais imagination débordante, délire, barré, je sens que c’est pour moi ! Plus adaptation cinématographique en cours, Johnny Depp… Ouais, je le sens bien !

  2. « Loufoque, délirant, joyeux et vraiment drôle », je le veux! En plus s’il est un concentré de bonne humeur! ^^
    Ça m’a mis le sourire de te lire, super billet!
    Je vois bien Johnny Deep là-dedans. À suivre… 😀
    Bon weekend Noukette

  3. je suis en train de lire son plaidoyer pour les bibliothèques et je suis ravie de découvrir cet auteur je ne suis pas surprise de sa liberté de son imaginaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *