Que du bonheur ! – Rachel Corenblit

bonheur

« Lectrice, lecteur, ceci est un chapitre d’introduction. Un chapitre qui sert d’introduction doit présenter la situation d’une façon claire et précise. Camper le décor, donner un aperçu des personnages principaux. C’est moi, le personnage principal de cette histoire ! Angela Milhat, presque quinze ans, les cheveux presque bruns, les yeux presque verts, les dents presque droites. Et dans mon cas, ce n’est vraiment pas compliqué. C’est même très simple : ma vie est comme une bouse de vache qui sèche en plein soleil : plate, puante et inutile… »

 

J’ai aimé Angela dès qu’elle a « ouvert la bouche » ! Typiquement le genre d’héroïne qu’on a envie d’accompagner encore un peu après la dernière page tournée. Une ado sarcastique, à la fois bourrée de mauvaise foi et pétrie d’autodérision, capable de se lamenter sur son sort et de se botter les fesses pour sortir la tête de l’eau. Une gamine attachante, brute de décoffrage, dotée d’un sens de l’humour à l’épreuve des balles qui se livre totalement dans un journal intime hilarant qui m’a valu des sacrés fous rires…! Et bon sang que ça fait du bien !

 

« J’ai beau regarder du côté blanc de la vie, tout s’écroule autour de moi. C’est la fin de mon monde, mon apocalypse personnelle. »

 

La poisse. La scoumoune. Le mauvais karma absolu… Aucune autre explication plausible à cette année absolument pourrie qu’Angela vient de traverser à la rame. Un enchaînement de galères… Quinze kilos pris en six mois à force de vider le frigidaire pour calmer ses angoisses. Une chute humiliante le jour de la rentrée devant les belles gosses du lycée qui lui vaudra un nez cassé et une réputation de boulet. Des parents qui ne trouvent rien de mieux à faire que de divorcer. La mort de son chat. La trahison de sa meilleure-amie-pour-la-vie-voleuse-d’amoureux. Un redoublement. Et, cerise sur le gâteau, des vacances chez un papi mutique au fin fond de l’Ariège dans le merveilleux village de Mounicou (« six habitants, trente biquettes, cent vingt mouches ») avant de partager une tente minuscule avec sa mère au camping de Palavas-les-Flots (« un camp avec une piscine pour faire croire à un espace de liberté »)… Que du bonheur !

 

Un vrai régal ! Ce petit roman est un bonbon, un vrai concentré de bonne humeur ! Impossible de ne pas tomber sous le charme d’Angela, drôle bien malgré elle. Son journal intime est à son image, plein de pep’s et d’une incroyable vivacité (mention spéciale aux divers collages, photos et autres dessins hilarants qui l’illustrent..!) La jeune fille s’y livre sans barrières, et même si dans la vraie vie « les répliques les plus percutantes (lui) viennent toujours un siècle après », son journal est lui truffé de phrases qui claquent.

Alors oui, on compatit, et comme elle on espère « une accalmie au niveau de l’enchaînement des catastrophes »… mais qu’est-ce qu’on se marre ! Et puis elle va finir par le voir le fameux côté blanc de la vie Angela. Elle va y avoir droit à sa dose de bonheur, à ces petits riens qui gonflent un peu le cœur et chassent les nuages… Et on s’en réjouit…!

 

Une pépite jubilatoire que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi ou presque.

 

« Du bonheur. Un petit peu. Juste un petit peu. Un petit peu de bonheur, quand on ne connaît que le ciel gris des humeurs maussades, c’est énorme. Les petits riens rendent heureux. Il suffit de les accumuler. Plusieurs petits bonheurs font un bonheur immense. »

 

Les avis de Cathulu, Clarabel

Du même auteur sur le blog : 146298

 

 

Éditions du Rouergue (Mai 2016)

Collection doAdo

128 p.

 

Prix : 10,20 €

ISBN : 978-2-8126-1056-1

 

pepites_jeunesse

12 commentaires sur “Que du bonheur ! – Rachel Corenblit

  1. Oh ce roman me parle énormément !
    Je pense sa lecture me plaira, je me le note dans un petit coin !
    Merci de la découverte en tout cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *