Nottinghamshire, 1850. Le manoir de Flintham est plongé sous la neige. Derrière les immenses fenêtres, c’est l’effervescence. Lady Sutherland vient de rendre son dernier souffle et laisse derrière elle ses deux petites filles. Olivia, l’ainée, s’inquiète de la toilette qu’elle va porter lors de la veillée funèbre et pleure sur la fin de sa vie sociale. Avec le décès de la comtesse, c’est des amitiés de façade utiles pour briller en société auxquelles elle se sait obligée de renoncer. Clara, profondément peinée et dans l’incertitude de ce que l’avenir lui réserve, s’enferme dans la solitude et se réfugie auprès des chiens du domaine et de son clavecin.

Lors de la lecture du testament de la comtesse, les deux sœurs apprennent qu’elles sont les uniques héritières de son immense patrimoine. Mais si Clara hérite seule du domaine de Flintham, Olivia touche elle l’équivalent de sa valeur en fonds fiduciaires. La rupture entre les deux sœurs est vite consommée. Blessée dans son amour propre, Olivia quitte le domaine pour s’installer à Londres. Clara, bien décidée à redonner au domaine son faste d’antan, retrousse ses manches. Travaux de rénovation, animaux, jardinage, récolte… elle remise ses belles robes de soirée et se donne sans compter. Mais ses sacrifices et ses efforts ne sont pas suffisants pour sauver le domaine. Contrainte de vendre des biens et de congédier la plupart des serviteurs, elle résiste jusqu’au bout pour ne pas devoir se séparer du précieux clavecin, seul témoin de ses désirs de vivre un jour de sa passion…

Whaou ! Après l’émerveillement provoqué par la lecture d’Ada, je me suis enfin plongée dans le premier roman graphique de Barbara Baldi. Et c’est époustouflant de beauté…! La palette de l’auteure est immense, ses aquarelles sont dignes de véritables tableaux. Son trait délicat et pictural capte la plus infime des émotions et épouse les moindres tressaillements intimes de ses personnages. En osmose, les tableaux hivernaux traversés par le vent et la neige sont d’une infinie précision. On pourrait presque se croire devant des photographies tant la nature, pourtant austère et hostile, y est sublimée. L’auteure nous offre d’ailleurs de purs moments de contemplation avec des planches muettes qui laissent éclater la beauté mélancolique des paysages. L’intrigue n’est certes pas très poussée mais qu’importe. L’essentiel ici est clairement ailleurs…

 

Merci Jérôme pour cet envoutant cadeau (son billet a malheureusement disparu de son blog lors d’une fausse manip’), le premier à m’avoir donné envie de découvrir cette merveille ♥

 

Les avis de Sabine, Titine, Un amour de BD

Éditions Ici Même (Mai 2018)

120 p.

Traduit de l’italien par Laurent Lombard

 

Prix : 25,00 €

ISBN : 978-2-36912-044-5

 

BD de la semaine saumon

… chez Moka


23 commentaires

Karine · 27 mars 2019 à 01h53

Non mais les images sont ma-gni-fi-ques.
Il faut absoluement que je mette la main dessus.

lasardine · 27 mars 2019 à 07h31

tentation suprême!!

Aifelle · 27 mars 2019 à 09h09

Je me souviens l’avoir vu sur d’autres blogs. Comme Karine, il faut que je mette la main dessus !

Framboise · 27 mars 2019 à 09h14

Ok suis archi archi tentée <3 merci copine pour la superbe découverte et des bises belles

Blandine · 27 mars 2019 à 10h03

Comment résister ?!
Tu donnes sacrément envie de se plonger dans ces planches et de suivre leur histoire

Soukee · 27 mars 2019 à 16h10

En effet, le trait est magnifique…

Sandrine · 27 mars 2019 à 16h37

Noté, noté et renoté ! Merci pour la découverte 🙂

krol · 27 mars 2019 à 18h36

Oh la la mais comment résister à de telles illustrations ? Hein ? Et hop ! Je viens de la réserver à la bibliothèque ! You hou !

Moka · 27 mars 2019 à 19h49

Ah mais c’est lui que j’avais repéré à Angoulême !
I NEED IT !

Sabine · 27 mars 2019 à 20h57

Comment résister ????? Quel graphisme ! Et j’adore les ambiances anglo-saxonnes de cette période.

Azilis · 27 mars 2019 à 22h12

Ca m’a l’air sublime! Très envie de la lire! Merci pour la découverte ^^

Sophie la bavarde · 27 mars 2019 à 22h13

Cette BD a tout pour me plaire. Merci

saxaoul · 28 mars 2019 à 11h38

Ces planches sont de toute beauté et donnent sacrément envie.

Jerome · 28 mars 2019 à 13h04

Le scénario n’est pas super abouti c’est vrai, mais graphiquement parlant c’est une expérience de lecture assez incroyable !

Antigone · 30 mars 2019 à 10h49

Effectivement magnifique ! J’espère la trouver en bibli.

Amandine · 30 mars 2019 à 16h11

Je suis totalement sous le charme!

Fanny · 31 mars 2019 à 10h59

Bon… je n’ai plus le choix… il faut que je me procure une bd de cette Barbara Baldi, je crois que je m’entendrai bien avec elle 🙂

Lili · 31 mars 2019 à 16h11

Juste après le billet de Marilyne sur Ada, je tombe sur le tien maintenant ! C’est un signe ! Barbara Baldi me fait décidément de l’oeil… Et puis, cette ambiance gothique… Miam !

Mylene · 31 mars 2019 à 17h32

je suis fan du dessin en tout cas, je note 🙂 🙂

Stephie · 5 avril 2019 à 08h33

Ces planches filent drôlement envie !

Caro · 8 avril 2019 à 19h36

Les dessins sont très beaux… Mais maintenant, il faut que j’essaie de le trouver (ma wish-list s’allonge dangereusement…)

Alice · 8 avril 2019 à 22h18

J’aime tout ce que tu en dis, il faut absolument que je la lise !

A comme Eiffel – Martin Trystam & Xavier Coste – Moka – Au milieu des livres · 27 mars 2019 à 07h03

[…] Blandine                 Alice                Azi lis           Sophie           Noukette […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *