Un soleil éclatant dans un grand ciel bleu. Les jours sans nuages, la maman de Rémi irradie et éclabousse la maison de sa joie de vivre. Pétillante, virevoltante, elle entraine son fils dans un tourbillon de bonne humeur qui semble sans fin. Des bouquets de fleurs, un goûter gargantuesque, une belle nappe immaculée… et tous les jours deviennent jours de fête…

 

Des nuages lourds de pluie. Les jours de tempête, la tristesse de maman repeint tous les murs en gris. Ces jours-là, Rémi sait se faire tout petit pour ne pas perturber le silence dans lequel elle s’enferme. Ces jours-là, Rémi ne peut qu’espérer que le soleil chassera vite les nuages. Pour que reviennent le beau temps et le sourire de maman. Pour que reviennent les rires en cascade et les danses improvisées…

 

« Si maman est un nuage, moi je suis le petit arbre en dessous.

Alors, quand maman pleure, c’est moi qui suis mouillé. »

 

La maman de Rémi est un nuage. Tantôt elle capte la lumière et la renvoie partout autour d’elle. Tantôt la tristesse s’empare d’elle et la vide de toute sa belle énergie. Elle n’y peut rien. Rémi a appris à faire avec ses différentes facettes. Parfois, sa mère a « un soleil à l’intérieur de la poitrine » et son cœur de petit garçon se gonfle d’amour. Parfois, elle se fait « fragile comme du verre » et Rémi craint que le château de cartes ne s’effondre. Ces jours de mauvais temps, quand elle ne parvient plus à faire face, la maman de Rémi a besoin d’aide. Et ces jours-là, Rémi est confié à ses grands-parents, le temps que le soleil revienne…

 

La voix de Rémi nous enveloppe, juste et tendre, capte les instants, révèle l’émotion pure. Impossible de ne pas tomber sous le charme de ce petit roman intense et immensément poétique qui raconte la plus belle des histoires d’amour. Simplement et sans jamais en faire trop. Les aquarelles de Julie Guillem, aussi douces que puissantes, apportent la touche finale à ce petit bijou hors du temps qui laisse sa marque… Magnifique !

 

De la belle littérature jeunesse, comme on aime… et une pépite jeunesse évidente partagée avec Jérôme, comme chaque mardi.

 

L’avis de Moka

 

Éditions École des Loisirs (Janvier 2018)

Collection Neuf

84 p.

 

Prix : 12,50 €

ISBN : 978-2-211-23479-5

 

pepites_jeunesse


5 commentaires

manU · 20 mars 2018 à 09h36

Beau sujet.

jerome · 20 mars 2018 à 12h49

C’est beau, c’est doux, c’est fragile… une pépite quoi !

Alex-Mot-à-Mots · 20 mars 2018 à 13h01

Une lecture qui m’a l’air très poétique.

Céline · 21 mars 2018 à 16h05

Une pépite que je note tant elle me semble sensible !

Stephie · 24 mars 2018 à 06h43

J’ai lu la BD « goupil et face » sur la bipolarité cette nuit, fort bien aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *