Dans le décor d’une nuit étoilée, tout juste vêtue de sa chemise de nuit en dentelle, la jeune Faith s’entretient avec ceux qui l’accompagnent depuis son plus jeune âge. Ils l’appellent Comtesse. Elle les connaît depuis toujours, ils lui tiennent la main, la regardent grandir et savent bien qu’un jour elle sera amenée à les abandonner. Même si elle ne le sait pas encore…

Dans la forêt des Lilas, alors que l’aube n’est pas encore née, Faith savoure ses restes d’innocence et laisse libre cours à ses rêves. Surgis des contes qu’elle chérissait enfant, Beau-Minon, le prince-chat et bonnebiche, la fée lui offrent le baume de leur présence et le refuge de leurs bras. Dans le petit cottage isolé au fin fond de la campagne londonienne, sa grande sœur Verity fait la pluie et le beau temps depuis la mort de leurs parents. Mariée au beau docteur Anton, celle ci compte bien vendre la maison pour s’installer à Londres. Et elle compte bien y emmener Faith pour qu’elle grandisse enfin.

Dans la forêt des Lilas, Faith essaye d’oublier qu’on lui cache quelque chose. Un secret qui la ronge comme ce mal étrange qui semble avoir de plus en plus d’emprise sur elle. Des gouttes de sang sur le mouchoir blanc, de mystérieuses fleurs rouges qui éclosent sur sa poitrine… Et si ses échappées belles dans ses rêves d’enfant lui apportaient enfin la réponse qu’elle espère et craint à la fois ?

On dirait que cette nuit, tout est possible, non ?

On s’y perd dans la forêt des lilas. On s’y enlise. A la frontière du rêve et du cauchemar, on se surprend presque à perdre pied dans cet univers foisonnant, inquiétant, fantasque, cruel même. Nathalie Ferlut et Tamia Baudouin nous offrent un voyage onirique aux confins de l’enfance, à la croisée des rêves et des peurs les plus viscérales… Rond et flou, gothique et torturé, le dessin de Tamia Baudouin est aussi étrange qu’accueillant. Paradis perdu de l’enfance, la forêt des lilas imaginée par Nathalie Ferlut cristallise les peurs tout en enveloppant son héroïne dans un cocon qui a peut-être le pouvoir de la libérer.

Fascinant et hypnotique ♥

Le tumblr de Nathalie Ferlut

Le blog de Tamia Baudouin

Éditions Delcourt (Janvier 2019)

72 p.

 

Prix : 18,95 €

ISBN : 978-2-7560-9996-5

 

BD de la semaine saumon

… chez Moka


22 commentaires

Karine · 23 janvier 2019 à 02h59

Oh, j’adore les points de vue. Et je suis fort intriguée! Merci pour la découverte.

Fanny · 23 janvier 2019 à 07h00

J’étais déjà séduite avec ton illustration mais là à te lire, je le suis encore plus!!!

jacques · 23 janvier 2019 à 08h16

Pas très attiré par le dessin. Je feuilletterais à l’occasion certainement.

Nahe · 23 janvier 2019 à 09h29

La couverture me plaisait déjà beaucoup, à te lire, je craque.

Soukee · 23 janvier 2019 à 09h47

J’aime beaucoup ce que tu en dis et les planches que tu montres qui me font penser à Edmund Dulac. <3

Hélène · 23 janvier 2019 à 11h14

Je ne suis pas fan des dessins

sabine · 23 janvier 2019 à 15h54

Noukette…. tu penseras à rencontrer mon banquier ????? Diablesse !

gambadou · 23 janvier 2019 à 17h11

Très beau, mais est-ce qu’on ne s’y perd pas un peut trop ?

eimelle · 23 janvier 2019 à 18h41

je crois que j’aurais bien envie de m’y perdre!

Natiora · 24 janvier 2019 à 08h18

Les planches sont très jolies mais l’histoire a l’air trop fantasmagorique pour moi.

Saxaoul · 24 janvier 2019 à 15h30

Malgré tout le bien que tu en dis, je passe mon tour : ce n’est pas du tout un genre qui m’attire.

Mylene · 24 janvier 2019 à 15h56

ça a l’air sympa vu ce que tu en dis !

Jerome · 24 janvier 2019 à 17h56

C’est beau dis donc ! Le lettrage laisse à désirer par contre, c’est dommage.

Antigone · 24 janvier 2019 à 18h29

J’ai un peu peur que ce soit un peu trop spécial pour moi… 😉

Nathalie · 24 janvier 2019 à 20h32

Je pense que ça pourrait me plaire ! Il y a un côté « conte de fées » et moi, j’adore les contes !

Caro · 24 janvier 2019 à 22h14

Le dessin ne me tente pas vraiment… Désolée !

Brize · 25 janvier 2019 à 12h47

Intriguée moi aussi, et le dessin est chouette !

Syl. · 26 janvier 2019 à 10h05

Quand j’étais petite j’adorais lire l’histoire de Blondine car mon livre avait de très belles illustrations.
Tu nous présentes un bel album ! Mais Jérôme a raison, le lettrage est moche.

Blandine · 26 janvier 2019 à 18h46

Je crois bien que cet album me plairait!

Iluze · 1 février 2019 à 12h59

Etrange, étrange ! Je ne sais si ça me plairait.

Géraldine · 3 février 2019 à 12h44

bien tenant comme sujet, surtout que par moment, j’ai l’impression de n’être pas encore tout à fait sortie de l’enfance. Il serait temps tout de même !

bouma · 5 février 2019 à 12h37

le sujet comme le dessin me donne vraiment envie de lire cette bd. merci pour la découverte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *