Il est malin cet Olivier Pont. Il vous prend par la main, vous entraîne sans vous dire où il vous emmène, vous fait prendre quelques chemins de traverse, bifurque. Peu importe la route choisie, elle a tout de la parenthèse enchantée.

C’est un peu comme ces rêves qui vous hantent encore un peu au réveil. Ceux dont il ne vous reste que quelques bribes, éparses, désordonnées, volatiles. Ceux où vous vous révélez prince, geisha, toréador, contorsionniste, sauveur du monde. C’est hautement improbable, follement inattendu, foutraque et réjouissant.

Et c’est un peu comme cet album là finalement. Un peu comme ce que vit Thibault l’espace d’une seule nuit. Ça arrive sans crier gare, ça prend par surprise, ça bouscule… et ça finit par prendre sens.

Vous n’avez rien compris ? Vous êtes un peu comme Thibault finalement. Vous vous réveillez un matin, vous prenez le métro, vous croisez le regard d’une belle blonde qui vous fait monter le rose aux joues, vous renversez le sac d’une autre femme… et tout s’enchaîne. Des escaliers à monter, une vieille dame et ses chats, des flics, des gangsters, un épouvantail monte en l’air, un somnambule, un étrange marabout, une balade nocturne sur les toits de Paris… et quand est-ce qu’on se couche ??

L’art de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Et Thibault vit la nuit la plus longue de sa vie. Entrainé dans le rythme fou de cette cavalcade effrénée dans les rues de Paris, le lecteur se délecte de cet enchainement de hasards qui ballotent notre pauvre héros de rencontre en rencontre. Il s’est amusé Olivier Pont. Il a suivi le fil de ses pensées, sans réflexion préalable, sans plan. Il a écouté cette petite voix, suivi cette petite ritournelle lancinante qui tournait en boucle dans sa tête… et bon sang il a bien fait !

Il a un sacré pouvoir cet album là. Il vous donne envie de le relire illico une fois la dernière page tournée. Un filou cet Olivier Pont. Il m’avait enchanté avec Là où le regard ne porte pas (relu chaque année avec à chaque fois autant de plaisir) et bluffé avec DesSeins. Avec Bouts d’ficelles, il s’offre une belle récréation, une improvisation culottée et originale avec une galerie de personnages tous plus surprenants les uns que les autres. Et son trait fait merveille. Enlevé, expressif, parfois caricatural, il entraîne le lecteur dans un tourbillon poétique et virevoltant. A savourer d’une traite !

L’avis de Un amour de BD

Éditions Dargaud (Août 2018)

127 p.

 

Prix : 18,00 €

ISBN : 978-2-205-07394-2

 

By Hérisson

BD de la semaine saumon

… chez Stephie


18 commentaires

Kathel · 12 décembre 2018 à 08h29

C’est « mercredi-je note des BD » et celle-ci qui a tout pour me plaire, pour commencer ! 😉

Soukee · 12 décembre 2018 à 08h48

J’aime bien ce que tu en dis, je note (ne serait-ce que pour découvrir cet auteur !)

Fanny · 12 décembre 2018 à 08h48

J’avais adoré DesSeins (tiens ça me donne envie de la relire!). J’adore son trait, ses histoires… bref je suis fan d’Olivier Pont!

Cristie · 12 décembre 2018 à 09h41

Elle m’a l’air bien sympa !

lasardine · 12 décembre 2018 à 10h26

je note!!!

Jerome · 12 décembre 2018 à 13h31

J’adore Olivier Pont depuis « Où le regard ne porte pas ». « Desseins » était très bien aussi. Je vais me faire un plaisir de lire cet album, tu penses bien.

eimelle · 12 décembre 2018 à 15h11

l’idée est sympa!

Itzamna · 12 décembre 2018 à 17h59

J’aime beaucoup les illustrations ! Cet album me tente beaucoup.

Mylene · 12 décembre 2018 à 18h45

oki, je note et je commande !!

Jacques · 12 décembre 2018 à 21h06

Comme tu dis, il est fort Olivier Pont. J’avais adoré aussi « desseins ».

Natiora · 13 décembre 2018 à 08h33

La balade a l’air sympa, je veux bien suivre Thibault dans sa folle nuit !

Violette · 14 décembre 2018 à 21h37

roh mon commentaire a disparu ! Je disais que j’aurais bien recours à Papa Noël, ce coup-ci !

Blandine · 15 décembre 2018 à 10h05

J’aimerais beaucoup découvrir cet album et cet auteur.

Amandine · 15 décembre 2018 à 11h39

Y a que moi qui voit les Aristochats en bas de l’illustration?! Il a l’air super et je ne connais pas cet auteur. Je note avec entrain!

Azilis · 16 décembre 2018 à 23h16

Je note ! Je note! Merci 🙂

Caro · 19 décembre 2018 à 14h53

Ah, c’est le même auteur que « là où le regard ne porte pas »… ! Dans ce cas, je vais essayer de me procurer son dernier opus !

Moka · 27 décembre 2018 à 10h29

Repérée chez mon libraire BD !

Eric the Tiger · 14 juillet 2019 à 08h30

Je dois bien dire que j’ai un avis plus mitigé que toi à propos de cet album. J’aurais aimé ressentir le même enthousiasme en suivant les pas de Thibault durant cette nuit pas comme les autres. Je trouvais l’idée de départ attrayante mais je trouve la réalisation un petit peu décevante. Néanmoins, ton article élogieux m’incite à lui offrir une seconde chance en espérant y trouver la magie que tu décris… Au plaisir de te relire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *