soleilEtMort_couv.jpg

 

Quand je tombe sur ce genre de romans destinés aux adolescents, je les lis toujours en ayant en tête le public d’élèves à qui je pourrais le proposer. Le soleil et la mort aborde le thème du suicide, sujet ô combien casse-gueule vous en conviendrez…

Thème difficile donc, voire même délicat, j’avoue que j’avais peur de la façon dont il serait traité ici. Élise Fontenaille s’en sort fort bien, voilà un roman intelligent, bien écrit qui parlera à coup sûr aux jeunes auxquels il s’adresse.

 

« Les gens croient qu’on ne pense qu’au sexe à 15 ans,

eh bien pas du tout :

on ne pense qu’à la mort. »

 

Ulysse n’a jamais connu sa mère, morte alors qu’il n’était encore qu’un bébé d’un stupide accident de la route. A 15 ans, il a reporté toute son affection sur Anton, son grand-père qui est aussi son meilleur ami et son confident. Anton l’a élevé à la campagne au milieu des chats, la belle vie en quelque sorte. Et puis Anton meurt bêtement à la suite d’une ingestion de ciguë. Ce jour là, Ulysse est persuadé d’avoir tout perdu. Obligé de retourner vivre avec un père qu’il ne connaît que très peu, Ulysse découvre l’enfer… Un père à la ramasse presque toujours absent, une belle-mère qui lui mène la vie dure et ne se préoccupe que de sa petite personne, un lycée privé peuplé de gosse de riches. L’horreur. Heureusement, il y a Mao, son chat, seul lien avec son grand-père décédé, et finalement son seul ami. Mao qui finit sous les roues de la voiture de luxe de sa belle-mère… Trop c’est trop. Le soir même Ulysse surfe sur le net en tapant des mots clés aussi gais que « suicide, mort, comment-mettre-fin-à-ses-jours-sans-(trop)-souffrir… » et finit par atterrir sur un site consacré au suicide, Le Soleil et la Mort, un site créé par un jeune étudient en philosophie prénommé Vlad, personnage énigmatique, fascinant et très charismatique qui cite Cioran pour être crédible… « Grâce » à ce site, Ulysse fera la connaissance et la rencontre « virtuelle » d’autres adolescents voulant en finir avec la vie : Kim, une lycéenne chinoise, Océane, abusée par son père et Marco qui ne supporte plus la dépression de sa mère… Petit à petit, le projet prend forme, ne reste plus qu’à trouver l’endroit idéal pour faire enfin le grand saut…

 

Le sujet était donc plutôt casse-gueule, je suis d’ailleurs entrée dans le roman sur la pointe des pieds, avec précaution. En le fermant je me dis que le pari est tout à fait réussi : Élise Fontenaille a évité les clichés et a su évoquer avec précision cette période souvent douloureuse de l’adolescence sans tomber dans la facilité ni enfoncer des portes ouvertes. Elle ne prend pas de gants et c’est tant mieux. Les propos des adolescents sont souvent durs et j’avoue que la mère qui sommeille en moi a souvent frémi d’horreur devant la fragilité extrême de ces ados, facilement influençables, facilement manipulables… Pour autant, la réalité est bien là. Nul doute que ce roman trouvera un écho auprès des jeunes ados et les incitera à se méfier des dangers du virtuel et des idéologies douteuses… Espérons-le en tous cas.

 

Un grand merci à Liyah pour ce Livre voyageur

 

Les avis de Liyah, Stéphie, Liliba, Sharon, Fantasia

 

Première phrase : « Je m’appelle Ulysse, j’ai quinze ans et je veux mourir. »

 

Au hasard des pages : « Cette nuit-là, j’ai pensé à une vieille histoire, un conte que me lisait Anton le soir, quand j’étais petit, avant de m’endormir : Le Joueur de flûte de Hamelin… l’histoire d’un jeune homme mystérieux, surgi un soir de nulle part, il joue du pipeau devant les enfants du village, ils le suivent, envoûtés… il les entraîne vers la rivière, et ils se jettent à l’eau. J’ai rêvé du joueur du Hamelin : il avait le visage de Vlad… nous, on était les enfants du village virtuel, et la rivière de pixel c’était la Mort. » (p. 47)

 

Éditions Grasset Jeunesse (Septembre 2011)

112 p.

 

Rentrée littéraire 201110/14

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-le-soleil-et-la-mort-elise-fontenaille-96879101.html

Catégories : Littérature jeunesse

14 commentaires

Commentaire n°1 posté par jerome · 3 février 2012 à 10h41

J’aime beaucoup Elise Fontenaille. Ses romans au Rouergue pour les 9-10 ans sont très sympa.

    Noukette · 7 février 2012 à 22h50

    Oui, je trouve aussi qu’elle a beaucoup de talent… Auteur à suivre !

Commentaire n°2 posté par emmyne · 4 février 2012 à 10h45

Oui, très limite à gérer comme sujet. Il faut absolument que je lise ce roman ( d’autant que j’aime beaucoup la plume d’Elise Fontenaille ). Un de plus…

    Noukette · 7 février 2012 à 22h51

    Oui, à lire, rien que pour sa façon d’aborder ce sujet… Si tu aimes sa plume, tu ne seras pas déçue !

Commentaire n°3 posté par Manu · 5 février 2012 à 17h25

Un sujet difficile mais important à évoquer avec les ados. 

    Noukette · 7 février 2012 à 23h05

    Oui, et il est intelligement traité dans ce roman !

Commentaire n°4 posté par Stephie · 6 février 2012 à 09h24

J’ai trouvé ce thème intelligemment traité 😉

    Noukette · 7 février 2012 à 23h05

    Tout à fait d’accord !

Commentaire n°5 posté par Alex-Mot-à-Mots · 6 février 2012 à 11h12

Je ne suis pas d’accord avec la phrase mise en exergue. Je ne pense pas que tous les jeunes de 15 ans pensent à la mort. Ou en tout cas, pas la leur.

    Noukette · 7 février 2012 à 23h07

    En tous cas je l’espère…

Commentaire n°6 posté par Marylène · 7 février 2012 à 17h13

Je l’avais déjà repéré, celui-là, il faut vraiment que je le lise…

    Noukette · 7 février 2012 à 23h17

    Oui, le thème est admirablement bien traité !

ELise Fontenaille · 26 mai 2015 à 16h21

merci noukette ! à bientôt ( elise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *