Il y a une certaine excitation mêlée à une pointe d’appréhension à retrouver des personnages aimés. J’étais ressortie enchantée de ma folle rencontre avec Flora et Max, il y a trois ans déjà. Des personnages comme je les aime. Un peu cabossés, avec des blessures à cicatriser, des trop-pleins d’émotions difficiles à canaliser, des silences à partager… et beaucoup de choses à se dire. Je les ai regardés avancer ensemble, grandir ensemble. Chacun dans sa « prison », je les ai vus faire un pas l’un vers l’autre et imaginer un monde à leur image, un monde capable d’accueillir leurs différences et de comprendre leurs solitudes…

 

Et je ne m’attendais pas à les retrouver. La fin suffisamment ouverte laissait le loisir aux lecteurs de leur imaginer un avenir à leur démesure, douillet sans être étouffant, une nouvelle vie. Et là voilà cette nouvelle vie. Flora et Max ont déployé leurs ailes et se sont extirpés de leurs cages. Plus de barreaux, un horizon dégagé et tout un éventail des possibles. Max se lance dans un CAP de cuisine, Flora étudie l’anthropologie à la fac. Un peu par hasard. Tous les deux se retrouvent régulièrement dans ce qui se rapproche le plus d’un cocon, la maison de retraite au bord du lac et ses occupants pas comme les autres. L’apprentissage de la « vraie vie » aurait pu les éloigner et distendre le fil. Mais il y a aura encore des lettres. Des tas de lettres. Des mots boussole. Des mots baume au cœur. Des mots béquilles. Pour que le lien se resserre encore plus. Parce qu’il est parfois plus simple d’écrire les choses que de les dire. Et parce qu’être deux c’est mieux…

Je ne cesserai jamais de t’écrire.

Les mots, c’est notre maison, c’est notre cachette.

Flora et Max ou le livre qui fait un bien fou ! Longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi proche de personnages de papier. J’aime leurs tâtonnements, leurs petits arrangements avec la réalité, leur façon d’être au monde et d’apprivoiser leurs semblables. Ils sont vrais, entiers, maladroits, fragiles, hésitants et inadaptés. Ils ont la tête dans les étoiles et les pieds sur terre. Ils avancent comme des funambules, tanguent au-dessus du vide, conscients du danger, intrépides mais déterminés. Et parfois il faut savoir sauter dans le vide et se battre pour ce que l’on croit juste.

Un grand merci aux auteurs pour ce roman lumineux, attachant et bourré d’humanité qui leur ressemble. Je n’attendais pas cette suite… et je trépigne maintenant de lire un jour leurs prochaines aventures. Oui, encore ♥

Une merveilleuse pépite pour démarrer l’année avec mon complice Jérôme. Chanceux que nous sommes…!

 

Les avis de Pépita et Thalie

 

Le blog de Martin Page

Le blog de Coline Pierré

 

Éditions École des Loisirs (Novembre 2018)

Collection Médium +

251 p.

 

Prix : 14,50 €

ISBN : 978-2-211-23903-5

 

pepites_jeunesse


4 commentaires

Karine · 8 janvier 2019 à 02h13

Câline, vous donnez le goût, vous autres! Je vais commencer par le premier.

Syl. · 8 janvier 2019 à 08h46

C’est noté ! J’aime beaucoup vos billets. Il s’en dégage de l’optimisme et du courage chez ces jeunes.

Alex-Mot-à-Mots · 8 janvier 2019 à 12h11

Tu as raison, il y a toujours une petite appréhension à retrouver des personnages que l »on a aimé.

Jeorme · 10 janvier 2019 à 13h03

On ne pouvait pas trouver mieux pour démarrer notre année de pépites sur de bons rails !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *