L'homme bonsaï

Le nom de Fred Bernard ne m’était pas inconnu, mais j’ignorais qu’il avait adapté  son album jeunesse « L’Homme Bonsaï » paru en 2003 dans une version adulte.  D’abord illustré par François Roca, l’auteur se réapproprie ici son propre texte pour lui donner une autre dimension, plus sombre, plus sensuelle, plus libre aussi. Quand je suis tombée sur cette bande dessinée dans la bibliothèque personnelle d’une voisine bédéphile, j’ai été séduite par l’étrangeté qui s’en dégageait et la force de cet homme-arbre. Autant dire que je n’ai pas été déçue du voyage, cet album fait sans nul doute partie de mes coups de coeur !

 

Tout commence dans le taverne du « Homard manchot ». Le capitaine O’Murphy raconte à un auditoire pendu à ses lèvres son incroyable rencontre avec Amédée le potier le 24 avril 1874…

Embarqué de force sur un bateau de commerce qui se fait par la suite attaquer par des pirates, Amédée se retrouve prisonnier du terrible capitaine Stroke. A bord, il devient vite le souffre-douleur de l’équipage, subit les pires brimades avant d’être abandonné sur une île déserte. Perdu en mer de Chine, il survit tant bien que mal, persuadé qu’on finira bien par le retrouver. Un jour, alors qu’il passe sous l’arbre géant qui surplombe l’île, une graine lui tombe sur la tête et s’y incruste. Cette graine se met à germer et bientôt un petit arbre commence à pousser sur son crâne. Plus l’arbre grandit, plus Amédée s’affaiblit… Recueilli par des pirates chinois à bord de leur jonque, il reprend petit à petit des forces grâce aux soins prodigués par un vieux Chinois qui chaque jour s’occupe de son arbre, l’effeuille et l’élague. A la fois admiré et craint par l’équipage, Amédée est en effet un formidable atout : doté d’une force colossale, il sera amené à participer aux abordages et sera initié aux arts martiaux. En échange, il continue de recevoir les soins du vieux Chinois qui entretient la taille de son arbre, sa vie en dépend… Amédée devient vite une légende et sa réputation n’est plus à faire sur les mers. Jusqu’au jour où il rencontre la belle Changaï Li dont il tombe immédiatement amoureux…

Homme bonsaï planche

J’ai littéralement été happée par ce conte hors du commun, à la fois fantastique et poétique, et ce malgré les nombreuses scènes de violence qui jalonnent le récit. Le destin d’Amédée est fascinant, d’abord marin, puis prisonnier, il devient malgré lui un mythe. Son histoire d’amour avec Changaï Li est belle et tragique, sensuelle et émouvante. L’histoire n’en est pas moins cruelle et on n’échappe pas à des combats sanglants car c’est aussi, ne l’oublions pas, une histoire de pirates. Tout ceci crée une atmosphère très particulière à ce récit empreint de tristesse. Cet album est une belle réussite, nous voilà plongés dans un univers mystérieux et fabuleux qui intrigue et qui séduit d’emblée, le tout porté par un dessin à la fois brut et soigné qui confère à cette bande dessinée ce petit côté onirique qui n’est pas pour me déplaire !

 

Interview de Fred Bernard sur L’Homme Bonsaï

Bonus : Sur le site de l’éditeur, vous pouvez feuilleter les 20 premières planches de la BD

homme bonsai 2

Éditions Delcourt (Août 2009)

Collection Mirages

119 p.

 

C’était ma BD du mercredi

Chez Mango et chez les autres !

 

palseches

Participation au challenge « Pal sèches »

organisé par Mo’ la fée

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-l-homme-bonsai-fred-bernard-delphine-chedru-61602340.html

Catégories : Bande dessinée

26 commentaires

Commentaire n°1 posté par mango · 24 novembre 2010 à 07h40

Je viens de voir les premières pages en suivant le lien que tu donnes et vraiment cette BD me séduit tout à fait! Je vais la rechercher!

    Noukette · 24 novembre 2010 à 14h01

    J’attends de voir ce que tu en penses, personnellement j’ai vraiment été embarquée dans cette histoire complètement surréaliste !

Commentaire n°2 posté par Mo' la fée · 24 novembre 2010 à 08h04

Pareil ici. Je suis pourtant entrée quelque peu réfractaire dans cet album, le graphisme me rebutait un peu et je n’avais pas l’habitude de voir un récit de Fred Bernard colorisé. Et puis je me suis laissée emporter… le récit m’a déposé une centaine de pages plus loin… complètement conquise ^^

    Noukette · 24 novembre 2010 à 14h04

    Tu l’as lu alors ? Est-ce que tu l’as chroniqué à l’époque ? Si c’est le cas, je veux bien le lien vers ton billet pour connaître ton avis plus détaillé ! 😉

Commentaire n°3 posté par jerome · 24 novembre 2010 à 10h03

Je suis un grand fan du duo fred Bernard/Roca mais je ne suis pas encore penché sur la production en solo de Fred Bernard. Ton billet donne envie de s’y intéreser de plus près.

    Noukette · 24 novembre 2010 à 14h08

    Je pense que c’est un album à découvrir, c’est effectivement intéressant de voir son travail quand il est aussi dessinateur. L’histoire est forcèment moins édulcorée que dans la version jeunesse, on sent qu’il s’y est beaucoup investi…

Commentaire n°4 posté par blueverbena · 24 novembre 2010 à 10h23

Très tentée par ton choix: juste ce qu’il faut de rêve et d’étrangeté

    Noukette · 24 novembre 2010 à 14h09

    Etrange oui, mais cruel aussi… Cette BD est très curieuse, à découvrir !

Commentaire n°5 posté par Irrégulière · 24 novembre 2010 à 12h10

Personnellement, le graphisme ne me séduit pas a priori…

    Noukette · 24 novembre 2010 à 14h10

    Je peux comprendre, il faut un peu de temps pour rentrer dans l’histoire mais on se laisse vite embarquer !

Commentaire n°6 posté par Océane · 24 novembre 2010 à 12h13

Je ne suis pas très BD mais je connais quelqu’un à qui cela plaira fortement à Noël !

    Noukette · 24 novembre 2010 à 14h10

    Alors n’hésite pas ! C’est un « one-shot » et en plus c’est un très bel objet !

Commentaire n°7 posté par emmyne · 24 novembre 2010 à 13h32

Etrange. Je ne suis pas certaine de parvenir à me plonger dans cette BD. Mais curieuse tout de même.

    Noukette · 24 novembre 2010 à 14h11

    Si tu as l’occasion de la feuilleter, jette y un oeil, c’est un univers assez troublant en fait !

Commentaire n°8 posté par Valérie · 24 novembre 2010 à 15h59

Cette BD m’a été conseillée par ma médiathèque et pourtant, je n’arrive pas à avoir envie de la découvrir.

    Noukette · 25 novembre 2010 à 23h21

    Faut pas te forcer non plus ! 😉 Mais jette y un oeil, on ne sait jamais !

    Noukette · 25 novembre 2010 à 23h22

    Merci ! 😉

Commentaire n°10 posté par Manu · 24 novembre 2010 à 19h48

Moi, c’est le thème qui me laisse assez froide.

    Noukette · 25 novembre 2010 à 23h22

    Je peux comprendre, mais c’est une BD qui m’a charmée !

Commentaire n°11 posté par Hathaway · 24 novembre 2010 à 20h22

J’aurais également été séduite par cette étrange et belle couverture ! Avec un tel coup de cœur, je note !

    Noukette · 25 novembre 2010 à 23h23

    Si tu la lis, je serais curieuse de lire ton avis !

Commentaire n°12 posté par Sandra · 24 novembre 2010 à 21h21

Ton billet donne vraiment envie de découvrir cette BD hors du commun!

    Noukette · 25 novembre 2010 à 23h23

    Je ne m’attendais à rien de particulier mais j’avoue que c’était une bonne surprise !

Commentaire n°13 posté par PG Luneau · 25 novembre 2010 à 02h51

La couverture est non seulement étrange: je la trouve dérangeante! Comme l’ont exprimé plusieurs autres blogueurs, le graphisme me rebute un peu… mais l’histoire me semble un peu trop métaphorique, poétique et… pétée (!!!) pour moi. Je pense que je passerai mon tour!

    Noukette · 25 novembre 2010 à 23h25

    En fait, cet album est loin d’être uniquement poétique, je le trouve même assez cruel ! Une fois l’effet de surprise passée, notamment le graphisme peut-être, c’est un album qui sort des sentiers battus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *