2016. Dans les rues de Bruxelles, Arthur n’est pas tranquille. Il n’est tranquille nulle part, encore moins dans son corps qui chaque jour lui échappe un peu plus. Picotements, tremblements, sensations bizarres… l’anxiété qui le mine lui sort par tous les pores de la peau. Dans l’appartement qu’il habite seul, des dizaines de lampes constamment allumées et Vertigo d’Hitchcock sur pause juste avant son passage préféré. Angoissé par le temps qui passe et le monde qui semble marcher sur la tête, c’est le seul moyen qu’il a trouvé pour avoir l’impression de maîtriser un peu les choses…

Depuis qu’il est enfant, Arthur tente de gérer ses peurs. Pas si simple quand tout est source d’angoisse et quand le moindre petit grain de sable dans l’engrenage d’une vie bien ordonnée devient le symptôme d’une maladie incurable. Quand la crise survient, Arthur tente de se raisonner mais la vie le met face à des évènements qui ne sont pas propres à l’apaisement. Trump qui débarque à la Maison Blanche, l’ombre inquiétante d’un monstre sur les murs de la ville, des griffures et les stigmates d’étranges morsures… et cette fille, Sandrine, rencontrée par hasard, qui déboule dans sa vie avec ses convictions, sa fougue et son refus de subir le monde qu’on lui impose…

 

Notre projet est artistique et conceptuel, Arthur, et il est loin d’être fini !

Jusque là j’étais seule, mais maintenant tu vas m’aider…

L’éveil. Celui du corps qu’on apprend à apprivoiser, celui des sens qu’on oublie trop souvent d’écouter, celui d’une conscience bien trop longtemps endormie. Arthur est comme figurant de sa propre vie sur laquelle il n’a aucun contrôle. Parfois, quand ce ne sont pas sa mère ou ses ex qui lui apparaissent, c’est son « moi » enfant qui le confronte à ce qu’il est devenu. Mais Sandrine arrive. Elle a des idées, un charme fou et ne lui laisse même pas le choix de ne pas la suivre…

Elle est belle et folle la balade que nous offrent Vincent Zabus et Thomas Campi, fantasque et pourtant tellement contemporaine dans les questions qu’elle pose directement au lecteur. Quel monde voulons-nous… et surtout, quel avenir à (ré)inventer…? Il y est question d’engagement et de rapport au monde, de reconstruction et de résilience, des réponses de chacun pour sortir de soi-même et s’éveiller au monde et aux autres. J’ai beaucoup, beaucoup aimé…!

Éditions Delcourt (Juin 2020)

88 p.

 

Prix : 18,95 €

ISBN : 978-2-413-00867-5

BD de la semaine saumon

D’autres bulles à découvrir chez…

 

     

                          Cristie                                        Gambadou                                     Karine

 

   

                          Eimelle                                         Sabine                                         Nathalie

 

   

                         Pativore                                              Lili                                             Mylène

 

   

                           Blandine                                        Moka                                           Jérôme

 

   

                     Hilde                                                 Stephie                                                Framboise

 


12 commentaires

Blandine · 17 juin 2020 à 09h52

Des thèmes qui me plaisent, et puis Thomas Campi <3

eimelle · 17 juin 2020 à 10h15

ces quelques planches donnent furieusement envie de savoir la suite!

Nathalie · 17 juin 2020 à 11h15

Voilà qui me tente bien !

Mylene · 17 juin 2020 à 11h43

tu me donnes assez envie là 😛

Cristie · 17 juin 2020 à 12h21

Whouah ! Très tentée !

Hilde · 17 juin 2020 à 21h24

J’aimerais bien découvrir, les planches me plaisent et j’aime bien aussi l’idée du personnage qui décrit ce qu’il ressent.

Moka · 18 juin 2020 à 08h01

Nous nous Zabusons ensemble cette semaine ! Ce titre m’attend, David vient de l’acheter. Une bonne occasion de lui piquer.

gambadou · 18 juin 2020 à 21h45

Intéressant de voir le narrateur qui nous parle

Jérôme · 21 juin 2020 à 12h27

Un sacré duo d’auteurs, j’adore !

Violette Doucettement · 22 juin 2020 à 21h20

ah tiens… Bizarrement, le thème m’attire moyen mais les dessins oui !

Géraldine · 2 juillet 2020 à 23h01

encore une BD qui pourrait bien me parler, et donc me plaire ! Je note !

Incroyable ! Zabus et Hippolyte – Moka – Au milieu des livres · 18 juin 2020 à 07h52

[…] Chez Noukette […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *