VibrationsClara ne quitte jamais son portable, sans cesse dans l’attente de ces vibrations qui annoncent un nouveau message du beau Sylvain. L’énigmatique Sylvain, qui maintient une distance en public mais lui déclare sa flamme par textos. Qu’importe, Clara se fait belle tous les matins dans l’espoir de le retrouver à la grille du lycée, dans l’espoir, aussi, qu’il lui susurre enfin tous ces mots doux à l’oreille. Et ce, malgré les mises en garde d’Hakim son ami d’enfance…

 

Un jour, Clara repart avec le portable de Sylvain en pensant que c’est le sien. Et décide de profiter du peu de temps qu’elle a devant elle avant de le restituer à son propriétaire pour l’explorer de fond en comble… Au départ, tout à l’air normal, Sylvain a l’air « clean » et ne semble pas fricoter avec une autre derrière son dos. Aucune inquiétude à avoir. Jusqu’à ce qu’elle tombe sur une vidéo… Une vidéo atroce mettant en scène son meilleur ami Hakim…

 

Je découvre la collection Ego chez Talents Hauts avec ce titre. Une collection de romans pour ados qui aborde des sujets graves dans un style très moderne dans lequel les jeunes ne pourront que se reconnaître. « Des romans pour réfléchir, comprendre, s’émouvoir, se libérer. » De ce point de vue, c’est effectivement réussi. L’auteure aborde sans faux semblants les thèmes du harcèlement et du racisme dans un roman très court qui risque fort de marquer l’esprit des jeunes lecteurs.

Le style est très direct, très parlé, très ado. Un style qui m’a au départ un peu hérissée je dois dire, mais il est vrai que je ne suis pas le public visé. Il m’a en tous cas trompée sur la marchandise. Si je m’attendais à une gentille petite histoire d’amour contrariée, à la sauce ado, langage SMS et rébellion compris, j’étais quand même assez loin du compte. Il y a de ça oui, mais ce n’est que le haut de l’iceberg. Les sujets abordés sont douloureux mais malheureusement très actuels. Le racisme, la violence, le harcèlement. Du déjà-vu dans la littérature jeunesse oui, et parfois d’ailleurs de façon bien plus percutante. Vibrations reste un bon petit roman sur le sujet qui fera nécessairement cogiter…

 

 

Une découverte jeunesse que je partage avec Jérôme comme (presque…) chaque mardi.

 

 

Premières phrases : « J’ai dormi avec lui. Ma mère me bassine pour que j’active le mode avion quand je me couche, mais je le fais jamais. Le réseau, c’est pas pour les chiens, même la nuit. Sous mes draps, je l’ai gardé dans ma main pour le sentir vibrer. Et mon cœur qui bat à chaque vibration, mon sang qui chauffe et bout et mon corps qui vibre à l’unisson de mon portable chéri. Je me réveille avec lui.

Trois nouveaux messages, pas grand chose mais trois pépites d’amour pour commencer la journée. »

 

Au hasard des pages : « La voix de Sylvain qui sature, Sylvain qui gueule :

« Tout le monde est prêt, on peut commencer les mecs ? »

Je croyais qu’ils se fréquentaient pas tous les deux, Hakim m’avait pas dit qu’il se tapait des délires avec Sylvain. Voilà ce que je pensais au début quand je vois la tête de mon pote sur l’écran.

Comme j’ai tort…

Comme j’ai tort de ne pas voir tout de suite qu’Hakim va en baver. Que dans ses yeux il y a la peur. » (p. 35)

 

 

Éditions Talents Hauts (Septembre 2014)

Collection Ego

90 p.

 

Prix : 7,00 €

ISBN : 978-2-36266-113-6 

 

 

challengerl2014

 Challenge 4% Rentrée littéraire réussi

chez Hérisson !

24/24

 

En route pour les 5% !


10 commentaires

luocine · 11 novembre 2014 à 07h07

Je me demande si les ados peuvent se protéger de la violence avec ce genre de romans.

    Noukette · 13 novembre 2014 à 21h20

    Se protéger peut-être pas… Mais en prendre conscience, en entendre parler « différemment ». Ce qui n’est déjà pas si mal. Ce genre de roman peut aussi permettre d’ouvrir le débat.

cristie · 11 novembre 2014 à 08h41

Un roman qui peut avoir son utilité auprès des jeunes !

jerome · 11 novembre 2014 à 09h02

Pas vraiment une pépite que l’on a déniché là mais ce roman a du sens et s’il peut faire réfléchir le public auquel il s’adresse, tant mieux !

    Noukette · 13 novembre 2014 à 21h22

    Je pense qu’il trouvera effectivement son public auprès de mes collégiens, je verrai bien s’ils m’en parlent…

Louise · 11 novembre 2014 à 10h23

Je le retiens, ce n’est peut-être pas de la grande littérature mais déjà si ça parle aux ados et qu’il en reste quelque chose.Je me pose la même question que luocine.

    Noukette · 13 novembre 2014 à 21h23

    Je pense que ce genre de roman, très moderne, au langage très « djeuns » peut effectivement leur parler… Et je pense qu’il en restera quelque chose.

Stephie · 11 novembre 2014 à 11h57

Je le note dans ma Noukette’s list alors 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *