Il a fallu moins de dix minutes pour qu’Émile soit intrigué par cette fille de passage au village. Une fille de la ville cette Louise, avec un bagou et une impertinence peu communs pour une gamine de son âge. Et une menteuse sûrement : comment croire une seule seconde à ces histoires incroyables de palais immense doté de tout le confort moderne ? Elle n’a pourtant pas l’air d’une bourgeoise avec ses vêtements rapiécés…

Mais peut-être qu’au fond Émile aimerait y croire à cette autre vie. A 13 ans, son avenir est presque déjà tracé. Il trimera comme son paysan de père, qu’importent ses rêves et ses envies d’ailleurs. Il n’est pas si à plaindre finalement. Sa sœur Léonie, dégourdie et futée, a beau avoir décroché son certificat d’études, les chances qu’elle puisse poursuivre ses études pour devenir institutrice un jour sont minces. Avec neuf enfants à la maison et une mère débordée qui compte sur elle, elle ne peut se permettre d’avoir des rêves…

Louise aurait-elle semé une graine de révolte chez Émile ? Bien décidé à retrouver la trace de cette étrange jeune fille et de son incroyable palais, le jeune homme prend la route pour rejoindre la ville de Guise…

Quant aux autres rêves… il les tient à distance. Trop grands et beaucoup trop lointains pour les ramener dans le champ des possibles. C’est peut-être pour ça que cette Louise, à peine entrevue, l’intrigue autant qu’elle l’énerve. Depuis quand a-t-on le droit de rêver à voix haute ou, pire encore, de faire passer ses rêves pour la réalité ?

Cathy Ytak dessine le portrait d’un jeune homme en pleine révolution intime et personnelle. Dans un monde qui bouge et qui tangue, il se défait progressivement de ce qui l’entrave pour déployer ses ailes. Il faut du temps pour laisser exprimer ce qui sommeille, du temps pour ôter ce costume mal taillé imposé par sa condition et les discours cloisonnants de son père. D’abord intrigué par toutes ces idées nouvelles prônant une société plus égalitaire et plus juste, pour les hommes comme pour les femmes, Émile se découvre et cherche sa place dans ce nouveau monde qu’il n’aurait pas osé imaginer.

Il ne veut pas revenir en arrière. En quelques jours, ses yeux se sont ouverts.Tout ce qu’il a vu, il ne pourra plus l’oublier, jamais.

Dans un contexte historique impeccablement rendu, Cathy Ytak fait ce qu’elle sait faire de mieux. Accompagner ses héros loin des chemins qu’on a tracés pour eux. Leur faire entendre cette petite voix qui les emmène vers les rêves qu’ils n’auraient pas osé avoir. Faire en sorte qu’ils dessinent enfin leur propre destin. En découvrant le familistère de Guise, Émile prend de plein fouet la réalité de sa condition et l’étendue des possibles qui lui sont ouverts. Il ouvre les yeux, voit grand, grandit. Comme le lecteur qui dévore ce roman rythmé, intelligent et plein d’espoir avec plaisir et avidité.

 

Une pépite que je partage avec Jérôme, comme (presque) chaque mardi.

 

Éditions Talents Hauts (Avril 2019)

Collection Livres et égaux +

240 p.

 

Prix : 9,00 €

ISBN : 978-2-36266-264-5

pepites_jeunesse


5 commentaires

eimelle · 18 juin 2019 à 07h38

j’ai visité le familistère il y a bien longtemps, je note ce titre!

Nathalie · 18 juin 2019 à 08h40

Ça me tente bien !

Blandine · 18 juin 2019 à 08h50

Nathalie me connaît bien 😉
Forcément, je suis tentée !

Alex-Mot-à-Mots · 21 juin 2019 à 10h51

On entend rarement parler des familistères, et c’est bien dommage, car c’était un mode de vie intéressant.

Amandine · 4 août 2019 à 11h09

Il m’emballe beaucoup!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *