Petites lectures en pagaille (1)

Aujourd’hui, trois petites lectures jeunesse qui m’ont fait passer un très bon moment ! Destinés aux plus jeunes ou aux lecteurs les plus frileux, voici trois romans courts qui se dégustent et se savourent, des petites lectures en pagaille à mettre entre toutes les mains !

 

Tu veux être ma copineLe moins que l’on puisse dire, c’est que la petite Edwige n’apprécie pas du tout d’avoir déménagé ! Cette maison isolée en pleine campagne a beau ravir ses parents, elle regrette d’avoir quitté Paris et toutes ses copines. C’est avec « une meute de sauterelles dans le ventre, des serpents dans le sang et des grenouilles dans la tête » qu’Edwige fait sa rentrée dans sa nouvelle école. Personne ne s’intéresse à elle, personne ne lui adresse la parole, et elle, de son côté, n’ose aborder personne. C’est insupportable…. Mais Edwige ne se laisse pas abattre si facilement ! Ses parents lui ayant parlé de leur entretien d’embauche, elle décide de mettre au point un questionnaire pour recruter de nouveaux amis, c’est qu’il ne faudrait pas se tromper ou être déçue ! Motivée comme jamais, elle installe deux confortables cousins dans un coin de la cour de récréation et se métamorphose en directrice des ressources humaines ! En vingt questions aussi drôles que sincères, Edwige part à la recherche de l’amie idéale…

Un petit texte très drôle mais aussi très tendre et très juste sur l’amitié et la solitude. Susie Morgenstern cerne à merveille les peurs des plus jeunes dans un récit court et émouvant. En prime, les très jolies illustrations de Claude K. Dubois.

 

Tu veux être ma copine ?, Susie Morgenstern

Mouche de l’École des Loisirs (mars 2010) 67 p.

 

Cauchemar pianisteDans la famille de Groguimar, on est cauchemar de père en fils. Groguimar appartient à la lignée des cauchemars Epouvantabilibus, les plus terrifiants, et même s’il ressemble à n’importe quel petit garçon, il sait qu’à 7 ans il devra commencer à exercer son « métier » de cauchemar et hanter le sommeil des humains. Mais voilà, Groguimar n’a aucune envie de se glisser tous les soirs dans la tête des enfants pour les effrayer. Alors que sa grande soeur Tamar excelle et arrive à faire pleurer n’importe qui, Groguimar lui se demande qui sont ces gens à qui il va devoir faire peur. Il s’échappe de chez lui pour explorer le monde des humains et rencontre la petite Elodie. Sa mère l’oblige à étudier le piano car dans sa famille on est pianiste de père en fils et de mère en fille… Groguimar est sous le charme de la musique, c’est la révélation : il sera pianiste !

Très chouette petit roman qui se lit avec le sourire. Le personnage de Groguimar est attachant et a un rêve, ce qui est quand même un comble pour un cauchemar ! Elodie déteste le piano et refuse d’apprendre à Groguimar à en jouer… Il décide alors de se venger mais tout ne se passera pas comme prévu bien sûr, pour le plus grand plaisir du lecteur !

 

 Le cauchemar qui voulait devenir pianiste, Nathalie Kuperman

Mouche de L’École des Loisirs (mars 2007) 68 p.

 

 

Koala-dans-la-tete.jpgCharlotte l’avoue : elle n’aime pas le collège, s’ennuie et n’y a pas d’amis. Son seul but est de devenir invisible, alors elle fait le caillou, yeux mi-clos, dos arrondi pour avoir l’impression d’être ailleurs. Le problème, c’est que les professeurs ne l’entendent pas de cette oreille, de même que le CPE, monsieur Leonetti chez qui elle finit souvent les cours… Charlotte ne voit pas à quoi lui sert tout ce qu’on lui apprend, surtout depuis qu’elle est tombée par hasard dans les affaires de son père sur cette photo représentant un homme jeune et souriant fumant la pipe avec un koala sur la tête. Une simple photo qui bouleverse la vie de Charlotte qui se découvre un grand-père mystérieusement disparu dans les eaux du Pacifique. A partir de ce jour, Charlotte se passionne pour l’Australie, la vie des aborigènes, les koalas, elle se documente sur les « chemins du rêve », ces dessins en pointillés sur la terre rouge formant de magnifiques arabesques et autres symboles. Quand madame Ségur, son professeur de géographie, lui impose de préparer un exposé sur le sujet de son choix, elle choisit naturellement de parler de ces fameux chemins de rêves et des aborigènes d’Australie, elle qu’on traite de rêveuse…

Très beau roman fait voyager ! Charlotte est une jeune fille sans cesse partie dans ses rêves, intelligente, sensible, passionnée, elle s’évade par le dessin et les livres. Elle vit une relation forte avec son père qu’elle voit une semaine sur deux, cette complicité s’accentue d’ailleurs avec le récit fait par le père de l’histoire d’Antoine, ce grand-père dont Charlotte ignorait l’existence. Un roman optimiste très documenté qui se lit d’une traite !

 

Un koala dans la tête, Elise Fontenaille

DacODac, éditions du Rouergue (août 2009), 44 p.

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-petites-lectures-en-pagaille-1-61213817.html

6 commentaires sur “Petites lectures en pagaille (1)

    • Les élèves s’arrachent les deux premiers, les « petits lecteurs » sont attirés par les couvertures en plus ! Le 3e est mon préféré…, mais pas celui des élèves, la faute à la couverture peut-être ? Pourtant, il est vraiment très réussi !

    • Le cauchemar…, c’est extra ! Sans compter les illustrations à l’intérieur ! Le Morgenstern est très chouette aussi ! Et le dernier c’est mon chouchou ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *