Je me tais, je ne dis rien, tout est si fragile… un mot, un geste… et la magie peut disparaître. J’ai déjà du mal à croire que ce soit vrai ce qui arrive là, maintenant. La main de Méline tient fermement la mienne, je tangue d’amour et de douleur. Ne pas faiblir, être là.

Ce soir…

Ce soir Simon lui dira. Il la regardera dans les yeux, sans faillir. Il lui prendra la main, l’embrassera et se remplira d’elle à n’en plus pouvoir. Ce soir il fera tomber les quelques barrières qui ceignent encore leur amour. Ce reste de timidité qui le fait toujours vaciller en sa présence. Méline. Son odeur, sa voix, ses gestes. Tout d’elle est tatoué sous sa peau. Ce désir, là, au creux du ventre, ce frisson qui le dévaste comme une vague. Ce soir Méline et Simon ne feront qu’un…

Ce soir Emma lui dira. Qu’il n’y a plus de « nous ». Que leur histoire est finie. Que si elle ne peut pas taire le désir qui la submerge quand ils sont tous les deux elle ne peut pour autant se forcer à l’aimer. Que c’était bien avec lui. Que c’était bon. Mais que c’était tout. Elle ne les a pas les papillons au creux du ventre. Et elle ne veut pas de ses chaînes et de ses regards possessifs. Au plus fort de la soirée, alors que son meilleur ami Simon va peut-être enfin concrétiser son amour pour Méline, Emma mettra un point final à cet amour à sens unique qui l’étouffe et ne la révèle pas…

Au fond, toutes les premières fois sont difficiles.

S’aimer, se quitter. Est-ce qu’on s’habitue à ça, dans la vie…?

Simon, Méline, Emma, Loïc. Leurs premières fois sont pleines d’hésitations et de doutes, de force et de rage. Le faire. Le quitter. Fragiles funambules, ils marchent sur le fil et s’apprêtent à faire le grand saut…

Cathy Ytak dit le beau, le doux, le tendre. Elle dit la peur, la rage du désir, l’urgence des sentiments, le vertige des corps et les chagrins qui lacèrent. Elle dit les soupirs, les regards qui s’aimantent, les peaux qui se cherchent frénétiquement dans la sueur et l’alcool. Elle dit cet amour qu’on aimerait pouvoir hurler, ce désir qui fait tourner la tête et ces sentiments qu’on ne ressent pas toujours.

En miroir, les voix de Simon et d’Emma se font écho… et c’est peu dire qu’ils incarnent à merveille les lignes fragiles des amitiés et des amours plurielles. Celles qui n’ont d’autres règles que la douceur, l’audace et la sauvagerie mêlés… ♥

J’aurais jamais imaginé ça, moi, qu’on puisse désirer quelqu’un sans l’amour qui va avec. Qu’on puisse avoir envie de toucher la peau d’un mec, sans avoir envie de l’écouter parler ni rien savoir de ce qu’il a dans la tête. D’avoir juste envie de laisser ses mains courir à l’aventure, à l’aveuglette. Désirer un corps comme un continent à découvrir. Pas pour y vivre. Pas pour y construire sa maison. Pas pour s’attacher, pas pour chercher un nom à donner à ses enfants plus tard. Même plus tard.

Les mots de Cathy Ytak, toujours. Et une nouvelle pépite que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi.

L’avis de Pépita

Le blog de Cathy Ytak

Éditions du Rouergue (Septembre 2018)

Collection DoAdo

60 p.

 

Prix : 8,50 €

ISBN : 978-2-8126-1654-9

 

pepites_jeunesse

 

By Hérisson


5 commentaires

Alex-Mot-à-Mots · 2 octobre 2018 à 14h20

Mercis encore pour vos pépites jeunesse du mardi.

Jerome · 2 octobre 2018 à 17h41

Il y a vraiment tout ce que j’aime chez Cathy Ytak dans ce petit texte en miroir <3

Fanny · 2 octobre 2018 à 20h47

Oh Cathy Ytak…❤❤❤

Stephie · 3 octobre 2018 à 16h45

Je l’ai fini cet après-midi et même si je lui ai trouvé plein de qualités, j’ai l’impression d’être restée un peu en dehors.

Nathalie · 8 octobre 2018 à 16h26

J’aime bien Cathy Ytak. Je n’ai pas encore lu celui-ci. A découvrir donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *