Verte – Marie Desplechin / Magali Le Huche

Verte

 

Prénom : Verte

 

Age : 11 ans

 

Centre d’intérêt numéro Un : Soufi…

 

Rêve : être normale, tomber amoureuse et se marier un jour

 

Le hic… : Verte est l’héritière d’une longue, très longue lignée de sorcières…

 

 

« Rien n’est plus fatigant qu’une mère. »

 

 

Rien n’est vraiment simple dans la vie de Verte. A commencer par le prénom idiot dont a cru bon de l’affubler sa mère à sa naissance… Mais ce n’est pas le pire. Elle s’est aussi mis en tête que sa fille serait une sorcière, comme toutes les femmes de la famille depuis des générations. Et Ursule n’en démords pas, d’ailleurs, qu’elle le veuille ou non, Verte sera une sorcière, même si ses pouvoirs semblent encore curieusement en sommeil. Et à son âge, il serait plus que temps qu’elle les réveille, ou du moins qu’elle montre un tant soit peu d’intérêt pour la sorcellerie. Et vu que Verte ne semble pas vouloir suivre les pas de sa mère, elle ira prendre des cours chez sa grand-mère tous les mercredis. Verte et Anastabotte s’entendent à merveille, avec un peu de chance, cette dernière arrivera à lui transmettre ses talents pour la sorcellerie…

 

Et Verte dans tout ça…? L’adolescente a beau adorer sa grand-mère, ces cours de sorcellerie ne lui disent rien qu’y vaille. L’atelier d’Anastabotte est rempli de choses immondes et gluantes, de mandragores en conserve, de chauve-souris éventrées et autres joyeusetés qui mijotent, grouillent, suintent et empestent. Pas follement engageant. Verte ne veut qu’une chose : être normale, tenir la main de Soufi dans la sienne et savoir qui est son père… Et surtout pas, non surtout pas ressembler à sa mère.

 

« Je ne veux pas de nez pointu, pas d’yeux de chat, pas d’attirail ridicule, pas de pouvoirs encombrants. Je veux seulement rester moi-même. »

 

Un régal que cette adaptation du roman de Marie Desplechin qui ne prend pas une ride ! Très fidèle au roman devenu un grand classique de la littérature jeunesse, seule la narration à quatre voix a dû être abandonnée pour coller au format BD. Les personnages, eux, sont toujours aussi savoureux et les dialogues toujours aussi drôles. Et quel bonheur de voir s’incarner Verte, Ursule, Anastabotte et Soufi sous les pinceaux de Magali Le Huche ! Elle y met son humour, son impertinence et un brin de magie qui rendent toute cette tribu furieusement attachante. A tel point qu’on les quitte à regret une fois la dernière page tournée. Il n’y a plus qu’à espérer que les deux auteures se lancent dans l’adaptation des deux autres volets de la trilogie, Pome et Mauve…!

 

Les avis de Antigone, Bouma, Clarabel, Livresse, Mylène, Sabine, Soukee, Un amour de BD

 [slideshow]

Éditions Rue de Sèvres (Mars 2017)

72 p.

 

Prix : 14,00 €

ISBN : 978-2-36981-195-4

 

 

BD de la semaine saumon

… chez Moka

20 commentaires sur “Verte – Marie Desplechin / Magali Le Huche

  1. Trop trop fan de Magali Le Huche. Je suis preneuse, toujours avec elle.
    En passant, un immense merci pour la pépite reçu. J’en ai parlé sur IG et sur mon blogue, au cas où tu ne l’avais pas vu. Merci encore!

  2. Je l’ai commandé pour mes trolls et je devrais le recevoir bientôt. J’aime bien le trait de Magali Le Huche alors la BD devrait me plaire.

    • Ah non. Pour une fois je n’y suis pour rien (la première à nous avoir tenté, c’est Mylène ! je dénonce 😛 ).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *