Groenland-manhattan.jpg

 

Groenland, 1897.

 

Robert Peary, l’explorateur, n’a toujours pas réussi à planter le drapeau américain au pôle Nord malgré l’aide du peuple esquimau qui trouve qu’il s’épuise pour rien. Hors de question pour autant de rentrer au pays sans un petit souvenir, des météorites, c’est bien beau, mais le Muséum commence à en avoir l’habitude. Flairant un gros coup, l’explorateur décide de ramener quelques « spécimens » d’Esquimaux avec lui à New York, une famille entière tant qu’à faire. Des « sauvages » du froid, voilà qui risque bien de faire sensation !

 

Parmi eux, le très jeune Minik…

 

L’histoire de Minik et des siens est vraie. Elle est révoltante, certes, mais n’a rien d’étonnant finalement pour cette époque où l’idéologie raciste et coloniale est validée par la science. Le « sauvage », quel qu’il soit, fascine. On le met en cage, on l’exhibe dans des zoos humains, on le mesure, on effectue des moulages de son crâne, on s’extasie sur sa cruauté ou sa douceur, on s’étonne de ses différences par rapport à la « race » de l’homme blanc dite supérieure.

 

Le destin de Minik est emblématique et fait froid dans le dos. Comme l’explique dans la postface Delphine Deloget, réalisatrice du documentaire Qui se souvient de Minik ? qui a inspiré l’auteure de cette très bonne bande dessinée, « L »histoire de Minik pose avant l’heure les questions de la double culture et du sentiment d’appartenance. Elle parle aussi du deuil impossible et de blessures qui ne cicatriseront jamais. Condamné à l’exil à vie, Minik Wallace porte dans son nom l’ambivalence de son identité. » Arrivé à New York, le petit Minik ne comprend pas trop ce qui lui arrive, mais tant qu’il est parmi les siens, tout est sujet à l’admiration : la ville, les gens, les odeurs, les cailloux sur les routes…, tout. Pris en charge par monsieur Wallace, il sera logé avec les siens au sous sol du muséum d’Histoire naturelle. Très vite, après les décès successifs de tous les membres de sa famille, il se retrouvera seul. Monsieur Wallace le prendra sous son aile et l’élèvera aux côté de son fils Willie. Jusqu’au jour où, en arpentant les allées du muséum, il tombera nez à nez avec le squelette d’un des siens… Les tombes où il pensait qu’ils reposaient n’étaient en fait que des leurres visant à le rassurer. Les corps de son père et de trois autres membres de sa famille ont été étudié, disséqué… au nom de la science. L’affaire fera grand bruit dans la presse et petit à petit, Minik prend une décision : retourner parmi les siens…

 

Avec Groenland Manhattan, je découvre le talent de Chloé Cruchaudet dont c’est le premier album. Et c’est une réussite. Extrêmement bien documenté, l’auteure y apporte sa touche personnelle, sa propre vision de l’histoire et sa sensibilité. J’ai particulièrement aimé la diversité des couleurs utilisées et le dessin tout en nuances : que ce soient les paysages des pôles ou l’immensité de la ville, le rendu est toujours impeccable…

A signaler en fin d’ouvrage, un complément documentaire de qualité : photos d’époque, bibliographie, liens Internet, une mine pour qui voudrait approfondir le sujet.

 

Les avis de Choco, Joëlle, Keisha, Kathel, Théoma, Didi

 

GM_1.jpg

GM_2.jpg

GM_3.jpg

GM_4.jpg

GM_5.jpg

© Cruchaudet / Delcourt

 

Éditions Delcourt (Mars 2008)

Collection Mirages

127 p.

 

C’était ma logo BD Mango rouge !

Chez Mango et chez les autres !

 

Top-BD-des-blogueurs-v3

 

by Yaneck

15/20 

Roarrr challenge

Roaarrr challenge  

by Mo’

Prix René Gosciny 2008

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-groenland-manhattan-chloe-cruchaudet-108730775.html

Catégories : Bande dessinée

28 commentaires

Commentaire n°1 posté par Mo' · 8 août 2012 à 07h10

Dans ma LAL celui-ci, à côté du tome 3 d’Ida d’ailleurs ^^

    Noukette · 14 août 2012 à 18h05

    Je n’ose imaginer la longueur de te LAL…! 😉

Commentaire n°2 posté par isa · 8 août 2012 à 08h12

J’aime beaucoup ce type de dessins , épuré avec peu de couleurs …

    Noukette · 14 août 2012 à 18h05

    Oui, c’est une belle réussite sur un sujet qui mérite d’être mis en lumière…

Commentaire n°3 posté par yaneck · 8 août 2012 à 08h52

Je l’ai lu il y a un moment et suis globalement tout à fait d’accord avec toi. J’ai vraiment aimé cette lecture, sur le fond comme sur la forme.

    Noukette · 14 août 2012 à 18h06

    Oui, je suis moi aussi ravie de cette découverte…

Commentaire n°4 posté par Natiora · 8 août 2012 à 10h43

Je note illico. Je ne connais pas du tout cette histoire vraie et ça m’intéresse, j’aimerais en savoir plus. 

    Noukette · 14 août 2012 à 18h06

    Alors cette BD est faite pour toi !

Commentaire n°5 posté par Mango · 8 août 2012 à 11h13

Histoire révoltante mais belle BD que je mets dans ma liste!

    Noukette · 14 août 2012 à 18h07

    Une BD qui j’en suis sûre devrait te plaire…!

Commentaire n°6 posté par Yvan · 8 août 2012 à 20h21

J’ai lu « Minik » de Marazano et comme c’est la même histoire, je passe pour cet album…

    Noukette · 14 août 2012 à 18h07

    Ca serait une belle occasion de les comparer pourtant…, non ?

Commentaire n°7 posté par Lilibook · 8 août 2012 à 22h24

oh ça m’a l’air bien plaisant, ça titille ma curiosité.

    Noukette · 14 août 2012 à 18h08

    C’est une histoire révoltante qui mérite le joli coup de projecteur que permet cette BD… A découvrir !

Commentaire n°8 posté par Hélène · 9 août 2012 à 09h15

Je lis en ce moment un roman passionnant sur le Groenland « Imaqa », et ton titre m’attire bien pour en savoir plus et poursuivre l’exploration de cette région si particulière…

    Noukette · 14 août 2012 à 18h09

    Effectivement, cette BD sera parfaite pour approfondir le sujet !

Commentaire n°9 posté par Midola · 9 août 2012 à 09h29

Je me rends compte que je l’ai lue à Noël mais que j’ai oublié d’écrire un album. J’avais pourtant bien apprécié cette BD où j’avais appris pas mal de chose d’ailleurs !

    Noukette · 14 août 2012 à 18h09

    Il t’en reste peut-être assez pour écrire tout de même un petit billet non ? 😉

Commentaire n°10 posté par Moka · 11 août 2012 à 13h33

Une BD parfaite en plein été ! 😉

    Noukette · 14 août 2012 à 18h13

    Et en plus l’histoire fait vraiment froid dans le dos….

Commentaire n°11 posté par Marie · 11 août 2012 à 17h29

J’ai beaucoup aimé.

Une BD très touchante et très émouvante.

    Noukette · 14 août 2012 à 18h14

    Touchante et émouvante, tu as tout dit ! 😉

Commentaire n°12 posté par herisson08 · 12 août 2012 à 13h55

Le thème m’inspire! Les illustrations un peu moins!

    Noukette · 14 août 2012 à 18h15

    Et pourtant les illustratiens collent à merveille au thème…!

enna · 30 mars 2016 à 14h49

Je ne savais pas que c’était son premier album : quelle maîtrise! Et j’apprends grâce à ton billet que c’est un album pour le Roaarrr 😉

Saxaoul · 22 mars 2017 à 13h49

Chloé Cruchaudet est une auteure que je suis désormais de près !

Roaarrr : Prix René Goscinny | Bar a BD · 29 juin 2014 à 09h43

[…] Noukette : "Extrêmement bien documenté, l’auteure y apporte sa touche personnelle, sa propre vision de l’histoire et sa sensibilité", […]

Roaarrr : Prix René Goscinny – Bar à BD · 13 avril 2016 à 21h27

[…] Noukette : « Extrêmement bien documenté, l’auteure y apporte sa touche personnelle, sa propre vision de l’histoire et sa sensibilité », […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *