Paris, 1909. Dans la vie de Victor Nimas, comptable de son état, tout est classé, ordonné, quantifié. Du matin au soir, il égraine des colonnes de chiffres, additionne, soustrait, multiplie. Les résultats qu’il obtient, carrés et sans surprise, rassurent son côté cartésien. Marcher dans les clous, ne pas faire de pas de côté : Victor tient les rênes et maîtrise chaque instant de sa vie grâce à une routine bien huilée. Rien n’est dû au hasard. Une chose à sa place et chaque chose à sa place.

En rentrant chez lui un soir comme les autres, Victor marche sur un bout de papier froissé. C’est une place de spectacle pour les ballets russes, mis en scène par Serge de Diaghilev au théâtre du Châtelet. Victor n’est pas un habitué de ce genre de sorties dans lesquelles les gens se perdent pour oublier la médiocrité de leur vie. Une perte de temps assurément. Il décide pourtant de s’y rendre et se retrouve aux premières loges. Sur scène, c’est une explosion de beauté, de couleurs et d’énergie qui le laissent sans voix. Mais pas autant que la sublime Tania Volkova…

Un micro évènement, une légère onde, un simple frémissement dans le quotidien prévisible de Victor Nimas… du moins en apparence. Et si, finalement, la vie décidait de lui jouer des tours ? Il suffirait d’un simple coup de dés, d’un petit coup de pouce du destin, d’une rencontre peut-être providentielle… qui sait les répercussions que ces imprévus pourraient avoir sur sa vie bien rangée et sans accrocs…? Quel est la part du hasard et de la chance dans nos vies ? Peut-on réellement décider des chemins que l’on prend ? Les choses sont-elles déjà écrites ou a-t-on le pouvoir d’influer sur notre destin…?

Il sera évidemment question d’amour. Celui qui survient par surprise, celui qu’on n’attend pas, celui qui s’invite, celui qu’on n’aurait jamais dû croiser. Mais ne vous y trompez pas. Rien n’est jamais si simple… Ambiance raffinée du début du siècle, étrange atmosphère teintée d’un brin de mystère, réflexions philosophiques qui interrogent mine de rien sur nos actes et nos désirs, j’ai tout de suite retrouvé mes marques dans ce nouvel album de Cyril Bonin. J’y étais bien, comme dans une bulle. Et je ne peux que redire à quel point son univers me séduit.

Du même auteur sur le blog : QuintettChambre obscure L’homme qui n’existait pasThe Time beforeLa délicatesseAmorostasia tome 1Amorostasia tome 2 Amorostasia tome 3 Presque maintenant Stella

Le blog de Cyril Bonin

Éditions Glénat (Mars 2021)

Collection Vents d’Ouest

104 p.

 

Prix : 18,00 €

ISBN : 978-2-7493-0937-8 

 

BD de la semaine saumon

D’autres bulles à découvrir chez…

 

   

                            Cristie                                     Amandine                                      Eimelle

 

   

                          Fanny                                       Gambadou                                      Natiora

 

    

                          Maël                                             Nath                                             Mylène

 

   

                         Hélène                                            Caro                                          Blandine

 

   

                           Pati                                               Karine                                            Hilde

 

Stephie


15 commentaires

Mylene · 17 mars 2021 à 07h57

Okiiiiiiiiiiiii, je note ça tout de suite !! Merci pour la découverte !!

Blandine · 17 mars 2021 à 08h15

Je suis sûre d’aimer !
Je me souviens du beau Stella, découvert grâce à toi

Hélène · 17 mars 2021 à 09h32

Noté !!

Cristie · 17 mars 2021 à 11h37

J’adore Bonin !

eimelle · 17 mars 2021 à 15h56

j’aime beaucoup l’univers de ces extraits!

Hilde · 17 mars 2021 à 17h36

J’aime bien ce genre de réflexions philosophiques et je ne connais pas l’univers de Cyril Bonin. Je note aussi.

PatiVore · 17 mars 2021 à 18h30

Ouah, tu es fan de cet auteur, le thème me plaît et les dessins sont superbes, je note !!!

Violette · 17 mars 2021 à 20h14

oh oui, ça a l’air bon! J’ai découvert Bonin assez récemment et j’aime beaucoup son trait aussi !

gambadou · 17 mars 2021 à 21h38

Je ne connais pas Cyril Bonin mais ce que tu présentes donne envie de le découvrir

mamabookine · 18 mars 2021 à 18h24

Bonin? N’en dis pas plus!! Je veux!!
Merci pour l’accueil cette semaine!

Natiora · 20 mars 2021 à 13h48

J’avais été si déçue par Amorostasia que j’ai du mal à revenir à Cyril Bonin. Mais me connaissant, ça ne durera pas, donc je note 😉

Amandine Au Fil des Plumes · 21 mars 2021 à 09h12

J’adore le travail de Cyril Bonin!

Caro · 21 mars 2021 à 15h25

De moins en moins fan du trait de Cyril Bonin, étant toujours (ou presque) le même quels que soient les albums. Par contre, l’ambiance début de siècle aurait plus tendance à me tenter… Bref, cruel dilemme…

Fanny · 24 mars 2021 à 15h38

Il va falloir que je le découvre!

La fuite du cerveau de Pierre-Henry Gomont – PatiVore · 17 mars 2021 à 18h22

[…] Une très belle lecture pour La BD de la semaine et Challenge BD, Challenge lecture 2021 (catégorie 14, un roman graphique), Littérature de l’imaginaire #9 et Printemps de l’imaginaire francophone 2021. Plus de BD de la semaine chez Noukette. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *