Silhouette – Jean-Claude Mourlevat

Silhouette.jpgRetrouver la plume de Mourlevat est toujours un moment à part… Comme l’impression de retrouver un vieux copain de lycée qu’on connaît bien, mais avec toujours au fond de soi cette angoisse qu’on pourrait ne pas le retrouver…

 

Mais la magie opère, dès les premières lignes, et l’auteur se fait orfèvre. Dix nouvelles brillantes et incisives, amères et grinçantes. Dix nouvelles qui ne se contentent pas de bousculer ou d’égratigner leurs personnages… Dix nouvelles où l’humour et l’émotion ne sont pourtant jamais totalement absents…

 

L’auteur s’amuse, allant jusqu’à se mettre lui-même en scène dans la nouvelle qui clôt le recueil… Jolie mise en abime, habile clin d’oeil…

 

On dit ces nouvelles cruelles. Effectivement, elles ne finissent pas très bien, elles finissent même mal, voire très mal… Mais elles font du bien, paradoxalement, même si elles soulignent le côté aigre-doux de la vie, même si la vie, vue sous cet angle, paraît absurde et vaine…

 

Et puis ces nouvelles sont surtout magnifiquement bien écrites. Bon, pour ne rien vous cacher, le contraire m’aurait étonné… mais quelle agréable surprise de découvrir que l’auteur est aussi à l’aise dans l’exercice difficile de la nouvelle que dans l’écriture de bons gros romans…!

 

Un seul petit bémol, qui est plus une remarque d’ailleurs… Il est dommage d’avoir publié ce recueil dans une collection (si chouette soit-elle…) ciblant un public adolescent. Pas sûr qu’ils apprécient autant que le lecteur adulte ces nouvelles amères… Dommage aussi de se priver d’un lectorat plus large, ces nouvelles sont des petites pépites à faire lire au plus grand nombre ! J’aime Mourlevat, qu’on se le dise !

 

Les avis de Leiloona, Moka, Lael, Fantasia, Théoma, Didi, Gaëlle, Bladelor, Bauchette, Krol, Philippe

Le site de l’auteur

 

Au hasard des pages : « Est-ce qu’on peut lire des centaines de romans sans succomber un jour à la tentation d’en écrire un soi-même ? Il semble que oui : des millions de gens s’en accommodent très bien. Moi non. Le lecteur ordinaire que j’étais s’est doublé peu à peu d’un jaloux. « Ce que je lis là, est-ce que je serais capable de l’écrire ? » me demandais-je ? Je me répondais en secret : « Oui. » (p. 205)

 

Editions Gallimard Jeunesse (Janvier 2013)

Collection Scripto

224 p.

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-silhouette-jean-claude-mourlevat-116761333.html

23 commentaires sur “Silhouette – Jean-Claude Mourlevat

    • Oh… Quelle chance tu as d’avoir tout à découvrir ! Je te conseille de foncer sur Le chagrin du roi mort et Le combat d’hiver, tous deux sortis en poche, de vrais pépites !!

    • En roman jeunesse pour les plus jeunes fonce sur La rivière à l’envers, une vraie pépite, tu m’en diras des nouvelles !

    • Tu vas adorer Le combat d’hiver !! Après ça, il ne te reste plus qu’à enchaîner avec Le chagrin du roi mort… Peut-être mon préféré !

    • Grande classe oui…

      J’sais pas si je vais jouer avec toi tu sais, je suis une bien piètre photographe…. Tu m’en veux pas dis…?

    • Je trouve qu’il se débrouille très bien avec le format « nouvelles »…! Mais c’est vrai qu’il fait bon le découvrir dans un bon gros roman truffé de personnages…!

    • Tu ne connais pas Mourlevat ? Rhoooooooooo ! Tu dois absolument lire Le combat d’hiver et Le chagrin du roi mort, tous deux sortis en poche… Aucune excuse !

    • Je trouve aussi… Il faudrait les rééditer dans une autre collection, ces nouvelles méritent d’être lues par le plus grand nombre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *