Je crois que c’est avec ma lecture de La Rivière à l’envers que j’ai fait connaissance avec cet incroyable conteur qu’est Jean-Claude Mourlevat. Je ne suis pas surprise qu’encore aujourd’hui, près de 20 ans après sa première publication, ce roman soit encore autant lu dans les écoles et les collèges. Il y a tout dans ce court roman qui arrive à réconcilier les plus récalcitrants avec la lecture. Un univers magique, des trouvailles incroyables, des personnages difficiles à oublier… et un voyage aux confins de l’imaginaire à la recherche de cette fameuse rivière à l’envers…

Tomek habite seul dans un petit village où il tient l’unique épicerie. Dans sa boutique qui a tout de la caverne d’Ali Baba, il satisfait chaque jour les besoins de ses clients. Aucune demande n’est incongrue, on trouve de tout dans l’épicerie de Tomek. Des élastiques à chapeaux, des cartes à jouer, des coquillages rares, du sable encore chaud du désert… les centaines de tiroirs de la boutique regorgent de mille trésors, utiles, futiles… indispensables.

Un jour, une jeune fille qu’il n’avait encore jamais aperçue au village, franchit le seuil de la boutique pour lui acheter un sucre d’orge. La jeune fille est à la recherche de l’eau de la rivière Qjar. Une rivière qui s’écoule à l’envers et dont l’eau rend immortel. Tomek n’a jamais entendu parler de cette rivière ni de son eau si précieuse et regarde la jeune fille repartir. Sa soif d’aventure pourrait bien être enfin comblée…

Il y a dans ce bel album tout ce qui rend inoubliable le roman de Jean-Claude Mourlevat. La forêt de l’Oubli et ses ours géants, l’incroyable village des Parfumeurs, les filles-sirènes de l’Île Inexistante d’où l’on ne repart jamais, l’arc en ciel attrape-hommes, les fleurs somnifères qui rendent fou quand vous respirez leur parfum et vous plongent dans un profond sommeil jusqu’à ce que quelqu’un prononce les paroles qui réveillent… Un univers incroyablement riche plein de trouvailles géniales et de rencontres marquantes comme celle de Marie et son âne péteur, les petits Parfumeurs ou Bastibalagom le marin.

Très belle adaptation du merveilleux conte de Jean-Claude Mourlevat et très belle idée des éditions Jungle que cette collection « Pépites », adaptations en bande dessinée de romans classiques et contemporains souvent prescrits dans les écoles et les collèges. Une autre façon de donner envie aux jeunes lecteurs de se lancer dans l’aventure et un media dont pourront sûrement s’emparer les enseignants. Vivement l’adaptation du tome 2, Hannah, pour découvrir ses aventures vécues en parallèle à celles de Tomek…!

 

Éditions Jungle (Octobre 2018)

Collection Pépites

66 p.

 

Prix : 14,95 €

ISBN : 978-2-8222-2216-7

By Hérisson

BD de la semaine saumon

… chez Stephie


14 commentaires

sandrine · 31 octobre 2018 à 07h57

Je ne connais pas ce roman ni la BD. Les deux sont donc notés 🙂

Blandine · 31 octobre 2018 à 09h17

Je n’ai pas lu le roman mais ai été embarquée dans cette aventure et cet univers.
Et l’objet-livre est superbe!
Vivement l’autre tome 🙂

Mylene · 31 octobre 2018 à 09h36

bon ben faut que je retourne à la librairie 😀

Cristie · 31 octobre 2018 à 09h46

Je veux d’abord lire le roman et ensuite pourquoi pas me lancer dans cette BD !

manU · 31 octobre 2018 à 15h03

Je ne connais ni le roman ni la BD mais tu éveilles ma curiosité !

Moka · 31 octobre 2018 à 19h30

J’aurais attendu quelqu’un d’autre pour l’illustration d’une telle adaptation. Je vais le lire par curiosité si l’occasion se présente mais je trouve le dessin un peu trop lisse et artificiel.

Caro · 31 octobre 2018 à 22h38

Je n’ai pas lu le roman, mais je suis curieuse quand même de ce titre, même si souvent l’adaptation en BD a tendance à trop élaguer le récit original…

PatiVore · 1 novembre 2018 à 13h19

Jamais lu Jean-Claude Mourlevat… Il faudra que je répare cette lacune !

Nathalie · 1 novembre 2018 à 20h42

J’ai lu les romans il y a déjà quelques années, je lirai la bd avec plaisir !

Jerome · 2 novembre 2018 à 17h00

Jamais lu l’original, faudrait peut-être que je commence par là !

Amandine · 2 novembre 2018 à 18h58

Je connais un peu Mourlevat mais je suis passée à côté de cette lecture! Je note de suite!

Violette · 3 novembre 2018 à 08h45

le livre connaît un tel succès auprès des jeunes! Je sais déjà à qui je vais offrir la BD!

Jacques · 3 novembre 2018 à 15h33

Une bonne idée de cadeau, alors. Je retiens.

Stephie · 9 novembre 2018 à 07h28

Pas impossible que je me l’offre à Noel, celle-ci 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *