Quand le cirque est venu – Wilfrid Lupano / Stéphane Fert

Petit, borné, hargneux et capricieux (toute ressemblance avec un personnage réel existant ou ayant existé serait évidemment fortuite) le général George Poutche mène la ville à la baguette. Le général aime l’ordre, que tout soit carré, bien rangé, que rien ne dépasse du cadre ou ne déborde des lignes qu’il aura lui-même préalablement fixées. Alors l’ordre règne. Et le général veille. Ses sbires aux bottes rutilantes patrouillent fièrement, arborant à la poitrine une kyrielle de médailles. Et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

 

 

Le général George Poutche aime l’ordre. Et ce qu’il n’aime pas, mais pas du tout, c’est tout ce qui peut mettre en danger cet ordre. Un cirque par exemple. Un cirque coloré, joyeux, une horde d’artistes bizarroïdes et autres guignols qui débarquent en ville pour y donner un spectacle. Aïe, voilà qui ne plait pas du tout au général…

 

« Le général Poutche n’aime pas trop ça, le cirque. De manière générale, le général Poutche n’aime pas bien tous ces saltimbanques qui habitent dans des maisons qui roulent, qui s’habillent rigolo, qui bougent tout le temps, dans tous les sens. Et qu’on ne peut pas contrôler. »

 

Mais depuis que le général Poutche est devenu Président pour toujours, ouf, finis le bazar et les discussions interminables pour se mettre d’accord. Le général décide, le peuple obtempère. Point. Et c’est très bien comme ça. Le ministre du divertissement suggère tout de même à son général de faire une exception : le peuple n’est pas à la fête et aurait bien besoin de rigoler un peu pour oublier ses soucis. C’est bien connu, quand le peuple est heureux, le peuple est plus enclin à courber l’échine et à avancer droit. En ordre. Qu’à cela ne tienne, le cirque donnera donc son spectacle. A condition qu’il ne dépasse pas les limites…

 

Le conte pour enfants vu par Wilfrid Lupano, forcément, ça dépote ! L’air de rien, le scénariste plante des petites graines de réflexion et de rébellion dans les petites têtes bien pleines de nos tous petits en brossant le portrait d’un général prêt à tout pour brider les instincts libertaires de ses sujets. Car qui dit liberté dit désordre. Et le désordre, le général n’aime pas ça. Mais si la révolution venait du rire…?

Aux crayons, l’audacieux Stéphane Fert s’en donne à cœur joie. Avalanche de couleurs face au gris terne du pouvoir, il croque des personnages caricaturaux et hauts en couleurs qu’on adore détester. Le duo fonctionne à merveille et offre un nouveau petit bijou à la très belle collection Les enfants gâtés qui décidément n’en finit pas de ravir petits et grands ! Chapeau les artistes !

 

Éditions Delcourt (Mai 2017)

Collection Les enfants gâtés

24 p.

 

Prix : 14,50 €

ISBN : 978-2-7560-9421-2

 

BD de la semaine saumon

Chez Mo’

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

14 commentaires sur “Quand le cirque est venu – Wilfrid Lupano / Stéphane Fert

  1. Très bien cet album ! Comme toi, on l’a vraiment apprécié. Et puis, Lupano a su parler d’un sujet sérieux sans prendre les enfants pour des andouilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *